Les relations toxiques

28 mars 2015 dans Emotions 17 Partagés
<
div class="thumbnail">Qu’est-ce qu’une décision ? Qu’est-ce que la tristesse ? Qu’est-ce que l’amour ? 
Si une personne tombe amoureuse d’une manière toxique, cette maladie l’accompagne jusqu’à la fin de ses jours. Le sarcasme, les moqueries et la manipulation détruisent son estime personnelle, et sa capacité à décider pour elle-même.
Une faible estime personnelle, la volonté de sauver celui qu’on aime, le rôle de victime assumée, le désir d’être accompagné à n’importe quel prix, de jouer un rôle social déterminé ainsi que la peur d’avancer dans la vie deviennent des motifs qui justifient ces relations toxiques, et qui deviennent tout simplement insolubles.
Dans une relation toxique, l’une ou les deux personnes qui en font partie souffrent bien plus qu’elles ne prennent de plaisir à être ensemble.
L’un des deux (ou parfois, les deux en même temps) sont soumis à une forte usure morale, car elles luttent pour maintenir la relation à flot. Les deux peuvent avoir ces caractéristiques, et souffrir d’un harcèlement moral de la part de l’autre.
Une personne toxique joue à culpabiliser l’autre de tout ce qui se passe dans la relation, en suivant toujours ce qu’elle fait, car elle ne peut simplement pas lui laisser d’espace.
Elle a peur qu’en le faisant, l’autre découvre qu’elle vive dans une relation malade. Elle utilise le manque de confiance, la trahison et le mépris pour la garder sous sa coupe.
Paulo Coelho nous avertit contre ce mal dans un extrait de son livre « Onze minutes » :
« Durant toute ma vie, j’ai conçu l’amour comme une espèce d’esclavage consenti. Mais ce n’est pas ainsi : la liberté peut seulement exister quand l’amour existe lui aussi.
Celui qui se donne totalement et qui se sent libre, aime au maximum. Et celui qui aime au maximum, se sent libre. Mais, en amour, chacun d’entre nous est responsable de ce qu’il ressent, et ne peut accuser l’autre pour cela.
Personne ne perd personne, car personne ne possède personne. 
Et c’est ça la véritable expérience de la liberté : avoir la chose la plus importante du monde sans la posséder ».
En résumé, la décision d’être libre appartient à chacun d’entre nous.
Image de STILLFX

A découvrir aussi