L’amour propre, ce baume qui guérit nos blessures

· 12 mai 2019
L'amour de soi a le pouvoir de guérir les blessures et de réparer les pièces cassées. C'est l'antidote à l'oisiveté, à l'apathie et à l'autodérision. Mais que pouvons-nous faire pour la cultiver ?

A quel point vous aimez-vous ? Réfléchissez-y sérieusement. Peut-être ne vous êtes-vous pas posé cette question jusqu’à présent, ou peut-être n’y avez-vous jamais pensé. Ce n’est pas grave. C’est plus normal que vous ne pouvez le penser. Nous avons la mauvaise habitude de nous oublier nous-mêmes et de ne pas cultiver notre amour propre. C’est comme si nous n’existions pas. Comme si nous étions invisibles à nos yeux. Comme si prendre soin de nous-mêmes était hors de notre liste de priorités. D’ailleurs, nous osons même affirmer que l’amour propre n’occupe pas vraiment de place à part entière.

Comment vous traitez-vous ? Y avez-vous déjà réfléchi ? La façon dont nous nous parlons, la conception que nous avons de ce que nous sommes et, en fin de compte, la façon dont nous nous estimons influencent notre façon de nous sentir. Le problème, c’est que nous n’y pensons que très peu.

Nous avons tendance à vivre sur la pointe des pieds, sans aller trop loin dans la réflexion sur la façon dont ce qui se passe autour de nous nous affecte. C’est comme si nous n’accordions pas d’importance à notre bien-être personnel ou à notre amour propre. La question est qu’avec le temps, le poids du quotidien augmente et, si nous nous négligeons, nous pouvons nous retrouver enveloppés dans un brouillard gris qui, petit à petit, nous tourmente.

Vivre déconnecté de notre moi intérieur a ses conséquences, même si nous n’en sommes pas conscients. Nous pouvons l’observer notamment chez le protagoniste du court métrage qui apparaît à la fin de l’article. Toutefois, que pouvons-nous faire pour nous libérer de la toile de l’automatisme ? Comment pouvons-nous empêcher les étiquettes et les messages négatifs que nous avons reçus de grandir en nous ? Allons plus loin.

Le poids des messages reçus sur l’amour propre

Dès notre plus jeune âge, nous grandissons en recevant toutes sortes de messages sur qui nous sommes, sur ce que nous devrions ressentir et sur la manière dont nous devrions agir. Parents, proches, enseignants, amis, compagnons de vie… chacun a quelque chose à nous dire, la plupart du temps avec de bonnes intentions, même si ce n’est pas toujours favorable ou approprié pour nous.

De « c’est impossible, gardez un peu les pieds sur terre » ou « vous perdez votre temps, concentrez-vous sur ce qui est important » à « vous n’y arriverez pas » ou simplement « vous êtes trop rêveur« . Le fait est que tous les messages que nous recevons nous affectent d’une manière ou d’une autre, surtout pendant notre enfance. De fait, certains d’entre eux façonnent notre identité, tandis que d’autres fonctionnent comme des mandats par lesquels nous sommes gouvernés. Lorsque nous ne correspondons pas à ces attentes, nous nous sentons coupables. Et tout cela mine notre amour propre.

Dans certains cas, cette culpabilité acquise cause la blessure émotionnelle du rejet. Une empreinte très profonde et douloureuse qui se traduit par un profond sentiment de dégoût de soi, entraînant une sous-évaluation de soi et un vide dans l’amour de soi. Ainsi, grandir avec cette blessure configure une réalité très douloureuse.

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour apprendre à ne pas me juger à travers les yeux d’un autre. »

-Sally Field-

amour propre et estime de soi
Les phrases de notre critique interne

Se sentir rejeté par les autres et, en fin de compte, par soi-même, engendre un piège mental créé par le critique intérieur. Cette voix qui nous vient de l’intérieur et qui est dédiée à juger comment nous pensons, ressentons et agissons. Pour ce faire, elle utilise n’importe quelle stratégie : comparaisons, critiques destructrices ou disqualifications diverses.

« Je n’aurais pas dû le dire « , « j‘aurais dû agir différemment« , « je ne vais pas bien » ou « je suis un désastre » ne sont que quelques exemples des dialogues menés par notre critique interne. Le problème, c’est que nous n’en doutons pas, bien au contraire. Nous avons tellement intégré ce genre de messages que nous leur donnons la valeur de la vérité absolue et, en fait, tout ce que nous faisons le confirme. Parce que si nous ne nous considérons pas valides pour un travail, pour diriger une équipe ou pour écrire, nous n’essaierons probablement ou nous nous boycotterons pour bannir le moindre espoir que nous avons dans notre tête.

L’influence des réseaux sociaux sur notre amour propre

Un des problèmes qui augmentent considérablement les comparaisons et l’autocritique négative aujourd’hui est constitué par les réseaux sociaux, car ils créent des réalités alternatives qui peuvent nous piéger si nous ne sommes pas attentifs. Être immergé pendant des heures et des heures dans ce scénario d’apparences et de sentiments simulés peut nous faire croire que c’est la seule chose qui existe. Toutefois, en réalité, il ne s’agit que d’une vitrine, dans laquelle chacun peut contrôler l’image qu’il veut donner aux autres.

Selon la psychothérapeute Sherrie Campbell, les réseaux sociaux peuvent créer une fausse illusion d’appartenance et de connexion aux autres, ce qui nous encourage à donner plus de poids à ce monde en ligne imaginaire.

