Les personnes qui ne s'affrontent pas : de la passivité à l'agressivité

Connaissez-vous quelqu'un qui ne sait pas comment affronter les désaccords et qui, au lieu de dialoguer, opte pour le silence ou la "loi de la glace" ? Il n'est pas facile de vivre avec quelqu'un qui évite d'affronter les problèmes quotidiens et les différences et fait preuve de passivité. Nous vous montrons ce qu'il faut faire dans ces cas-là.
Les personnes qui ne s'affrontent pas : de la passivité à l'agressivité
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 18 avril, 2023

Quasiment personne ne se passionne pour la polémique, l’opposition, mettre des mots sur la colère et argumenter la démangeaison d’une injustice. Nous parlons de personnes qui ne se confrontent pas. Pourtant, affronter une situation avec intelligence, assertivité et respect est un outil de vie qui offre de l’oxygène à nos relations. Parce que quelque chose dont nous ne nous débarrassons pas dans presque tous les scénarios, c’est de devoir faire face à une autre divergence.

Plus naturel que les étoiles filantes et le pollen de printemps sont des arguments dans les couples. En fait, peu de réalités sont aussi actuelles, ordinaires et, bien sûr, ennuyeuses que ces affrontements occasionnels avec des membres de la famille, avec des collègues et même avec nos amis. Les relations, après tout, ne sont pas aseptiques ou dominées par une harmonie millimétrée.

De plus, des écarts bien gérés donnent de la texture et de la souplesse à n’importe quel lien, en l’assainissant et même en le renforçant. Mais ce n’est pas ordinaire, car s’il y a un phénomène que l’on voit fréquemment, c’est l’immaturité dans le bon art de la confrontation. Il y a beaucoup de gens qui l’esquivent et, à la place, appliquent des mécanismes agressifs et même manipulateurs.

Nous sommes sûrs que la plupart d’entre vous ont subi les effets de cette conduite maladroite à un moment donné. Nous l’analysons.

Derrière l’incapacité à affronter, il y a des peurs, un manque de compétences sociales et d’intelligence émotionnelle.

couple séparé représentant des personnes non confrontées
Le manque de capacité à se confronter crée une grande distance entre les gens.

Comment vont les gens qui ne se confrontent pas ?

Savoir se confronter est un outil fondamental de survie et de bien-être pour nous tous. Exposer nos sentiments, nos croyances et défendre nos propres droits, sans couper le pont d’une relation, est une grande compétition. Cependant, nombreux sont ceux qui se sentent dépassés par les émotions inconfortables qu’une différence, un décalage, suscite.

La vérité est qu’il serait très bénéfique que nous soyons éduqués dès l’enfance dans un domaine : celui de ne pas craindre la confrontation ou de la voir comme une menace. Nous devrions le comprendre comme une partie de plus de l’existence dans la société. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons mieux gérer l’anxiété et la frustration inhérentes qui sont stockées chez ceux qui ne tolèrent pas l’opposition.

Les personnes qui ne s’affrontent pas, parce qu’elles n’ont pas les compétences pour le mener à bien, souffrent plus qu’on ne le pense. C’est quelque chose que nous devons comprendre. L’inconfort est si élevé et l’agitation émotionnelle si vitriolique, qu’ils conduiraient à des comportements très problématiques, tant pour eux-mêmes que pour les autres. Examinons de plus près ces profils.

L’un des effets les plus courants du fait de ne pas savoir ou de vouloir affronter est l’utilisation de la “loi de la glace” ou du traitement silencieux.

1. Peurs et évitement de la douleur : ne me compliquez pas la vie

Les hommes et les femmes qui évitent la confrontation souhaitent que la vie soit une promenade en gondole. Ce qu’ils font pendant une bonne partie de leur vie, c’est éviter la douleur, l’inconfort et se soustraire à la responsabilité de faire face à une situation difficile. De même, il convient de noter qu’ils sont saisis par le poids de nombreuses peurs. En voici quelques exemples :

  • Peur de ne pas paraître compétent lors de cette conversation difficile.
  • Panique à l’échec ; ils sont soucieux de ne pas imposer leur vérité, leur point de vue.
  • Peur de perdre, que pendant cette discussion nous perdrons l’autre personne en disant quelque chose de mal.
  • Peur de la tension du moment, de vivre une accumulation de stress et d’émotions difficiles à gérer.
Les peurs et l’évitement sont deux racines qui sous-tendent ce type de comportement.

