Les différents types de troubles de la parole

Quels types de troubles de la parole existe-t-il ? Quelles sont les causes et les symptômes ? Nous répondons ici à ces questions.
Les différents types de troubles de la parole

Dernière mise à jour : 17 décembre, 2020

La langue est l’un des outils les plus puissants de l’être humain qui nous différencie des autres espèces et nous permet de communiquer et de transmettre des informations, des sentiments, des désirs… Ainsi que de perpétuer la culture et les connaissances. Cependant, le langage oral est parfois altéré, ce qui provoque, entre autres, certains troubles de la parole.

De nombreux psychologues ont analysé le rôle du langage dans le développement. L’un d’entre eux était le psychologue russe Lev Vygotsky, qui a apporté d’importantes contributions à cet égard.

Souffrir d’un trouble de la parole peut engendrer des conséquences de toutes sortes. Au niveau social, académique, personnel… La parole fait partie de notre quotidien et nous permet d’interagir, de partager des informations, de nous exprimer… Quels sont les différents troubles de la parole ? Découvrez-les dans la suite de cet article.

“Pour comprendre la langue des autres, il ne suffit pas de comprendre les mots ; il est nécessaire de comprendre leurs pensées.”

-Lev Vygotsky-

Les troubles de la parole.

Les types de troubles de la parole

Il existe différents types de troubles de la parole impliquant une déficience lors de la création ou de la formation des sons de la parole, nécessaires pour communiquer avec les autres. Les troubles de la parole empêchent les enfants de parler correctement (prononciation, la formation des mots, etc.), ce qui rend leur compréhension plus difficile.

Dans le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), on trouve la liste des troubles de la communication. Ce sont les troubles suivants :

  • Du langage
  • Du son de la parole.
  • De la fluidité lors de l’enfance.
  • De la communication non spécifié.
  • De la communication sociale.

Dans cet article, nous aborderons uniquement les types de troubles de la parole, et non les troubles de la communication. Nous ne parlerons donc que de ceux qui affectent la parole. Découvrez ci-après leurs caractéristiques les plus importantes.

Le trouble du langage (dysphasie)

Le trouble du langage (ou dysphasie) implique une série de difficultés à comprendre et à exprimer le langage. Elles affectent les enfants avec une intelligence adaptée à leur âge ou à leur niveau de développement. Ces difficultés se manifestent dans le langage oral et écrit, mais aussi en lecture.

En d’autres termes, c’est un désordre assez global. Selon son origine, le trouble du langage ou la dysphasie peut être de deux types :

  • Dysphasie développementale. Sa cause est inconnue (elle ne peut pas être causée par d’autres troubles). Il est présent à partir du moment où l’enfant commence à communiquer.
  • Dysphasie acquise. Elle survient à la suite d’un certain type d’accident cérébral, de traumatisme crânien, de troubles convulsifs, etc. Elle se caractérise par une hypoproductivité du langage (il est notablement diminué).

En revanche, dans le processus altéré, on peut parler de deux types de dysphasies. Ce sont les suivants :

  • Dysphasie réceptive : elle affecte la compréhension.
  • Dysphasie expressive : elle affecte l’expression.

Enfin, nous trouvons un type particulier de dysphasie (dans ce cas, la dysphasie acquise) qu’il convient de mentionner : la dysphasie dite de Landau Kleffner (aphasie épileptique acquise). Il s’agit d’un trouble réceptif-expressif qui se manifeste par de multiples altérations de l’EEG (électroencéphalogramme) du patient.

La cause à l’origine de cette dysphasie est un accident vasculaire cérébral épileptique. Elle survient généralement entre 3 et 7 ans, et de manière brusque.

Le trouble phonologique (dyslalie)

En continuant avec les types de troubles de la parole, on trouve le trouble phonologique (dyslalie), également appelé trouble phonétique. La dyslalie est un trouble qui implique des erreurs ou des difficultés dans l’articulation des mots.

Les erreurs les plus fréquentes dans les dyslalies sont : la substitution de sons, les distorsions des sons et le manque (omission) ou l’addition (insertion) de ceux-ci. Sa cause est fonctionnelle, c’est-à-dire qu’aucune lésion organique ne la justifie (son étiologie est inconnue).

La dyslalie est l’un des troubles de la parole les plus courants dans l’enfance. On estime que 2 à 3 % des enfants entre 6 et 7 ans souffrent de dyslalie modérée ou sévère, bien que la prévalence augmente dans les cas bénins.

