Les troubles de l'alimentation et le danger de savoir qui suivre sur les réseaux sociaux

Nous vivons à l'ère de l'information gratuite, mais cette libéralisation de l'information comporte de grands dangers. Les troubles de l'alimentation sont exacerbés par les médias sociaux et par des experts qui ne sont pas si experts dans le domaine.
Les troubles de l'alimentation et le danger de savoir qui suivre sur les réseaux sociaux
Andrea Pérez

Rédigé et vérifié par Psychologue Andrea Pérez.

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2023

À l’ère d’Instagram, Twitter, Tik Tok et autres réseaux sociaux, l’étendue des informations qui nous parviennent est parfois écrasante. Jamais l’information n’a été aussi démocratisée qu’aujourd’hui. Il vous suffit de cliquer sur votre écran pour avoir un accès illimité à toutes sortes de données, conseils, recommandations et thèses d’experts. Toutes les informations qui étaient auparavant reléguées à des secteurs spécialisés sont désormais disponibles et accessibles à tous ceux qui souhaitent les connaître. Parfois, grâce aux algorithmes avec lesquels ces plateformes fonctionnent, il n’est même pas nécessaire qu’il y ait une recherche active. Mais est-ce que tout ce qui brille est vraiment or ? Les médias sociaux peuvent avoir un impact très négatif sur les troubles de l’alimentation selon qui nous choisissons de suivre.

L’un des domaines informatifs qui gagna le plus de popularité et de présence sur les réseaux sociaux ces derniers temps est celui de la nutrition. Ce boom n’est pas inhabituel compte tenu de l’importance des soins physiques qui se répand dans la population. Nous voulons prendre soin de nous et nous voulons bien manger, de manière saine et durable. Nous sommes soucieux de notre apparence physique mais nous sommes également soucieux de notre santé. De sorte que nous prenons de plus en plus en compte la qualité des aliments que nous consommons. Nous sommes conscients de l’importance que la nourriture joue dans notre vie quotidienne. La nourriture est notre essence et nous cherchons à donner à notre corps le meilleur carburant possible. Afin de garantir que notre moteur continuera à fonctionner dans des conditions optimales pendant longtemps.

Avec des conditions sociales en leur faveur, les profils experts dans le domaine de la nutrition sont de plus en plus présents sur les réseaux sociaux. Un secteur auparavant relégué aux consultations privées qui pour beaucoup était économiquement inabordable, a réussi à sortir de son créneau pour sensibiliser et éduquer à travers nos écrans. Les comptes au profil nutritionniste ou axés sur une vie saine ne cessent d’accumuler les likes et les followers.

les réseaux sociaux
Les réseaux sociaux peuvent avoir un impact très négatif sur les troubles de l’alimentation

Les réseaux sociaux sont une épée à double tranchant dans les troubles de l’alimentation.

Si l’on y réfléchit bien, peut-être que cette démocratisation de l’information spécialisée n’est pas aussi anodine qu’on pourrait le penser. Oui, c’est formidable que des experts nous parlent ouvertement de leurs connaissances via les réseaux sociaux. Qu’ils interagissent avec nous. Qu’ils résolvent nos doutes sans avoir à se rendre à une consultation ou à dépenser de l’argent pour cela. C’est magnifique que l’information atteigne de plus en plus de personnes.

Mais il faut rappeler que ni Instagram, ni Tik Tok, ni aucun réseau social, n’obligent quiconque ouvre un compte à prouver sa connaissance du sujet qu’il va traiter. Avec juste quelques connaissances sur le positionnement Web, la visibilité et l’interaction pour “liker” l’algorithme, n’importe quel profil peut atteindre un nombre stratosphérique d’abonnés. Et par toute personne, on entend aussi ceux qui se disent experts dans un domaine sans l’être. L’intrusion dans les réseaux sociaux est à l’ordre du jour. En tant qu‘abonnés, nous devons être très clairs sur le fait qu’un plus grand nombre d’abonnés ne rend pas un compte plus professionnel ou mieux informé qu’un autre. Seul le parcours académique et professionnel de ceux qui communiquent sert d’indicateur de leur bon travail et de leur professionnalisme.

Cette intrusion est extrêmement dangereuse dans un sujet aussi complexe et sensible que la nutrition. Plusieurs études confirmèrent la relation directe entre les troubles du comportement alimentaire (TA) et l’utilisation des réseaux sociaux, tant chez l’adulte que chez l’adolescent. Ces troubles altèrent gravement la santé physique et mentale de ceux qui en souffrent. Et les réseaux sociaux, mal utilisés et entre de mauvaises mains, sont un formidable aimant pour eux.

Nutritionniste ou influencer ?

