Les iIlusions sont optiques, quand le cerveau s’équivoque

· 13 décembre 2015

Les illusions d’optique ont toujours attiré notre attention. Elles constituent de petits défis pour nos sens, qui nous déconcertent et nous captivent. Les chiffres se déplacent-ils? Voit-on des visages ou des objets? Y-a-t-il un seul visage ou plus?

Toutes ces questions ont donné de la matière à étudier à de nombreux scientifiques qui se sont intéressés à nos processus mentaux et à la façon dont nous traitons l’information.

La base de ce mystère se concentre sur le mode de fonctionnement de notre cerveau qui est terriblement logique. Ce dernier veut donner un sens et un équilibre à tout ce qu’il voit et à toutes les données que nos sens lui envoient, dans ce cas particulier, la vue.

Qu’est-ce qui se passe?  Pourquoi ce désordre visuel ? – se demande le cerveau. Dans l’impossibilité de trouver une réponse, le cerveau réinterprète l’information, tout simplement.

Le cerveau fonctionne comme un statisticien

La manière dont nous voyons notre réalité dépend uniquement de nos processus mentauxEn fait les scientifiques pensent même que si nous utilisions notre cerveau de manière différente, nous interpréterions le monde d’une autre façon.

Pourquoi ces images sont-elles donc si déconcertantes ? Des lignes mal définies, des objets flottants, des perspectives étranges… Notre rétine capte toutes ces données et les envoie immédiatement à notre cortex cérébral pour les analyser et les interpréter.

Le problème c’est que notre rétine capte ces images uniquement en deux dimensions. C‘est une information limitée qui se concentre seulement sur les bordures, les couleurs et les formes.

Comment agit notre cerveau? Selon les statisticiens, ce que nous voyons a une capacité du mouvement. Cependant cela n’a pas de sens. Evidemment nortre partie rationnelle nous dit que c’est impossible et que les tableaux ne pas peuvent bouger, même si nous en avons l’impression.

Types d’illusions d’optique 

Il existe deux principaux types d’illusions d’optique :

1. Illusions cognitives: Comme nous l’avons expliqué précédemment, notre cerveau interprète de façon erronée les informations que lui envoient les yeux et commet des erreurs dans la déduction par rapport à la dimension et à la perspective des objets.

2. Illusion physiologiques :   elles se produisent lorsque nous nous trouvons dans un état second. Notre rétine souffre d’un léger trouble à la vue d’un objet auquel elle ne peut s’adapter.

Nous faisons par exemple l’expérience d’une « après image », quand une image reste imprimée dans nos yeux lorsqu’il y a trop de luminosité, de couleurs, de clignotements.

Essayez de regarder cette image. Peu à peu le rose devient vert, et si vous passez beaucoup de temps à regarder le point central, les cercles qui l’entourent commencent à disparaître car la rétine s’épuise.

Tout cela nous permet d’en conclure que notre perception des choses n’est pas toujours telle que nous pensons.

Percevoir signifie aussi interpréter

Notre monde tel que nous le voyons n’est pas un reflet exact qui se projette au travers de nos sens jusqu’au cerveau. Dans l’absolu, notre cerveau analyse, synthétise, transforme et interprète.

Face à l’étrange et au désordre, il nous apporte un équilibre et une réponse le plus logiquement possible. Grâce à notre cerveau, nous nous adaptons au monde qui nous entoure, et sans aucun doute de manière plus que passionnante!