Les normes nous poussent à aider davantage

L'altruisme est très sensible aux normes sociales. En fait, ce sont elles qui finissent parfois par faciliter ou empêcher les comportements utiles. De plus, nombre de ces normes sont déterminées par l'acquisition de renforts et l'évitement des punitions.
Les normes nous poussent à aider davantage

Dernière mise à jour : 09 novembre, 2021

Contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, l’altruisme ou le comportement utile n’ont pas toujours un pur fond de bonté. Au moins les études psychosociales sur ce sujet semblent soutenir cette idée. D’autre part, il existe de nombreuses variables qui matérialisent une motivation altruiste. Parmi ces facteurs modulateurs ou médiateurs, on trouve les normes.

Ainsi, on peut dire qu’à un certain moment, des circonstances peuvent provoquer une diffusion de responsabilité ou une prise de responsabilité. En ce sens, il existe tout un courant de recherche qui défend que ces aspects influencent le moment où la motivation altruiste elle-même se produit.

Quoi qu’il en soit, nous allons passer en revue dans cet article ces circonstances auxquelles les comportements ou les motivations altruistes sont sensibles. Certaines sont englobées dans le contexte des normes, en particulier des normes sociales.

Les normes et leurs effets.

Le rôle de l’influence ou des normes sociales

La prise de décision d’aider ou non dans une situation est largement déterminée par des processus qui peuvent générer une influence sociale. En tant que bon zoon politikon que l’on considère depuis des temps immémoriaux, l’homme cherche des récompenses et essaie d’éviter la punition. Dans ce cadre, les conséquences n’ont pas à être matérielles – en fait, elles ne le sont généralement pas – mais on pourrait les considérer comme des renforcements sociaux symboliques.

Les normes sociales sont chargées de renforcer ou de punir selon les comportements des membres du groupe. Par exemple, si la norme veut que la moitié de ce qui est chassé soit partagée avec les membres les plus faibles du groupe, c’est le respect de cette norme sociale qui détermine le renforcement – si la nourriture est partagée, on sera bien vu dans le groupe. Ou l’administration de la punition – si elle n’est pas partagée, la conséquence peut être la censure ou l’isolement social.

Krebs et Miller (1991) trouvent trois exemples de normes sociales qui influencent souvent la décision d’aider ou non un tiers. Ces normes sont : la réciprocité, la responsabilité et l’équité.

Réciprocité : rendez-moi tout avec intérêt !

Selon ces auteurs, l’une des normes sociales — les normes au sein d’un large groupe de personnes — qui influence le plus est la réciprocité. Cette idée fait référence à un modèle relationnel dans lequel l’exécution d’un comportement d’aide – ou d’une faveur – est délivrée avec l’espoir qu’à l’avenir l’aide viendra dans la direction opposée.

Par conséquent, l’aide dans ce cas devient une sorte d’investissement pour l’avenir. Tout comme nous accumulons des provisions face à la menace de famine, nous accumulons également des faveurs en attente de remboursement en raison de ce qui peut arriver dans le futur. Nous ne savons jamais de qui ou de quelles ressources nous aurons besoin, et on pense que cela agirait comme une motivation pour l’altruisme.

Au sein de la réciprocité, plusieurs facteurs influencent la topologie du comportement d’aide. Ces facteurs sont : le besoin du bénéficiaire – si l’on constate qu’il a besoin de beaucoup d’aide, on s’attendra à un retour plus important – ou les ressources du donateur – si l’autre ne peut pas nous offrir des ressources précieuses, il y aura moins de probabilité que le comportement d’aide se produise.

Responsabilité : je vous aide si vous dépendez de moi

Bercowitz (1972) a dit que l’homme aide ceux qui dépendent de son aide. Par conséquent, l’acte altruiste ou le comportement d’aider un tiers sera également influencé par la dépendance que le tiers a envers soi-même. Les gens ont tendance à se sentir plus responsables du sort des autres s’ils font preuve d’une plus grande dépendance ou vulnérabilité.

C’est un type d’altruisme extrinsèque, c’est-à-dire non satisfaisant en soi, car il y a aussi des renforts – à la fois positifs et négatifs – ; la personne cherche quelque chose. Aider quelqu’un qui dépend de nous est un bon moyen d’éviter la culpabilité, d’éviter les reproches du groupe ou de renforcer la pensée qui dit que nous sommes importants et nécessaires.

D’autre part, de nombreux facteurs peuvent retarder le comportement d’aide. L’un d’eux peut être la diffusion de responsabilité — penser qu’une autre personne va fournir l’aide demandée et la déléguer automatiquement, sans même savoir si l’hypothèse va se réaliser — ou des changements d’humeur.

Équité : aider de la bonne manière

Enfin, une autre règle sociale fait référence à l’équité. L’équité détermine une recherche de proportionnalité entre ce qui est reçu et ce qui est apporté.

Par conséquent, l’émission du comportement d’aide dépend de la répartition du poids sur la balance. S’il est déterminé que beaucoup de choses ont déjà été faites par rapport à un problème, la personne pensera qu’elle en a déjà fait assez pour bénéficier de certains avantages.

Cela signifie que l’équité peut conduire à la fois à un comportement d’aide et à un comportement égoïste en fonction de l’équilibre entre les coûts et les avantages du moment. Thibaut et Kelly déterminent qu’un comportement généreux aujourd’hui peut nous permettre d’anticiper un comportement généreux demain.

Les normes et l'égalité.

Origine des normes sociales : les valeurs

Les normes sociales ne sont pas toutes les mêmes dans les différentes cultures. En fait, l’universalité des normes doit être vue à partir de la comparaison interculturelle. Ces normes qui régissent notre comportement peuvent être personnelles — de soi — ou culturelles — insérées dans le groupe social dans lequel on habite —, mais elles sont fondées sur des valeurs.

Les valeurs sont des croyances sur la fin ultime des choses, qui guident à un niveau abstrait notre façon d’être et notre jugement sur ce qui se passe dans le monde. Par conséquent, elles façonnent également les normes sociales selon lesquelles nous vivons.

Les valeurs les plus intrinsèques pouvant être liées à l’altruisme ou au comportement d’aide sont au nombre de deux : la bienveillance et l’universalisme. La bienveillance désigne le souci ressenti pour le bien-être des personnes connues et proches, qui comptent pour nous. L’universalité renvoie à un concept plus abstrait, le souci du bien-être des personnes en général, le bien commun.

En fonction des valeurs sociales, d’autres types de normes personnelles et différents critères seront configurés lorsqu’il s’agit de fournir un comportement utile ou non. Les normes sociales sont très différentes dans des pays comme l’Inde ou les États-Unis.

  • En Inde, il existe une culture très forte liée à l’aide aux autres. L’absence d’assistance peut entraîner de lourdes sanctions et est considérée comme une obligation objective dans le pays asiatique.
  • Aux États-Unis, aider est obligatoire, mais dans des situations de besoin urgent ou dans les relations familiales.

Tout ce qui précède essaie de comprendre l’altruisme au-delà de la bonté ou de la personnalité d’une personne. L’altruisme, comme toute autre manifestation, est régulé par un mécanisme complexe dans lequel les renforcements et les punitions, les avantages et les normes sociales ont également quelque chose à dire, favorisant ou entravant les comportements d’aide.

 



  • Bourdieu, P. (1990). Sociología y cultura (Colección Los Noventa). México: CNCA/Grijalbo.
  • Tajfel, H. (Ed.). (1978). Differentiation between social groups: Studies in the social psychology of intergroup relations. New York: Academic.