Les devoirs chez l’enfant

25 juillet 2018 dans Psychologie de l'éducation et du développement 0 Partagés
devoirs chez l'enfant

Il y a eu beaucoup de débats ces dernières années sur les avantages et les inconvénients de renvoyer les enfants à la maison pour faire leurs devoirs. Est-ce que plus de devoirs pour les enfants augmentent l’efficacité de l’éducation ? Il y a des opinions pour tous les goûts. Nous allons expliquer ci-dessous les arguments avancés par ceux qui sont en faveur et ceux qui sont contre l’envoi d’exercices supplémentaires aux plus jeunes enfants.

Les dernières données dont dispose l’Organisation mondiale de la santé montrent que 7 étudiants espagnols sur 10 sont stressés. Ce chiffre se réfère à la moyenne de 6,5 heures par jour que les élèves consacrent aux devoirs à la maison. Cela place le pays dans une position compromettante selon le rapport PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves).

De nombreuses recherches sont actuellement en cours dans ce domaine. Ces études se concentrent sur trois questions fondamentales. Quel est le but du travail à la maison chez les enfants ? Plus de quantité signifie-t-il plus de qualité ?Est-ce qu’une participation accrue des parents équivaut à une meilleure performance ?

Trop de devoirs augmente le niveau de stress des enfants.
Partager

Pourquoi les enseignants donnent-ils des devoirs ?

Il est essentiel de comprendre l’objectif des enseignants de donner des devoirs supplémentaires aux enfants pour expliquer leur utilité. En fonction d’eux, le débat peut être abordé sous deux angles : les tâches consistant à consigner ce qui a été appris ou à remplir le dossier de contenu quotidien.

enfant faisant ses devoirs

Le premier aspect considère que pour consolider leur apprentissage et la mécanique des nouvelles connaissances, les enfants doivent pratiquer. Et les devoirs sont le meilleur moyen d’exercer ces compétences. Cet effort individuel est essentiel si l’enfant se trouve à un stade clé du développement du langage, comme l’acquisition de compétences en littératie. Dans ce cas, la formation est le seul moyen d’assurer l’acquisition efficace des connaissances ainsi que le progrès et l’amélioration continue.

Une deuxième position est celle qui considère les devoirs des enfants comme la continuation de ce qui a été vu le même jour en classe. C’est-à-dire des exercices pour bien finir et bien comprendre ce qui n’a pas été fini en classe.

La Confédération espagnole des associations de parents d’élèves (CEAPA) décrit cette deuxième variante comme un échec du système éducatif. En d’autres termes, les enseignants, ne disposant pas de ressources suffisantes, sont obligés de surcharger les élèves de tâches qui auraient dû être accomplies à l’école.

Quand les enfants doivent-ils faire leurs devoirs ?

Il serait préférable que les enfants fassent leurs devoirs pendant les heures de classe. De cette façon, ils pourraient consacrer l’après-midi à d’autres types d’activités sportives, culturelles ou de loisirs, car elles sont tout aussi importantes que les activités scolaires. Rappelons-nous que plus la stimulation des enfants est riche, plus nous pouvons contribuer, en tant qu’adultes, à leur développement personnel intégral.

Cependant, le fait d’avoir à faire leurs devoirs en dehors des heures de classe oblige les enfants à apprendre à organiser et à planifier leur travail. Ce qui est aussi très bénéfique. Peu à peu, la répétition de cette routine encourage l’intériorisation de valeurs telles que l’effort, la constance et l’implication personnelle.

Le collectif CEAPA propose la création d’une série de programmes de renforcement de l’éducation par les centres éducatifs. Ils sont appelés Plans d’accompagnement éducatif dans l’enseignement primaire et PROA dans l’enseignement secondaire. Les élèves qui ont le plus de difficultés après la fin de la journée scolaire pourraient s’adresser à eux. Ainsi, en même temps qu’ils font leurs devoirs, ils peuvent solliciter l’appui des enseignants dans les domaines où ils sont les plus faibles.

Est-il toujours préférable de consacrer plus de temps aux devoirs ?

Le temps est relatif. En général, il n’est pas approprié d’augmenter les devoirs des enfants au point de les surcharger. Aussi bénéfique qu’il nous semble, le surentraînement peut être contre-productif non seulement dans le cadre scolaire, mais aussi dans tous les aspects de la vie intra et interpersonnelle de l’école.

surcharge de devoirs chez l'enfant

Il convient de noter que plus l’âge des enfants augmente, plus le temps passé à étudier augmente. Pour les plus jeunes, un maximum d’une demi-heure par jour serait suffisant. Ce serait le meilleur moment pour eux de passer en revue les connaissances acquises au cours de la journée.

Il est également pratique de fixer un délai pour leur réalisation. De cette façon, les enfants ne perdent pas de temps en distractions et excuses et renforcent leur capacité d’attention.

Une plus grande participation des parents équivaut-elle à un meilleur rendement ?

Pas nécessairement. C’est une bonne idée pour les parents d’être proches de leurs enfants s’ils sont incertains, ne savent pas comment s’organiser ou ont besoin d’être corrigés. Mais il n’est pas avantageux de s’asseoir à table avec eux et de les accompagner pendant l’exécution des tâches.

Les devoirs sont la responsabilité des enfants et non des parents. C’est l’enfant qui doit apprendre à travailler de façon autonome et à s’engager dans ses responsabilités.

En conclusion, faire ses devoirs est bénéfique pour les enfants en termes de prise de responsabilité. Il ne s’agit donc pas seulement de leur bonne performance dans la tâche elle-même, mais aussi de la discipline qu’ils acquièrent progressivement dès la petite enfance.

Il est important qu’à partir du moment où ils sont jeunes, ils s’habituent à accepter de petites tâches et apprennent à s’organiser. Les devoirs des enfants sont le seul moyen pour eux d’apprendre à prendre en charge leurs obligations, à travers l’expérience et la pratique.

A découvrir aussi