Les gens qui ne supportent pas l'humanité : entre sarcasme et vide existentiel

Vous connaissez sûrement l'une de ces personnes qui se croient au-dessus de l'humanité. Celui qui pense que son opinion est scientifique et en même temps vraie. Nous avons parlé des raisons qui les poussent à maintenir cette attitude envers le monde.
Les gens qui ne supportent pas l'humanité : entre sarcasme et vide existentiel

Dernière mise à jour : 07 février, 2022

Il y a des gens qui ne supportent pas l’humanité. Entre sarcasme et vide existentiel, ils envoient des messages négatifs sur l’espèce à laquelle ils appartiennent.

Ce sont peut-être des expériences très négatives avec d’autres qui ont motivé ces pensées. Cependant, lorsqu’ils mènent leurs analyses, ils ne font pas allusion à leur douleur ou à leur désenchantement social. Ce sont des gens qui méprisent l’humanité parce qu’ils sentent que leur existence est supérieure émotionnellement ou intellectuellement.

Peut-être une série d’attentes irréalistes sur la société ou une éducation répressive sont-elles à la base de cette conception du monde.

Adopter cette attitude de haine envers l’humanité conduit souvent à un rejet de la nature elle-même. Enfin, les personnes qui ne soutiennent pas l’humanité adoptent une attitude de critique et de rigidité morale excessive vis-à-vis des opinions et des comportements des autres.

Homme narcissique se montrant du doigt

Un sarcasme et une supériorité morale qui épuisent

Comme nous l’avons souligné, les personnes qui expriment la désaffection et le rejet des autres peuvent avoir accumulé des expériences négatives sur le plan social. Cependant, ils ne l’expliquent pas spécifiquement. Exprimer que vous avez subi du harcèlement, que vous avez vécu une mauvaise expérience familiale ou que vous avez été trahi par un ami peut être compliqué.

Lorsque vous traversez une mauvaise passe, il est conseillé d’aller voir un professionnel de la santé mentale et si vous sentez que vous n’êtes pas capable de vous en sortir, de prendre soin de vous, vous pouvez demander de l’aide à un professionnel. Cependant, de nombreuses personnes restent silencieuses, finissant par se noyer dans leur propre angoisse.

Un écosystème insuffisant

Les gens qui ne supportent pas l’humanité doivent mettre une loupe sur les points où ils pensent qu’ils diffèrent des autres. De leurs modes, de leur manque d’intelligence ou simplement de leur façon de vivre. Ils ont un besoin brûlant de se différencier en tant que « leaders », que ce soit en termes d’opinion, de valeurs ou de possessions. Pour ces personnes, côtoyer les autres sans les juger n’est pas satisfaisant.

De là vient le mépris absolu de ce que font les autres alors que cela pourrait se résumer à un simple « j’aime » ou « je n’aime pas ». De peur d’exprimer une opinion avec des nuances ou des précisions, ce qui impliquerait une plus grande exposition personnelle, ils préfèrent exprimer un mépris général pour quelque chose.

Le camouflage dans la critique générale est plus sûr pour l’estime de soi qu’une explication vraiment fondée.

Le risque de généralisation

Le risque des généralisations est qu’elles masquent notre éventail d’émotions et, par conséquent, rendent difficile leur différenciation. La généralisation est une couche vague, uniforme et flasque d’opinions et d’évaluations qui ne sont rien de plus que le produit de notre expérience personnelle et de notre apprentissage social. Ce ne sont que des préjugés envers les gens, mais certains croient que cela suppose une opinion universelle.

Nous sommes tous déterminés par l’environnement et pourtant nous sommes des êtres individuels. Il n’est pas nécessaire pour nous de nous différencier des autres avec le besoin de souligner que nous sommes uniques. Avec les expressions “cette société de peu de valeurs”, “ces gens si vulgaires” ou “nous méritons de disparaître”, personne ne transmet la sagesse, mais plutôt quelque chose du vide existentiel qui existe en eux vis-à-vis de la société. C’est valable et humain. Mais ce sentiment ne donne pas le droit de juger et de sous-estimer le reste des simples mortels.

Cette haine de l’humanité ou misanthropie peut souvent être caractérisée comme une désillusion vis-à-vis de ce qui est perçu comme étant la nature humaine. Le misanthrope, s’attendant à ce que les humains assument un idéal simpliste et romantique, est constamment confronté à des preuves contradictoires.

Le misanthrope se considère comme différent de la majorité. Certains philosophes, comme Arthur Schopenhauer, voient l’humanité comme une espèce futile et autodestructrice. Pourtant, la philosophie des haters contemporains s’exerce dans des forums où règne l’impulsivité et pas tant la réflexion.

Garçon pensant dans la rue

Nous avons besoin de regards plus gentils et généreux sur l’humanité

Seneca, dans son traité On Anger, suggère que la misanthropie peut être atténuée en riant plutôt qu’en ressentant les faiblesses de l’humanité. La philosophie stoïcienne de Sénèque considérait toutes les formes de colère comme des corruptions de la raison et donc préjudiciables au bon jugement; il soutient que la haine et la misanthropie doivent être éliminées pour que l’individu atteigne la raison.

Par conséquent, une personne qui montre sa colère contre l’humanité pour des aspects aussi variés que le fait d’être sans instruction, de danser du reggaeton ou simplement d’avoir des enfants ne mesure pas bien ce qui se passe. Se croyant supérieurs aux autres par leurs goûts intellectuels, ils manquent d’humilité et de recul.

En général, nous sommes trop soucieux de justice et de pureté, et peu de bonté. Cependant, dans de nombreux cas, la gentillesse et la générosité ont tendance à être des valeurs supérieures à la justice.

This might interest you...
Le film Champions, une belle leçon d’humanité
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le film Champions, une belle leçon d’humanité

Champions est un film drôle, amusant qui porte aussi un message clair et fort, celui de l'inclusion. Nous parlons ici de ce message.



  • Trautmann, A. (2008). Maltrato entre pares o” bullying”: Una visión actual. Revista chilena de pediatría79(1), 13-20.