Les crises de panique peuvent également survenir de nuit

· 9 octobre 2017

Les crises de panique sont connues pour le malaise intense et pénible qu’elles produisent. Elles peuvent apparaître à tout moment, sont donc souvent inattendues. En outre, il n’y a fréquemment aucune cause directe et évidente à laquelle la personne qui souffre puisse les associer.

À certains égards, c’est comme si notre corps se sentait menacé, sans qu’il y ait de danger réel. Le corps réagit comme si notre plus grande peur était devant nous.

Logiquement, notre esprit ne peut rien comprendre. « Pourquoi ? Qu’est-ce qui a déclenché tout cela ? J’étais calme, et tout à coup je me suis senti-e comme ça. Je ne comprends rien ». Notre tête ne comprend pas cette réaction inattendue et imprévisible de notre corps. C’est une chose des plus effrayante.

Les crises entrent dans notre maison sans avertissement

L’une des sensations que nous tolérons le moins, bien qu’il y ait de grandes différences individuelles, est l’incertitude. L’imprévisibilité. Avec les crises, le manque de ressources pour les prédire ou les relier à une cause finit souvent par générer plus d’anxiété que les crises elles-mêmes.

femme préoccupée

Lorsque nous sommes pris-es d’une crise de panique, les sensations physiologiques, telles que les palpitations, la transpiration des mains et d’autres régions de notre corps, qui agissent comme une corrélation avec ce qui nous arrive sont multiples. De plus, sur le plan émotionnel, il est fréquent de craindre de mourir, de s’évanouir, de perdre le contrôle ou de devenir fou/folle. Des craintes nous harcèlent qui peuvent nous paralyser complètement.

Des douleurs thoraciques peuvent également se produire. Nous pouvons avoir des étourdissements, avoir un sentiment d’étouffement et des difficultés à respirer et peut naître des nausées… En outre, parfois, un sentiment d’irréalité nous envahit complètement : c’est précisément l’une des expériences les plus dérangeantes d’une crise d’angoisse.

La sensation d’irréalité apparaît fréquemment dans les crises d’angoisse nocturnes

C’est comme si nous avions quitté notre corps et l’observions de l’extérieur. Nous observons notre corps depuis un poste d’observation extérieur. Un sentiment qui est souvent vécu avec terreur.

femme endormie

Mais que se passe-t-il quand on se couche? Nous supposons que ce moment est un moment de calme. Un moment dans lequel nous pouvons laisser nos inquiétudes de côté et enfin dormir. « Nous avons endormi » nos soucis. Nous les enveloppons et les mettons de côté. Au moins jusqu’à ce que nous retrouvions notre conscience léthargique.

En fait, les attaques d’angoisse peuvent survenir de nuit. Sans préavis. Au moins les crises d’angoisse diurnes peuvent être prédites d’une manière ou d’une autre. Il y a des signes que nous pouvons observer et nous les connaissons. Nous pouvons quitter l’endroit où nous sommes, nous rendre dans un endroit sûr, par exemple dans une foule.

Les éveils de l’attaque nocturne sont surprenants et brusques

En revanche, les crises d’angoisse nocturnes sont totalement imprévisibles. Ils se produisent généralement avant la phase REM. Nous ne les connaissons donc qu’après notre réveil. Cet éveil est toujours brusque et se produit brutalement.

Lorsque notre corps accumule autant d’anxiété c’est comme s’il en venait à exploser, à plusieurs reprises, par des attaques de panique. Il y a des gens qui, accusant des niveaux de stress très prononcés, les expriment à travers ces crises nocturnes. Juste au moment où ils baissent leurs gardes. D’où la surprise et la terreur de celleux qui subissent ces crises au milieu de la nuit.

Nous nous réveillons terrorisé-e-s, ne comprenant pas ce qui nous arrive. Les secondes deviennent éternelles. L’angoisse se mélange à un sentiment d’étrangeté et d’irréalité à cause du moment où elle est apparue.

Nous pouvons prévenir les attaques par une bonne hygiène du sommeil

La façon de traiter cette angoisse nocturne a pour point de départ cette anxiété diurne non résolue. Dans le même temps, il est important de travailler cette «phobie» qui peut apparaître chaque fois que la journée se termine et nous devons entrer dans notre chambre. C’est ainsi que les crises d’angoisse nocturnes finissent par générer cette peur du sommeil que nous devrons combattre.

fille préoccuppée

Avec une bonne hygiène du sommeil, nous allons créer et consolider de meilleures habitudes de sommeil. Nous allons éliminer tout ce qui nous perturbe au coucher. Du dîner (ou du re-dîner) juste avant le coucher, jusqu’à ce que nous voyions des films ou des séries juste avant le lit qui nous laissent avec un sentiment désagréable qui colle parfois au corps.

Vous pouvez toujours prendre ces mesures préventives pour dire au revoir à des crises d’angoisse nocturnes. Cependant, il est important de ne pas oublier que beaucoup de votre existence a à voir avec les niveaux de stress, d’anxiété ou d’anxiété que nous endurons aujourd’hui. Si vous observez ce qui se passe pendant la journée, peut-être que vous pouvez obtenir un indice précieux sur comment commencer à combattre ces attaques soudaines qui nous hantent comme des monstres la nuit.