Les relations difficiles : comment réinterpréter votre récit ?

29 septembre 2019
Obstacles, faiblesses, tristesse... et aussi des relations difficiles. Ce sont des ingrédients vitaux qui sont très sensibles à la façon dont nous les abordons. Dans cet article, nous les traitons du point de vue littéraire : aujourd'hui, nous devenons les héros de notre propre vie.

Nous sommes des êtres sociaux. Il est très compliqué, pour ne pas dire impossible, de développer une vie saine sans relation avec qui que ce soit. En tant qu’enfants, nous nous socialisons et faisons partie de groupes plus ou moins nombreux qui peuvent changer et s’élargir avec le temps. Puis céder la place à des relations de toutes sortes, y compris des relations difficiles.

Qui n’a pas connu une relation tendue ? Au niveau familial ou professionnel, voire dans une relation de couple, qui peut devenir difficile à un certain point. Face à cela, nous disposons de deux approches. Nous pouvons penser que ces personnes apparaissent dans nos vies comme des obstacles. Mais nous pouvons aussi aller un peu plus loin et peut-être les considérer comme des défis.

Ne nous y trompons pas : la vie est un défi permanent. En tant qu’êtres humains, nous traversons des étapes, des cycles et des relations. Quand les personnes interagissent, avec leurs antécédents, leurs personnalités, leurs tempéraments, leurs circonstances présentes et leurs rêves d’avenir respectifs, il s’agit quasiment d’une expérience psychochimique. Elle est assez ambitieuse, très prometteuse, mais elle ne se passe pas toujours bien.

Un couple ayant des relations difficiles

 

Étincelles ou combustion

Généralement, lorsque nous commençons une relation avec quelqu’un, qu’elle soit romantique, professionnelle, familiale ou platonique, nous voulons tous sentir ces étincelles qui nous font sentir vivants, aimés, admirés et respectés. Mais la vérité, c’est que bien souvent, les étincelles se transforment en combustion pure, et ce n’est pas vraiment ce que nous recherchons.

Certaines de nos relations deviennent difficiles. Et il ne semble pas y avoir grand chose que nous puissions faire pour y remédier. Les tensions cèdent souvent la place à des attitudes plus difficiles et même à des confrontations verbales. Souvent, nous avons tendance à éviter ces personnes en n’intensifiant pas le conflit. Mais nous ne pouvons pas toujours le faire.

Une autre façon de gérer les relations difficiles

Si l’on regarde la littérature ou le cinéma, on découvre que chaque protagoniste a son propre caractère dynamique, sensible à l’évolution de l’intrigue. Des situations conflictuelles surviennent alors, généralement causées par un autre personnage, antagoniste du premier. Ces antagonistes remettent en question le point de vue du protagoniste en le plaçant dans des situations qui l’incitent à déployer et à améliorer ses ressources et ses compétences.

La vie n’est pas très différente. Si nous nous déguisons en protagonistes et que nous sommes capables d’entrevoir qui sont nos antagonistes et quels sont les défis qu’ils nous posent, nous pouvons commencer à surmonter la tension et à croître.

Victimes ou héros de relations difficiles

Face à des situations posées par des relations difficiles, nous avons tous deux voies. Nous pouvons nous lamenter et nous sentir victimes de nos antagonistes. Ou nous pouvons chercher une solution qui nous donne du pouvoir. Il ne s’agit pas d’une confrontation, mais plutôt d’un travail intérieur qui révèle les variables ou les facteurs qui nous ont conduits à cette situation.

L’insécurité n’est pas de bonne compagnie dans les relations difficiles. Commencer par l’appréciation et le respect de soi-même est la meilleure façon de prendre ce chemin du héros. Parfois, une phrase comme « si tu continues à me parler comme ça, je m’en vais » reflète une attitude puissante et très courageuse. Nos antagonistes ont du pouvoir sur nous précisément parce qu’ils nous attaquent là où ça fait mal.

