L’esprit élastique : la compétence que nous devrions tous entraîner

23 janvier 2020
L'utilisation d'un état d'esprit plus souple nous aiderait certainement à répondre plus efficacement aux difficultés quotidiennes. Après tout, la vie est faite de changements et face à chacun de ces défis, une approche plus ouverte, dynamique et créative nous aidera toujours.

Albert Einstein a dit que le véritable potentiel de notre intelligence réside dans notre capacité à changer. Être capable d’adopter de nouvelles perspectives et de nouvelles idées, bannir les concepts qui ne nous servent plus est l’une de nos plus grandes vertus. Il n’est donc pas surprenant que dans le domaine de la psychologie, et aussi de l’art, un nouveau concept soit apparu avec force, celui de « l’esprit élastique ».

Il y a quelques années, le Musée d’art moderne de New York, le MoMA, a organisé une exposition représentant cette même idée. Notre société et l’être humain vivent dans un moment où tout est en constante évolution. La science et la technologie ont un poids croissant dans notre façon de traiter la réalité, de travailler, d’établir des relations et même de comprendre le monde.

Ainsi, dans des livres aussi intéressants que Design and the Elastic Mind, de l’architecte Paula Antonelli, directrice de recherche au MoMA, on parle précisément de la nécessité de développer une pensée plus élastique. Ce n’est que de cette façon que nous pourrons survivre et donner le meilleur de nous-mêmes dans un environnement en constante évolution, dans lequel nous sommes presque obligés d’improviser, de réagir rapidement pour résoudre plus d’un défi.

La réalisation de cet objectif n’est pas vraiment facile, le cerveau est généralement très résistant au changement et vit beaucoup dans ses zones de confort. Cependant, apprendre à notre esprit conservateur à être plus innovateur et flexible peut nous aider à générer des changements très positifs.

L'esprit élastique d'un enfant

 

Les caractéristiques de l’esprit élastique

Si nous devions parler d’une qualité mentale que nous devrions tous former, développer et appliquer dans notre vie quotidienne, ce serait sans aucun doute la flexibilité cognitive.

D’un autre côté, une mentalité figée, qui se cogne continuellement contre l’inconnu et l’incertitude, est aussi l’apanage de beaucoup d’êtres humains. Ce sont des personnes qui n’admettent pas la critique, qui ne gèrent pas bien les échecs ou les erreurs et qui ont aussi tendance à éviter les défis par peur de l’échec.

Sachant cela, nous devrions reformuler le concept de talent. Ainsi, s’il est vrai que certaines personnes ont une disposition naturelle envers certaines compétences (musique, art, ingénierie), cet avantage ne leur permettra pas d’atteindre le succès ou le bien-être si elles n’ont pas aussi un esprit élastique. C’est la capacité de s’ouvrir à de nouveaux paradigmes et d’appliquer une série de processus très concrets qui marque vraiment l’avantage. Voyons voir de quoi il s’agit.

S’habituer à l’ambiguïté

Les choses ne sont jamais noires et blanches. Notre réalité se déploie dans une gamme de gris peu attrayants auxquels nous devons nous habituer. De cette façon, la mentalité élastique s’habitue à l’incertitude qui définit beaucoup de choses qui nous entourent : le travail que vous considérez comme acquis aujourd’hui peut être perdu demain, la personne qui parie sur nous aujourd’hui peut nous retirer son soutien, etc.

Un homme à l'esprit élastique

L’esprit élastique va au-delà des conventions

Le conventionnel est cet espace sûr auquel il est si facile de s’habituer. Cela nous donne un sentiment de permanence, de calme et d’enracinement. Cependant, s’il y a une chose que nous devons comprendre, c’est que la vie n’est pas statique, elle coule, varie, change et se déplace souvent avec rapidité. Une façon de survivre à ces changements est de pouvoir innover, d’aller au-delà du conventionnel.

Ainsi, pour développer une pensée novatrice, nous devons commencer à compter sur notre créativité et notre intuition. Une telle chose ne peut être réalisée qu’en observant, mais en étant capable de voir au-delà, de percevoir les besoins, les nouvelles perspectives et d’appliquer un comportement proactif.

Tolérance à l’échec : une erreur est une expérience d’apprentissage

La tolérance aux erreurs et la façon dont nous les traitons en disent long sur nous. Alors que la mentalité fixe reste bloquée et tend à éviter les situations où elle ne se sent pas compétente, l’esprit élastique applique une autre vision. Il comprend, par exemple, que l’échec n’est pas une raison d’abandonner certaines choses, c’est une occasion d’apprendre et qu’un pas en arrière forcé est souvent une façon de prendre de l’élan.

Un cerveau qui ne cesse de se remettre en question et qui se nourrit de curiosité

Si nous devions donner l’exemple d’une figure qui a su appliquer la mentalité élastique tout au long de sa vie, nous mettrions en évidence Léonard de Vinci. L’homme de la Renaissance par excellence a fait des recherches comme aucune autre dans le domaine de la connaissance par l’observation, l’expérimentation et l’audace.

Nous savons tous qu’il était en avance sur son temps dans de nombreux domaines. Il y est parvenu grâce à ce don que nous possédons tous et qui a généralement sa plus grande luminosité dans l’enfance : la curiosité. L’esprit élastique non seulement ne craint pas le changement, mais le recherche parce qu’il est motivé par un besoin constant de savoir.

En conclusion, comme le souligne le psychiatre Robert Cloninger, si nous sommes réceptifs aux nouveautés et aux changements dans notre vie quotidienne, et que nous les acceptons sans crainte et avec créativité, notre personnalité s’en trouvera renforcée. L’esprit élastique qui ose s’étendre au-delà de sa zone de confort ne sera plus jamais le même.