L’externalisation du symptôme, une manière de vous éloigner de vos problèmes

19 décembre 2017 dans Psychologie 173 Partagés
homme face a sa peur

Les gens ont souvent besoin d’aide pour faire face aux problèmes ou aux symptômes qu’ils ressentent. C’est à ce moment qu’ils peuvent commencer à suivre une thérapie. L’une des techniques les plus utilisées dans ce contexte est l’externalisation du symptôme : c’est ce que nous allons voir un peu plus précisément aujourd’hui.

Les gens arrivent à une thérapie avec différents problèmes qu’elles n’ont pas su résoudre par elles-mêmes; des problèmes qui, la majeure partie du temps, sont très intériorisés, ce qui ne signifie pas qu’ils soient bien élaborés. La symptomatologie qui peut accompagner la raison de la consultation est diverse: anxiété, manque de motivation, tristesse, stress… jusqu’aux problèmes de couple ou de famille.

L’externalisation du symptôme est un outil thérapeutique utilisé par les psychologues pour que les patients qui viennent en consultation puissent se distancier de leurs problèmes. Elle permet aux personnes d’observer leurs difficultés ou symptômes de l’extérieur et de trouver un sens ou une solution de manière rapide et efficace.

homme tenant un miroir

Les symptômes ne définissent pas les personnes

Souvent, les personnes qui vont à une thérapie sont très accrochées à leurs croyances, leurs problèmes et leurs symptômes. À tel point qu’elles les vivent comme s’ils faisaient partie d’elles-mêmes, sans possibilité d’élargir leur perspective et de trouver une autre façon de voir leur réalité. Par exemple, elles ont du mal à se détacher de leur anxiété, de leur dépression ou de leur faible auto-estime, à ne pas les inclure dans leur définition personnelle. Elles les voient comme des habitants stables et non pas comme des hôtes de passage.

Les personnes qui consultent un psychologue finissent normalement par exprimer leurs zones d’ombres, ce dont elles ne parlent normalement pas, ce qui leur fait du mal ou ce qu’elles n’aiment pas chez elles. Le plus habituel étant, si elles se sentent en confiance avec le professionnel, qu’elles montrent ces parties qu’elles cachent normalement car elles comprennent qu’elles les rendent vulnérables. C’est à ce moment que peuvent surgir des difficultés pour changer et des mécanismes de défense qui peuvent empêcher ces changements.

Les origines de la technique de l’externalisation du symptôme ou des problèmes remontent à la thérapie systémiqueL’un des premiers à avoir considéré ce point de vue est le thérapeute systémique Michael White, qui a transformé cette technique en l’axe central de son approche thérapeutique.

“Quand vous croyez qu’il n’y a pas de solution possible à vos problèmes, créez-en une.”

-Anonyme-

Comment l’externalisation du symptôme fonctionne-t-elle ?

Nous sommes parfois tellement plongés dans nos problèmes que nous ne pouvons pas voir de solutions. L’externalisation vise à faire sortir ce que la personne pense avoir à l’intérieur d’elle-même. Elle peut se faire à travers un dessin ou en utilisant d’autres éléments qui facilitent cette observation externe du problème.

Imaginez une personne qui souffre d’anxiété. Elle la vit tellement qu’elle se définit elle-même comme une personne anxieuse. Cela lui provoque beaucoup de souffrance et l’épuise aussi bien mentalement qu’émotionnellement et physiquement. L’externalisation du symptôme ou de ses problèmes peut l’aider à soulager cette souffrance.

Il s’agit tout d’abord de choisir quel élément externaliser (symptômes, émotions, problèmes), de mettre un nom sur l’élément externalisé, de créer une distance entre la personne et ce qu’elle externalise et, finalement, d’aider la personne à affronter sa difficulté depuis un autre point de vue.

femme qui dessine sa peur

Les bénéfices d’un changement de point de vue

Les effets produits par cette technique chez les personnes qui l’utilisent sont variés. Nous allons donc les détailler:

  • Soulagement et récupération de l’équilibre émotionnel : la personne peut ressentir une sensation de repos et de tranquillité en mettant des mots sur ses problèmes. En s’identifiant à ses difficultés, elle peut en arriver à être débordée par ses émotions. Avec un état de stabilité émotionnelle, il lui sera plus facile d’observer ses problèmes de l’extérieur.
  • Un plus grand contrôle de soi au moment de gérer les symptômes et les problèmes dérivés : en s’appropriant autant le symptôme ou la difficulté, le patient peut avoir l’impression de ne pas contrôler ce qui lui arrive ou de ne pas être capable de le résoudre. Prendre du recul peut permettre d’améliorer la gestion et la capacité de manœuvre face à ses difficultés.
  • De nouvelles ressources pour aborder le problème en question : essayer de résoudre un conflit n’est pas toujours facile. La technique de l’externalisation du symptôme permet d’incorporer de nouvelles ressources qui aident à débloquer la situation. De cette façon, la personne acquiert de nouveaux outils et de nouvelles solutions.
  • Augmenter la responsabilité face aux difficultés : si la personne se voit absorbée par ses difficultés, il est commun qu’elle perde le contrôle de la situation. L’externalisation permet de se responsabiliser à nouveau pour favoriser le changement.
  • Changer et remettre ses croyances en question : les idées préconçues, au lieu d’aider à résoudre ce qui nous dérange, empêchent très souvent de trouver une solution aux conflits internes. Cette technique invite à construire d’autres formes de pensée.
  • Distancier le problème de la personne : l’externalisation du symptôme permet à la personne d’enrichir ou de modifier sa perspective. Cela l’aide à rompre l’identification avec l’étiquette qu’elle s’était elle-même attribuée. Par exemple, au lieu de penser “je suis une colérique”, elle se rend compte qu’elle ne se fâche que lors de certaines occasions et pas tout le temps.

lunettes

Comment pouvez-vous vous éloigner de vos problèmes ?

Il n’y a pas que les problèmes ou les symptômes qui sont externalisés ; on peut aussi analyser des qualités, des ressources ou des forces depuis un autre point de vue. Ainsi, la personne pourra s’éloigner de ce qui l’étouffe et voir sa situation d’un point de vue plus constructif. C’est un peu comme avoir de nouvelles lunettes : grâce à elles, il sera plus facile d’accepter ou de trouver une solution à ce qui préoccupe ou bloque la personne.

Ce procédé offre un nouveau regard et un nouveau sens au problème : par conséquent, il donne une solution de façon plus rapide. Les bénéfices de cet outil thérapeutique font que les personnes ne se définissent plus sur la base de leurs difficultés et comprennent qu’elles peuvent changer leur point de vue et favoriser leur qualité de vie.

A découvrir aussi