2. Ils recourent au traitement silencieux

Les personnes non conflictuelles utilisent souvent le traitement silencieux ou la “loi de glace“. Autrement dit, lorsqu’ils rencontrent un désaccord ou quelque chose qui les met mal à l’aise ou en colère, au lieu d’en parler, ils choisissent de se taire. Ce sont des situations dans lesquelles ils utilisent des phrases telles que : “Tout va bien chez moi, tu le sauras”.

L’Université du Tennessee a étudié ce comportement. Dans un ouvrage, il explique que c’est un phénomène qui apparaît fréquemment dans les relations de couple. Ne pas parler de ce qui vous dérange et se cacher derrière le silence est un comportement dysfonctionnel, immature et même manipulateur qui intensifie encore la différence ou le conflit spécifique.

3. Réagir avec colère au lieu de répondre avec intelligence

Certains sont constitués de boutons qui, au moindre contact, explosent comme une centrale nucléaire. Les personnes qui ne se confrontent pas se livrent souvent à l’émotion ressentie la plus problématique : la colère. En fait, ils ont souvent recours à la technique « œil pour œil ». En d’autres termes, si vous me dites ou me faites cela, je le répéterai avec vous, mais avec une intensité plus élevée.

Ne pas savoir se confronter peut laisser place à deux types de comportements : agressifs et passifs. Ces derniers définissent ces personnes qui, en ne contredisant pas ou en n’argumentant pas, peuvent même ne pas exprimer leurs opinions à haute voix.

4. Passivité, se taire et céder pour ne pas se confronter

Jusqu’à présent, nous avons décrit les profils qui, en raison de leur comportement, appliquent l’agressivité et même la manipulation. Ne pas parler de ce qui les dérange, laisser un vide ou, au contraire, agir de manière vengeresse, sont des actions très problématiques. Cependant, il y en a aussi beaucoup qui, pour ne pas discuter, cèdent, se cachent et se taisent.

Il s’agit de personnes qui ne se confrontent pas de peur de perdre une relation, de décevoir ou de contredire les autres. Par conséquent, ils choisissent de ne donner aucun indice sur la contradiction, la colère ou l’opinion contraire. Ce type de condescendance néfaste crée une forme de passivité très néfaste pour ceux qui la pratiquent.

Collègues parlant de personnes non conflictuelles
Il faut essayer de communiquer avec les personnes qui ne veulent pas se confronter, en leur donnant des facilités pour s’exprimer avec respect.

Comment traiter ce type de profils ?

Personne ne vient au monde avec des compétences de confrontation de base ancrées dans son ADN. Des dimensions telles qu’une bonne gestion émotionnelle, des compétences sociales et de communication correctes sont apprises ; nous le savons.

Maintenant, que faisons-nous de ce partenaire qui, de temps en temps, recourt à la « loi de la glace » ou au silence comme punition ? Comment agir avec ce collègue qui, au lieu de dire ce qui le dérange chez nous, nous répond par des petites flèches dans le dos ? Ce n’est pas à nous d’éduquer ceux qui n’ont pas fait le pas de mûrir au bon art du dialogue face aux écarts, mais nous pouvons montrer l’exemple.

Devant ceux qui ne savent pas ou ne veulent pas se confronter, exposez vos revendications et clarifiez l’effet qu’aurait le fait de ne pas communiquer avec respect et intelligence. Faites-le patiemment et respectueusement. Expliquez clairement que les problèmes deviendront chroniques s’ils ne sont pas résolus, que la communication ne fait pas mal, mais son absence ou sa mauvaise gestion si.

Dans le voyage de la vie, c’est toujours le moment d’acquérir de nouveaux outils pour mieux naviguer dans l’océan relationnel. Je souhaite que nous ayons tous franchi cette étape.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Buss, D. M., Gomes, M., Higgins, D. S., & Lauterbach, K. (1987). Tactics of manipulation. Journal of personality and social psychology52(6), 1219–1229. https://doi.org/10.1037//0022-3514.52.6.1219
  • Schwabe, J & Gollwitzer, M. (2020). Explaining third-party reactions in interpersonal conflicts: A role-taking approach. Group Processes & Intergroup Relations. 24(6). 136843022090832. 10.1177/1368430220908328.
  • Wright, Courtney & Roloff, Michael. (2009). Relational Commitment and the Silent Treatment. Communication Research Reports. 26. 12-21. 10.1080/08824090802636967.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.