Les différents visages de la fatigue au travail

19 octobre 2019
Les différents visages de la fatigue au travail consistent en des manifestations d'un certain état d'épuisement. Ils ont des origines diverses, ainsi que plusieurs manières de se manifester et des degrés variables de gravité. Nous les analyserons dans cet article.

La fatigue au travail revêt différentes formes et certaines d’entre elles vont au-delà du moment même. D’où l’importance de connaître et de comprendre quels sont ses différents visages. Certaines formes sont y compris irréversibles. Le problème réside dans le fait que très souvent, nous sommes si absorbés par le travail que nous ignorons ses manifestations.

En principe, la fatigue se définit comme une perte temporelle de la capacité à réaliser un travail. Celle-ci se produit ainsi après avoir réalisé ce travail pendant longtemps. Dans toutes les formes de fatigue, dont les différents visages de la fatigue au travail, il existe des composants organiques, émotionnels et intellectuels.

La fatigue au travail présente différentes intensités et manifestations. Cela a entraîné la création de différentes classifications, que ce soit en fonction de la zone qu’elles affectent ou de l’origine de celle-ci. Ainsi, on peut envisager les différents visages de la fatigue au travail de différents points de vue. Voici les plus importants.

« C’est la maladie qui rend la santé agréable; le mal qui engendre le bien ; c’est la faim qui fait désirer la satiété, et la fatigue le repos. »

-Héraclite-

Une homme victime de la fatigue au travail

La fatigue au travail et sa classification par origine

Les origines de la fatigue sont diverses. Elle a parfois une origine physique, lorsqu’il s’agit de tâches motrices. Elle est parfois due à des tâches intellectuelles ou qui entraînent un niveau important de stress, etc. En ce qui concerne l’origine de la fatigue au travail, celle-ci peut se classer de la manière suivante :

  • Fatigue physique : on l’appelle ainsi puisqu’elle provient d’un effort excessif du système psychomoteur. Celui-ci a lieu après un port de charge trop lourde ou un mauvais mouvement, de mauvaises postures prolongées ou des blessures pré-existantes
  • Fatigue mentale : c’est l’un des visages de la fatigue au travail qui passe souvent inaperçu. Elle a eu lieu quand il y a une surcharge intellectuelle ou une monotonie excessive au travail. Ce type de fatigue entraîne souvent des problèmes de santé
  • Fatigue manuelle : c’est le type de fatigue qui puise son origine dans la réalisation de tâches excessivement mécaniques réalisées pendant longtemps sans grande variation. Dans ces cas, il existe une infrastimulation cognitive et sensorielle
  • Fatigue sensorielle : elle a lieu quand l’un des sens est hyperstimulé. Elle est fréquente chez les personnes ayant des emplois qui s’exercent derrière un écran d’ordinateur
  • Fatigue nerveuse : elle survient à la suite de la réalisation de tâches automatiques
  • Fatigue psychologique : elle est propre aux emplois où la responsabilité est excessive, où on doit prendre des décisions rapides et importantes. Elle survient, par exemple, chez les médecins ou les contrôleurs aériens
  • Surcharge informationnelle : elle se pose chez les personnes ayant des emplois impliquant de gérer un grand nombre d’informations, qui surpasse la capacité à les traiter et à les assimiler correctement
  • Fatigue émotionnelle : elle survient dans les emplois où il existe une demande émotionnelle importante. On l’observe souvent chez les enseignants, les infirmières, etc. C’est l’un des visages de la fatigue qui conduit le plus souvent au syndrome de burnout

L’intensité et les différents visages de la fatigue au travail

On peut classer les différents visages de la fatigue au travail en fonction de leur intensité ou des conséquences qu’ils entraînent. Ce classement est plus technique. Il se réfère en effet directement aux effets sur la santé physique et mentale.

De ce point de vue, il existe 2 types principaux de fatigue au travail. Le premier est la fatigue physiologique. C’est la fatigue normale qui a lieu après un effort pendant une longue durée. Ce type de fatigue se résout simplement avec le repos. Quant au deuxième type, il s’agit de la fatigue psychologique. Dans un tel cas, le simple repos n’est pas suffisant pour récupérer.

Une femme épuisée à cause de la fatigue au travail

La fatigue pathologique, quant à elle, possède plusieurs variantes. Voici les visages de la fatigue pathologique au travail :

  • Fatigue aiguë : c’est un état de fatigue extrême, qui se produit après une exigence physique, intellectuelle ou émotionnelle plus importante que d’habitude. Elle ne se résout donc pas avec un simple repos ; elle exige plus de temps pour récupérer en énergie
  • Fatigue chronique : c’est une fatigue accumulée, dans le cadre de laquelle le repos n’a quasiment aucun effet. Pour la résoudre, le repos doit être suffisamment long. Un trop grand manque de repos pourrait conduire à la mort
  • Fatigue psychique : c’est la forme la plus grave de fatigue. Il s’agit d’une fatigue chronique dans le cadre de laquelle d’importantes symptômes physiques et mentaux apparaissent. Ce type de fatigue est irréversible et handicape la personne qui en souffre dans la réalisation de son travail

Finalement, comme vous pouvez le constater, les visages de la fatigue au travail sont nombreux. C’est pour cela qu’il est important d’être attentif à ses manifestations.

 

Atalaya, M. (2001). El estrés laboral y su influencia en el trabajo. Industrial data, 4(2), 25-36.