Les sens qui se développent avant la naissance

Le développement des sens chez l'être humain n'a pas la naissance comme point de départ. Avant l'accouchement, il existe un processus de développement étonnant dans l'utérus.
Les sens qui se développent avant la naissance

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2020

Pendant les 40 semaines qu’un bébé passe à grandir dans l’utérus, ses sens commencent à se développer. Les bébés ne sont pas seulement occupés à développer des adaptations physiques pour fonctionner après la naissance, ils ressentent également le monde qui les entoure dès leur plus jeune âge gestationnel.

Cet étonnant développement des sens forme la base de l’attachement précoce du bébé à la mère. L’utérus est incontestablement le meilleur environnement pour le développement du fœtus.

Le développement des sens pendant la grossesse affecte grandement le développement du cerveau. Ainsi, dans cet article, nous verrons quels sens se développent plus tôt chez le fœtus. Aussi, certaines donnés vont vous surprendre.

La main d'un bébé qui serre le doigt de sa mère.

Le toucher, l’un des sens qui se développent avant la naissance

Le toucher est le premier sens qui se forme. Son développement débute vers 8 semaines de gestation. Le sens du toucher commence par le développement de récepteurs sensoriels sur le visage, principalement sur les lèvres et le nez.

Au cours des mois suivants, des récepteurs tactiles commencent à se développer dans d’autres parties du corps. Par exemple : la paume des mains et la plante des pieds à 12 semaines et l’abdomen à 17 semaines.

À la douzième semaine, le fœtus peut ressentir des sensations tactiles dans tout son corps. Il y a l’exception du sommet de sa tête, qui reste engourdi jusqu’à la naissance.

Cependant, les scintigraphies cérébrales suggèrent que les fœtus ne ressentent de douleur qu’après 30 semaines. À ce stade, les voies neuronales somatosensorielles finissent de se développer. Au milieu du troisième trimestre, le bébé peut apprécier un large éventail de sensations dont la chaleur, le froid ou la pression.

Les sens du goût et de l’odorat

Le goût et l’odorat sont des sens étroitement liés. Le goût est en fait 90 % lié à l’odorat. Il a été démontré que certaines saveurs, telles que la vanille, la carotte, l’ail, l’anis ou la menthe poivrée, se transféraient dans le liquide amniotique.

Le goût

Les papilles gustatives d’un fœtus commencent à apparaître à 8 semaines. Au stade de 13 à 15 semaines, les fœtus ont déjà des papilles gustatives similaires à celles des adultes. Tout ce que la mère mange pendant que le bébé est dans l’ utérus imprègne le liquide amniotique que le bébé consomme.

L’odorat

Comme commenté précédemment, le sens de l’odorat va de pair avec le goût. À la naissance, le bébé ne peut identifier sa mère que par l’odeur, notamment par l’odeur du lait maternel.

Si tout de suite après la naissance, on place le bébé sur sa mère, il ne fera que ramper sur son torse, guidé par l’odeur du colostrum, jusqu’à ce qu’il atteigne le mamelon. C’est ce qu’on appelle la “traînée de poitrine”.

L’ouïe

Le système auditif est complètement développé à 20 semaines de gestation. Au bout de 23 semaines, un fœtus peut réagir aux bruits forts. Le bébé peut également identifier les voix des membres de la famille qu’il avait entendues dans l’utérus.

Les bébés avec une audition normale paniquent également en réponse aux sons forts. Les nouveau-nés semblent également préférer une voix plus aiguë, comme celle de leur mère, à une voix plus basse, comme celle de leur père.

Une étude réalisée en 2014 auprès de nouveau-nés prématurés a montré que faire écouter un enregistrement de la voix de la mère à un bébé pendant qu’il suce une tétine était suffisant pour améliorer le développement des compétences d’alimentation orale et raccourcir leur séjour à l’hôpital. Un fait étonnant.

La voix d’une mère calme le bébé dans les situations de stress. Elle réduit les niveaux de cortisol, l’hormone du stress, et augmente les niveaux d’ocytocine, l’hormone du bien-être.

La vue

Bien que l’obscurité règne dans l’utérus, la peau humaine laisse passer un peu de lumière. Les chercheurs ont découvert que les fœtus étaient environ deux fois plus susceptibles de suivre le mouvement des motifs de points qui ressemblaient à un visage humain. Le même schéma et la même préférence ont été montrés chez les bébés après la naissance.

Cela suggère que la préférence pour les visages humains peut être innée et pas simplement le résultat d’expériences qui se produisent après la naissance. De plus, cela montre clairement que le fœtus réagit activement au monde extérieur bien avant qu’il n’y pénètre.

La vision chez le nouveau-né

Un nouveau-né est très myope. Les nouveau-nés ne voient pas les couleurs comme les adultes. Dans le cas des formes, ils ne les distinguent pas avant l’âge de six mois.

Les yeux des nouveau-nés sont aussi sensibles aux lumières vives. Ils ferment les yeux plutôt que de regarder la lumière. À l’âge d’un mois, un nouveau-né peut voir les couleurs, mais préfère souvent regarder les objets en noir et blanc.

À environ sept mois, un bébé a développé sa coordination œil-main et sa perception de la profondeur pour pouvoir atteindre les jouets en dehors de sa zone immédiate. Sa concentration s’améliorera au cours des deux à trois prochaines années à mesure que ses yeux mûriront et pourront voir plus clairement.

Un bébé qui joue allongé par terre.

Le développement des sens après la naissance

L’évidence d’un développement sensoriel précoce in utero ouvre la possibilité de stimuler le bébé pendant la grossesse. Et ce, en modifiant des facteurs tels que l’apport alimentaire maternel ou la sélection de la musique de fond.

Cependant, une bonne partie du développement sensoriel d’un bébé est achevée après la naissance. Ainsi, la stimulation sensorielle aux effets les plus importants est celle qui a lieu après la naissance, avec le développement cognitif.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les neurosciences, un moyen de comprendre le comportement de l’esprit
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Les neurosciences, un moyen de comprendre le comportement de l’esprit