Le fait est que si nous nous méprisons et nous rejetons les uns les autres, c’est-à-dire si nous avons une image négative de nous-mêmes, les réseaux sociaux vont augmenter cette perception. De fait, ce sont les – faux – tests qui nous confirment à quel point notre vie est ennuyeuse, combien nous sommes peu amusants et combien nous sommes seuls. Cet ensemble de critiques est dommageable pour notre amour propre.

Il n’est pas facile de suivre le rythme de vie des autres sur les réseaux sociaux. Une étude de l’Université de Pittsburgh, Pennsylvanie (USA), affirme que la consultation des réseaux sociaux génère trop souvent l’envie et la croyance déformée que les autres ont une vie beaucoup plus originale, heureuse et intéressante.

Comme nous pouvons le constater, nous sommes experts dans la maltraitance de nous-mêmes. Mais surtout dans la comparaison de nos vies avec celles des autres. Pour autant, nous ne parvenons pas à nous rendre compte que ce comportement est absurde. Pourquoi perdre du temps à comparer quand les conditions, caractéristiques, perspectives et expériences des gens sont différentes les unes des autres ?

Le protagoniste du court métrage Overcomer est un exemple de la façon dont les réseaux sociaux peuvent être une épée à double tranchant, surtout s’il y a des blessures du passé qui n’ont pas été guéries, puisque la personne qui porte le poids d’une blessure y filtre habituellement la réalité. Son esprit fonctionne souvent à partir de distorsions cognitives (façons erronées de traiter l’information ou interprétations erronées), comme l’abstraction sélective, la personnalisation, l’étiquette ou le raisonnement émotionnel. Les réseaux sociaux encouragent de tels mécanismes de destruction de l’amour propre.

« Dans le passé, tu étais ce que tu avais, maintenant tu es ce que tu partages. »

-Godfried Bogaard-

L’amour propre : la rencontre avec soi-même

Que pouvons-nous faire pour arrêter le critique intérieur ? Comment reconstruire les morceaux brisés de notre être ? Comment arrêter le labyrinthe mental qui nous emprisonne dans le mépris de nous-mêmes ? Il semble que le protagoniste de notre court métrage découvre enfin l’ingrédient secret : l’amour propre.

Cependant, il n’est pas facile de se réconcilier avec soi-même. Surtout quand le traitement a été la plupart du temps négatif. Nous avons passé des années à nous entraîner à la critique, à l’exigence et à la disqualification de sorte que, soudain, presque par magie, nous commençons à nous aimer les uns les autres. Il faut beaucoup de patience, d’efforts, d’acceptation et, bien sûr, d’engagement envers soi-même pour parvenir à renverser la vapeur.

Souvent, embrasser nos parties brisées implique, au début, de la souffrance. Mais aussi beaucoup de courage et la capacité de pardonner et de nous pardonner. Être capable de nous donner l’amour quand c’est ce dont nous avons le plus besoin – et que nous ne le savions pas – exige beaucoup de force et d’engagement. Pour cette raison, il y a un certain nombre de choses que nous devons garder à l’esprit :

  • Considérer que nous avons de la valeur. Nous sommes beaucoup plus que nos erreurs et nos échecs, beaucoup plus que nos résultats. Nous sommes une édition limitée et personne ne peut nous voler cela. Peut-être avons-nous grandi sans nous en rendre compte. Et même aujourd’hui, nous avons du mal à le croire, mais il n’est jamais trop tard pour nous regarder dans le miroir et commencer à voir tout le potentiel que nous avons.
  • Pratiquer l’auto-compassion. Pour aller de l’avant, il est fondamental de reconnaître et d’accepter nos erreurs et nos limites dans le respect. Savoir que nous tromper est une occasion d’apprendre et que nous juger est une habitude qui ne nous aide pas à changer notre perspective. En fait, selon un article de la revue Personality and Social Psychology, l’auto-compassion facilite l’épanouissement personnel.
  • Pardonner. Le pardon est un acte libérateur des liens du passé. Le pardon est une occasion de guérir notre ressentiment. Ce qui nous a fait tant de mal à un moment donné. Toutefois, non seulement nous devons pardonner aux autres, mais aussi à nous-mêmes pour le traitement que nous nous sommes donné. Afin de reconquérir notre amour propre.
  • Vivre avec intention. Prendre conscience du moment présent est un moyen de laisser aller le passé. Et d’éviter d’être submergé par ses soucis à l’avenir. Vivre au jour le jour, savourer ce qui se passe à chaque instant, s’engager à prendre soin de soi et à s’occuper de nous est un mécanisme de protection.
  • Se déconnecter pour se connecter vraiment. Malgré le fait d’être à l’ère de la connexion numérique, il convient de se déconnecter de ce monde intangible. Afin de se connecter avec ce qui se révèle sous nos yeux. Et, bien sûr, avec les gens qui nous entourent. De cette façon, nous éviterons que le théâtre des apparences ne domine nos vies.

« L’amour est un remède miraculeux. S’aimer soi-même fait des miracles dans sa vie. »

-Louise L. Hay-

Comme nous pouvons le voir, l’amour propre se construit petit à petit. Il est tissé avec délicatesse et arrosé tous les jours. C’est cette lumière que nous portons tous en nous. Mais parfois il nous est si difficile de la charger avec intensité. Nous aimer, c’est le soutien de notre bien-être, l’étreinte qui nous protège et le baume qui guérit nos blessures.

Pour terminer, nous vous laissons avec ce merveilleux court-métrage.