Imaginez que vous êtes tranquillement à la maison, ou en pause de travail ou d’études et que vous décidez de vous connecter à Instagram. En naviguant à travers photos et reels et stories, un homme qui se dit expert en nutrition vous parle d’aliments interdits, d’astuces pour réduire les calories et maigrir plus vite ou encore comment compenser ces excès estivaux. Il compte des milliers voire des millions de followers. Les gens commentent ses publications avec des milliers de remerciements. Cet homme leur a ouvert les yeux, disent-ils, comme si c’était Moïse qui ouvrait les eaux de la mer Rouge. Et vous commencez à le suivre. Parce que vous pensez qu’il est vrai qu’il serait bon pour vous de perdre ces trois kilos pris pendant l’été. Ou parce que vous ne vous êtes jamais senti complètement à l’aise avec votre corps. Ou parce que vous pensez que votre régime alimentaire n’est pas tout à fait sain et que vous aimeriez le changer.

Depuis que vous suivez cet expert, la plateforme vous propose des profils qui lui ressemblent. Petit à petit vous obtenez toutes les astuces pour améliorer votre apparence physique. Et donc, d’un clic, vous commencez à adopter des comportements de compensation. Vous commencez à diaboliser des aliments voire des groupes alimentaires entiers. Vous devenez obsédé par le nombre sur la balance. C’est alors que vous commencez à augmenter l’exercice jusqu’à épuisement. Votre estime de soi est en train de disparaître, tout comme les calories de votre alimentation. Vous commencez à ressentir des remords lorsque vous mangez quelque chose de “mal”. Les crises de boulimie semblent survenir en raison de l’anxiété. L’inconfort émotionnel devient de plus en plus incontrôlable. Vous êtes carrément tombé dans l’un des nombreux troubles de l’alimentation existants. Peut-être qu’il existait déjà auparavant et qu’il s’amplifia.

Cet homme ne s’est sûrement pas réveillé un jour avec l’idée de causer des troubles mentaux aux gens ou de les aggraver. Il peut même avoir une formation en nutrition (ou du moins c’est ce que nous voulons croire). Mais sa façon de traiter l’information et de la divulguer est contraire à l’éthique et non professionnelle. Ces deux concepts, l’éthique et le professionnalisme, sont essentiels lors de la divulgation d’informations aussi sensibles. Quand on les laisse de côté au profit des likes, des followers et des commentaires positifs, on ne regarde pas un compte d’expert en nutrition. Nous sommes face à un influenceur. Et oui, en tant qu’influenceur, c’est un expert. Mais simplement pour obtenir des abonnés et des revenus économiques à partir d’un réseau social.

réseaux sociaux
Toutes les personnes qui diffusent des informations sur la nutrition ne sont pas expertes ou spécialisées dans les contenus qu’elles proposent.

Vous seul choisissez qui vous voulez suivre.

En tant que consommateurs de réseaux sociaux, il ne nous appartient pas de décider quels comptes doivent être fermés ou lesquels doivent être davantage reconnus. Au-delà de ne pas interagir avec certains contenus en essayant de faire notre part pour ne pas leur donner de visibilité, ou de dénoncer ceux que vous considérez promouvoir des effets néfastes sur la santé, qu’elle soit physique, mentale ou les deux, il n’y a pas beaucoup d’autres outils à notre disposition.

Nous avons cependant le pouvoir de décider qui nous voulons suivre et quel contenu nous voulons conserver. Si nous sommes vraiment intéressés à obtenir des informations sur un domaine, nous avons la possibilité de rechercher des profils vraiment experts et professionnels dans le domaine. Un regard critique sur ce que nous consommons peut nous aider à discerner quels messages s’adaptent à notre situation et peuvent servir de référence, et lesquels peuvent nous nuire. Tout comme suivre quelqu’un sur les réseaux sociaux est aussi simple que de cliquer sur un bouton, il est également facile de ne plus le suivre si son contenu nous met mal à l’aise. Si vous souffrez de l’un des troubles de l’alimentation existants ou si vous pensez en avoir un, il est essentiel de supprimer de votre écran tout contenu susceptible de l’aggraver pour le surmonter.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
9 films sur les troubles de l’alimentation
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
9 films sur les troubles de l’alimentation

Il est difficile de comprendre ce qui arrive à une personne atteinte de troubles de l'alimentation. Nous vous invitons à y réfléchir avec ces 9 fil...



    • Fernández Pérez, N., & Morales Gil, I. (2022). Relación entre el uso de redes sociales y los problemas alimentarios adolescentes. Análisis Y Modificación De Conducta48(177), 73-88. https://doi.org/10.33776/amc.v48i177.6879
    • García Guardiola, I. (2020). Trastornos de la conducta alimentaria y redes sociales. Una perspectiva del siglo XXI.
    • García Puertas, D. (2020). Influencia del uso de Instagram sobre la conducta alimentaria y trastornos emocionales. Revisión sistemática. REVISTA ESPAÑOLA DE COMUNICACIÓN EN SALUD11(2), 244-254. https://doi.org/10.20318/recs.2020/5223
    • Ojeda-Martín A, López-Morales MP, Jáuregui-Lobera I, Herrero-Martín G. Uso de redes sociales y riesgo de padecer TCA en jóvenes. JONNPR. 2021;6(10):1289-307. DOI: 10.19230/jonnpr.4322

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.