Pour diagnostiquer une dyslalie, il faut que les erreurs soient inappropriées en fonction du niveau de développement de l’enfant. Elles doivent aussi interférer avec son fonctionnement social et scolaire.

Le bégaiement (dysphémie)

Le bégaiement, également appelé trouble de la fluidité (ou fluage) qui commence dans l’enfance dans le DSM-5, est sûrement l’un des troubles de la parole les plus connus au niveau social. Le bégaiement affecte la fluidité et le rythme de la parole.

En parlant, une personne avec un bégaiement émet un ou plusieurs spasmes, ainsi que des blocages, au début ou pendant la parole. Cela entraîne une perturbation du rythme normal de la communication.

Ce trouble débute généralement entre 3 et 8 ans. C’est parce qu’à ces âges, le modèle de parole normal commence à être acquis. On retrouve différents types de dysphémie en fonction de la durée du trouble :

  • Dysphémie évolutive : elle dure quelques mois.
  • Dysphémie bénigne : elle dure quelques années.
  • La dysphémie persistante : elle est chronique et est observée chez l’adulte.

Les personnes atteintes de bégaiement ne bégayent pas dans les situations suivantes. : lorsqu’elles chantent, lorsqu’elles récitent un texte appris, lorsqu’elles sont seules ou lorsqu’elles parlent avec des animaux domestiques. Cela suggère qu’il s’agit d’un trouble fortement influencé par l’anxiété sociale.

D’autre part, selon une étude de Ramos (2019) qui rassemble d’autres études, la musique et ses composants (comme le rythme) peuvent aider les personnes qui bégaient à contrôler leur vitesse de parole, à réduire leur tension faciale, à augmenter leur coordination phono-respiratoire. Tout cela peut réduire leur trouble de la parole.

Un homme qui souffre d'un trouble de la parole.

La dysglossie, l’un des troubles de la parole

La dysglossie correspond à des difficultés importantes pour articuler les sons qui composent la parole. Elle apparaît à la suite d’altérations des organes orophonatoires (par exemple, malformations congénitales des lèvres, des dents, de la langue…). Autrement dit, sa cause est organique.

La dysarthrie

La dysarthrie est un autre trouble de la parole, cette fois produit par des altérations du contrôle neuromoteur, une lésion du système nerveux). Ainsi, cela se traduit par une difficulté à articuler les mots, causée par des problèmes neurologiques qui font que la bouche et les muscles émetteurs de la parole ne présentent pas un tonus musculaire adéquat.

En somme, la personne n’est pas capable d’articuler correctement les mots. Avec la dyslalie, la dysarthrie est l’un des troubles de la parole les plus connus.

Les aphasies, d’autres troubles de la parole

Il y a différentes classifications des aphasies. Selon le modèle neuropsychologique classique, l’aphasie implique une gravité (contrairement à la dysphasie, qui est moins sévère). En revanche, selon le modèle cognitif, ce qui différencie la dysphasie de l’aphasie, c’est que cette dernière est acquise ;  la dysphasie est évolutive.

Cependant, d’autres auteurs suggèrent que ce qui différencie les aphasies des dysphasies est qu’elles surviennent chez les adultes et non chez les enfants. Un point est clair : l’aphasie implique une perte ou une altération du langage, et elle survient à la suite d’une altération ou blessure cérébrale, telle qu’un AVC ou un traumatisme crânien.

Selon la localisation de la lésion, on retrouve différents types d’aphasie. Les symptômes varient en fonction du type.

“La parole est très puissante. La parole ne décrit pas seulement la réalité, elle crée la réalité qu’elle décrit.”

-Desmond Tutu-

Cela pourrait vous intéresser ...
Troubles d’intériorisation : l’origine de la souffrance infantile
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Troubles d’intériorisation : l’origine de la souffrance infantile

Sachez-en plus sur les troubles d'intériorisation. Derrière un visage d'enfant triste, peut se cacher un problème psychologique.



  • American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). Arlington, VA: American Psychiatric Publishing.
  • Barraquer Bordas, L. (1976). Afasias, apraxias, agnosias. Barcelona. Toray, 2ª ed.
  • Neira Espinoza, A. y Gómez Arreaga, M. (2012). La disglosia y su influencia en la comunicación verbal de los niños.
  • Rodríguez, P. (2002). La tartamudez desde la perspectiva de los tartamudos. Universidad Central de Venezuela.