La mémoire et le traumatisme

10 septembre 2019
Cet article traite de la relation entre la mémoire et le traumatisme, ainsi que des processus que le traumatisme apporte à la personne qui souffre d'une expérience émotionnelle perturbatrice. Elle s'explique par le trouble de stress post-traumatique (TSPT), la différenciation entre souvenirs traumatiques et souvenirs ordinaires et le rôle de la mémoire autobiographique.

De nombreuses études ont tenté de déchiffrer le rôle du traumatisme, ou d’une expérience émotionnelle intense, dans la codification, le stockage et la récupération des souvenirs. Existe-t-il une relation entre la mémoire et le traumatisme ? Laissent-ils une empreinte plus ou moins grande que les autres ou sont-ils équivalents ?

Plusieurs positions défendent les deux arguments. Certains prétendent que l’on traite différemment les expériences traumatisantes et les souvenirs plus normaux. Ces mécanismes produisent un souvenir altéré qui est difficile à récupérer. D’autres, en revanche, soutiennent que le stress n’altère pas la qualité de ces souvenirs. Et que le traitement est donc le même.

La défense de ces positions se basait sur des études en laboratoire. L’état de traumatisme est très difficile à reproduire dans une situation contrôlée et sécuritaire. C’est pourquoi des études ont été menées auprès de patients atteints du trouble de stress post-traumatique (TSPT). Leurs traumatismes profondément enracinés semblent suffisants pour savoir comment la mémoire et le traumatisme sont liés.

Une femme à la fenêtre atteinte d'un traumatisme

Quelques données sur le TSPT : la mémoire et le traumatisme

Le TSPT pourrait être défini comme la réaction anormale avec laquelle certaines personnes réagissent à une expérience traumatisante, déchirante ou douloureuse. La qualifier d’anormale pourrait être une erreur, puisqu’il s’agit de la réaction de personnes normales à des situations inhabituelles.

L’incapacité de faire face à cette expérience amène la personne à éprouver des symptômes d’intrusion associés à ce même événement. Ces symptômes peuvent être : souvenirs angoissants récurrents, rêves ou cauchemars, réactions dissociatives – cela peut conduire à une perte de conscience du présent -, inconfort psychologique et évitement de tout ce qui est lié à cette expérience ou réactions physiologiques intenses.

Les causes les plus courantes du TSPT sont les catastrophes naturelles – inondations, tremblements de terre ou tsunamis -, les accidents et les maladies. Cependant, il y a un type d’événement qui a habituellement des taux de 70 à 80% de développement de TSPT. Il s’agit des atrocités humaines. Cette catégorie comprend les agressions, les actes terroristes, les abus sexuels et le viol, les camps de concentration.

Critère diagnostique du TSPT : le perte de mémoire

L’un des critères diagnostiques inclus dans le DSM-5 pour savoir si une personne souffre du TSPT est l’incapacité de se souvenir des aspects pertinents de l’événement traumatique. On pourrait le définir comme une amnésie dissociative, et bien que les souvenirs ne semblent pas stockés, ils peuvent modifier le comportement.

Par exemple, même si une fille ne se souvient pas de la façon dont elle a été agressée sexuellement dans une salle de bain, elle peut tout de même éviter les toilettes publiques et souffrir de beaucoup d’inconfort lorsqu’elle entre dans sa salle de bain.

Les symptômes nucléaires du TSPT : les flashbacks

Parmi les symptômes nucléaires du TSPT, et aussi parmi les plus limitatifs, on retrouve l’évitement et l’émoussement émotionnel, l’hyperactivation et la ré-expérimentation, et les souvenirs intrusifs.

Dans ces derniers cas, les personnes qui ont vécu une expérience traumatisante peuvent être condamnées à revivre la situation traumatisante au travers de cauchemars, de souvenirs intrusifs ou de flashbacks.

Cela ne veut pas dire que la personne n’a pas de trous de mémoire, car elle peut ne pas se souvenir de certains aspects de l’événement. En même temps, d’autres détails ou scènes peuvent revenir à la mémoire d’une manière vivante. Le problème c’est que les réexpériences sont incontrôlables et inévitables pour le sujet.

