Les caractéristiques, la formation et les mythes autour du sexologue

03 juin, 2020
Vous êtes-vous déjà demandé ce que fait un sexologue ? Savez-vous exactement quelle formation il a suivi ? Peut-on croire ce que l'on entend parfois sur cette profession ?
 

Le sexologue est un personnage méconnu et quelque peu mystérieux. Pour commencer, avant de parler plus en détail de ce professionnel, il convient de décrire la discipline elle-même. La sexologie est la science qui étudie la sexualité humaine et ses diverses manifestations. Elle étudie l’identité sexuelle, les relations sexuelles, les différences et les interactions entre les sexes. Tant sur le plan intime que publique.

C’est-à-dire qu’elle ne traite pas du sexe, au singulier, mais plutôt des sexes, au pluriel, avec toute la diversité que cela implique. En effet, de la même façon qu’il existe une infinité de façons de vivre. Il existe une infinité de manière de se comporter sexuellement comme un homme ou une femme.

Dans le cas présent, nous faisons référence à une discipline scientifique qui a environ un siècle. C’est-à-dire qu’elle n’est pas aussi établie ou normalisée que d’autres disciplines que nous pouvons connaître.

C’est précisément le caractère jeune de cette science qui alimente les incertitudes, l’ignorance, mais aussi certains préjugés… Et lorsqu’une discipline est relativement récente, elle a besoin de temps pour être reconnue, pour s’institutionnaliser et pour bénéficier d’une certaine approbation ainsi que de considération sociale. Enfin, la sexologie est souvent associée à la croyance populaire selon laquelle elle se chargerait exclusivement des « problèmes au lit ». En réalité, la sexologie intervient dans de nombreuses autres situations.

 

Sa jeunesse et le sujet qu’elle traite la rendent un peu particulière. C’est pour toutes ces raisons qu’on connaît si mal la profession de sexologue. Que fait exactement un sexologue ? Quel est son diplôme ? Voici deux des questions que les gens se posent le plus souvent à son sujet et dont les réponses sont souvent méconnues par une grande partie de la société.

Un couple chez le sexologue

Qu’est-ce qu’un sexologue ?

Les interventions en sexologie peuvent être regroupées en 4 grands groupes. Il s’agit de l’éducation, le conseil, la thérapie et la recherche. Ces quatre différents domaines fournissent un large spectre de profils professionnels. Il est donc réducteur et difficile de définir un profil professionnel unique.

Toutefois, il existe certains aspects et caractéristiques partagés par tous les sexologues et nécessaires à l’exercice de leur profession. Il s’agit :

 
  • Des compétences sociales : quelque soit sa spécialité, un sexologue devra s’occuper directement des difficultés individuelles ou de couple d’une personne. Cela exige un certain tact dans les mots, dans les formes, en bref, dans la façon d’établir une forme de communication. Il s’agit de trouver un certain équilibre entre la proximité et le professionnalisme. C’est une tâche difficile qui exige de la pratique
  • De la curiosité : les sexologues s’inscrivent dans un processus d’apprentissage continu. En effet, que ce soit parce qu’ils traitent parfois de sujets difficiles et rarement abordés dans d’autres domaines, ou simplement parce que l’étude des sexes est d’une grande complexité, ils doivent constamment apprendre. Ainsi, les personnes qui ont choisi d’exercer cette profession sont généralement curieuses et ont soif d’apprendre
  • De l’ouverture d’esprit : le sexologue doit non seulement être prêt à apprendre tous les jours, mais il doit aussi avoir l’esprit suffisamment ouvert pour recueillir des informations provenant de nombreuses sources sans les écarter ni les sous-estimer. En d’autres termes, en raison de l’évolution continue et rapide de son domaine d’étude, le sexologue doit constamment actualiser ses connaissances

Quelle est la formation d’un sexologue ?

Maintenant que nous savons plus clairement ce que fait un sexologue, voyons quel type de formation il a reçu afin d’exercer cette profession. La réponse à cette question dépend évidemment du pays dans lequel on se trouve. Certains pays lui ont accordé une reconnaissance académique et professionnelle, d’autres non.

 

Dans le cas de la France, un sexologue est un professionnel qui a généralement suivi une formation de psychologue (Master I et II en psychologie) ou de médecine générale (9 années d’étude). Un Diplôme Inter Universitaire (DIU) en sexologie peut ensuite parfaire la formation initiale pour les médecins. Alors que pour les psychologues, il existe de nombreuses formations dans des écoles privées qui permettent d’obtenir un certificat en sexologie. Même si un sexologue ne doit pas nécessairement être un médecin ou un psychologue spécialisé en sexologie, en réalité une telle formation est vivement recommandée.

Cependant, certains sexologue ont aussi suivi des formations de sociologie, de journalisme, de physiothérapie, de philosophie, de travailleur social ou encore d’anthropologie. Cette discipline est si vaste que la diversité des profils universitaires permet de travailler sous différents points de vue.

Une sexologue qui conseille un couple

Quelques préjugés autour de la profession de sexologue

Citons quelques mythes autour de cette pratique :

Les sexologues traitent exclusivement des difficultés liées à l’érotisme

En effet, les sexologues gèrent ce genre de difficultés dans les relations sexuelles. Cependant, il est réducteur de dire que c’est le seul problème qu’ils traitent. Au-delà de ce type de problématique, il existe une grande variété de situations que le sexologue peut aider à traiter. Par exemple, les ruptures de relations amoureuses ou encore l’infidélité.

 

Si vous êtes sexologue, vous devez être très bon au lit

Ce mythe peut sembler saugrenu et même drôle, mais il est cependant largement répandu. Une telle croyance peut même générer des difficultés et créer des attentes irréalistes dans la vie privée d’un sexologue.

« Être bon au lit » est une expression que la sexologie récuse. En effet, elle ne considère pas qu’il existe une « bonne façon » d’avoir des relations sexuelles. En réalité, il y en a plusieurs. Chacun doit en fait choisir celle qui lui donne le plus de plaisir, de satisfaction et avec laquelle il est à l’aise.

Les sexologues apprennent à leurs patients à mettre des préservatifs

Plus qu’un mythe, c’est une image qui s’est construite au fil du temps certainement en raison de l’intervention des sexologues dans les centres d’enseignement primaire et secondaire. Il est certes important de parler de santé sexuelle, de savoir comment mettre un préservatif, de connaître les méthodes contraceptives existantes et les maladies sexuellement transmissibles. Néanmoins, il est encore plus pertinent de conseiller les adolescents en âge d’avoir des relations sexuelles afin qu’ils le fassent lorsqu’ils le veulent vraiment et non parce qu’ils cèdent à la pression du groupe ou de leur partenaire.

Il est également important d’enseigner la gestion de l’intimité du couple. Il s’agit d’apprendre à ne pas envahir l’intimité de son partenaire avec l’intention de le contrôler. Les interventions des sexologues sont en réalité encore bien plus larges que cela.

 

Un exercice de visibilité sur la sexologie en tant que profession est encore nécessaire pour en finir avec les préjugés et les croyances qui l’accompagnent. Après tout, cela sera bénéfique avant tout aux personnes qui ont besoin d’une forme de soutien sexologique, quelle qu’elle soit.