Comprendre et guérir nos réactions

Une partie très importante de notre propre développement psychologique est de comprendre, guérir et changer les réponses à nos blessures émotionnelles. Beaucoup de thérapeutes soutiennent que nous attirons des gens qui ont les meilleurs et les pires traits de caractère de nos parents.

Il y a une raison à cela. C’est une réaction inconsciente au besoin secret (même pour nous-mêmes) de résoudre des problèmes qui ne pourraient être résolus avec nos parents. Dans de nombreux cas, il s’agit symboliquement de gagner l’admiration et le respect d’un parent critique et sévère.

Si nous observons que nos relations difficiles se répètent avec les figures d’autorité, les antagonistes de notre vie peuvent jouer le rôle du parent dominant que nous n’avons jamais su satisfaire.

Ce jeu des antagonistes est une ressource qui est utilisée avec beaucoup de succès dans des séances d’aide au développement personnel. C’est un exercice personnalisé, où l’on retrouve son caractère et son antagoniste. La différence avec la littérature est que nos antagonistes ne sont pas des personnages démoniaques ou mauvais par nature. Ce sont généralement des gens comme nous, avec leurs peurs, leurs espoirs, leurs émotions et leurs comportements acquis. Fragiles… et en même temps faibles.

Les professeurs de la patience

Si, dans le contexte de relations difficiles, nous décidons de prendre le chemin du héros, nous commencerons à voir nos antagonistes comme nos véritables professeurs de patience, de courage, de compassion, de flexibilité…

En réalité, nous pouvons en profiter pour renforcer et améliorer notre caractère et nos muscles émotionnels. Si nous travaillons sur ces aspects, nous serons en mesure de développer et d’améliorer les aires endormies. Les ressources oubliées ou ignorées.

Comment faire en sorte de ne pas avoir de relations difficiles au travail ?

Les questions puissantes

Le coaching traite de nombreuses questions importantes. Et lorsqu’il s’agit de faire face à des relations difficiles et de le faire de ce point de vue, il y a des choses que nous pouvons faire pour nous-mêmes. Ce sont des questions qui exposent notre propre capacité de discernement.

Si nous voulons jouer à écrire le livre de notre propre vie, nous analyserons les personnages qui s’y trouvent. Nous nous demanderons qui sont nos antagonistes actuels et ce qui les rend si difficiles pour nous.

Si nous avions écrit cette histoire nous-mêmes, nous nous demanderions pourquoi nous avons choisi le personnage en question. Normalement, les antagonistes sont créés pour obtenir une version plus évoluée du protagoniste dans l’histoire.

Une autre question qui nous aidera à gérer des relations difficiles sera de savoir quelles compétences ou vertus peuvent nous aider à relever ce défi. Dans le coaching, nous gérons une longue liste de vertus, telles que l’affirmation de soi, la résilience, le courage, la compassion, la patience, la conscience de soi…

Si vous êtes prêt à être l’auteur de votre propre histoire, vous voudrez peut-être commencer par vous asseoir et réécrire votre propre scénario. Observez vos situations de vie et vos relations difficiles d’un échelon supérieur, celui du scénariste. Cela vous donnera toujours une meilleure perspective que celle de l’acteur sous le feu des projecteurs.

 

  • Heffernan, M. E., Chong, J. Y., & Fraley, R. C. (2018). Are People Attracted to Others Who Resemble Their Opposite-Sex Parents? An Examination of Mate Preferences and Parental Ethnicity Among Biracial Individuals. Social Psychological and Personality Science. https://doi.org/10.1177/1948550618794679
  • Harding, D. J., Dobson, C. C., Wyse, J. J., & Morenoff, J. D. (2017). Narrative change, narrative stability, and structural constraint: The case of prisoner reentry narratives. American journal of cultural sociology, 5(1), 261–304. doi:10.1057/s41290-016-0004-8
  • Schneiderman, Kim (2019) How to Reframe Your Narrative About Difficult Relationships. Imagine your nemesis as the personal trainer of your emotional muscle workout. Psychology Today