Les flashbacks ne sont pas des souvenirs

Il convient de noter que si les souvenirs intrusifs sont effectivement des souvenirs, les flashbacks ne le sont pas. Avec les flashbacks, on perd la temporalité, puisque le sujet a la sensation de tout revivre. Cela se produit en présence de stimuli neutres – des stimuli qui ne sont ni averses ni agréables pour la personne ; ils sont totalement ambigus – qui déclenchent le flashback.

Par exemple, une personne victime d’une attaque terroriste peut déclencher un flashback en voyant le mouchoir bleu enroulé autour du cou d’un homme ; le centre commercial où elle a été attaquée avait des murs de la même couleur. Par conséquent, les flashbacks ne sont pas seulement un souvenir vécu avec angoisse, mais la renaissance de l’expérience émotionnelle traumatisante et la pensée que tout se passe à nouveau.

Amnésie et hypermnésie

Par conséquent, chez les patients souffrant de TSPT, nous pouvons trouver plusieurs effets sur la mémoire. Il peut s’agir d’une hypermnésie – par excès – où le traumatisme est caractérisé par des souvenirs intrusifs, des flashbacks et des cauchemars ; ou d’une amnésie – par défaut – où il y a désorganisation de la mémoire, fragmentation des souvenirs ou oubli total ou partiel. Ceux-ci peuvent coexister, selon les aspects oubliés, ceux qui sont vifs, ou la nature du traumatisme.

Quelle partie de la mémoire le traumatisme altère-t-il ?

La mémoire et le traumatisme semblent liés à la mémoire autobiographique. En effet, la mémoire autobiographique fait partie de la mémoire explicite. Elle nous permet de nous souvenir des événements de notre vie et du monde qui nous entoure. La mémoire qui nous permet d’avoir un discours logique de la vie et un développement basé sur nos souvenirs.

De cette façon, comme le souvenir du traumatisme n’est pas une histoire cohérente comme le sont les souvenirs de la mémoire autobiographique, les études semblent trouver le problème dans ce système de mémoire. Le souvenir du traumatisme se brise, se fragmente et semble même séparé de l’histoire du sujet. Comme ces souvenirs sont hors du contrôle de la personne, ils sont envahissants et intrusifs en ce qui concerne la mémoire autobiographique.

Un homme appuyé contre la fenêtre qui souffre d'un traumatisme

Existe-t-il des différences entre les souvenirs traumatisants et les souvenirs ordinaires ?

La réponse à cette question, en ce qui concerne la mémoire et les traumatismes, est oui. Il semble qu’avec les différences entre les deux types de mémoires, l’action des mécanismes spéciaux de la mémoire est présente dans les situations de stress élevé.

Souvenirs traumatiques

Certains des aspects les plus pertinents des souvenirs traumatiques sont :

  • Rétablissement compliqué, avec des fragments stockés à l’extérieur de la conscience, et avec la présence de flashbacks émotionnels
  • Le passage du temps influence positivement leur rétablissement. Plus le temps qui s’écoule est long, plus les chances que la mémoire se rétablisse sont grandes
  • Ils sont précis et durables lorsqu’on les récupère. Ils sont invulnérables face au changement
  • Plus l’expérience traumatique se soutient au fil du temps, moins il y a de chances qu’elle se rétablisse. Par exemple, si une femme a été maltraitée pendant des années, elle sera moins susceptible de retrouver la mémoire du traumatisme qu’une femme qui a été maltraitée une fois
  • On les évoque de manière automatique et incontrôlable par des déclencheurs – les stimuli neutres sont désormais conditionnés

Souvenirs ordinaires

Dans le cas des souvenirs ordinaires, tout cela semble s’inverser :

  • Leur récupération est facile et fait partie d’un récit cohérent
  • Le passage du temps influence négativement leur récupération. Plus le temps passe, plus il sera difficile de retrouver ces souvenirs
  • La précision et la durée peuvent varier. Ils sont très malléables et peuvent se décliner dans le temps
  • Plus il y a eu d’exposition à l’expérience, plus la probabilité de retrouver cette mémoire est grande
  • Leur évocation est volontaire et consciente. On maîtrise leur récupération

Avec tout ce qui précède, il semble qu’une expérience émotionnelle très forte, source de stress, puisse automatiquement influencer la façon dont l’information se codifie, se stocke et se récupère.