L'empathie chez les personnes "Asperger"

04 juin, 2020
La stigmatisation du manque absolu d'empathie chez les personnes atteintes du syndrome d'Asperger rend invisible la véritable sensibilité de ces personnes. Parce qu'au-delà de ce que l'on peut croire, elles ressentent, voient et apprécient les émotions des autres...

La stigmatisation du manque d’empathie chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger est encore bien ancrée dans notre société. Cependant, les neurosciences nous disent très clairement que les enfants, les adolescents et les adultes atteints du syndrome d’Asperger ressentent la douleur des autres, la voient, l’apprécient et s’en soucient. Cependant, ils ne savent pas comment réagir, quelles réponses ou quels comportements adopter dans ces situations.

Il est tout à fait possible que les films et les émissions de télévision aient contribué à donner une image qui n’est généralement pas très réaliste des troubles dans le spectre de l’autisme (TSA). Pour commencer, le fait le plus important à considérer est que, comme le mot lui-même l’indique, nous avons affaire à une condition qui se rattache à un spectre.

Il y aura donc des personnes aux comportements beaucoup plus rigides. Certaines auront de grandes difficultés, même en matière de parole et de communication. D’autres, en revanche, feront preuve de bonnes capacités de fonctionnement et de mémoire. Ces personnes auront probablement un grand potentiel dans certains domaines de connaissance. Il peut s’agir par exemple du domaine des sciences ou des mathématiques.

Par conséquent, tous les enfants atteints de TSA ne sont pas les mêmes. Bien que le syndrome d’Asperger soit le plus fréquent dans ce spectre, la généralisation conduit toujours à l’erreur. Ce trouble du développement requiert de notre part plus de compréhension et de proximité. Il est donc nécessaire de comprendre un peu plus comment fonctionne ce monde intérieur lié à l’empathie.

Un enfant atteint du syndrome d'Asperger

 

L’empathie chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger : concepts et caractéristiques

Comment l’empathie se manifeste-t-elle chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ?
Est-elle absente chez ces personnes ou est-elle présente de la même manière que chez les personnes neurotypes (généralement des personnes qui développent un TSA) ? La réponse n’est pas aussi simple qu’un “oui” retentissant ou un “non” définitif. Le sujet n’est pas simple car l’empathie, en soi, n’est pas une dimension aussi simple qu’on pourrait le penser.

Voyons maintenant quelques informations importantes.

Deux types d’empathie

Christopher Gillberg est professeur à l’université de Göteborg, en Suède. Il est connu pour avoir développé les critères les plus courants pour diagnostiquer le syndrome d’Asperger. Ce médecin définit souvent ce trouble du développement comme la “maladie de l’empathie”.

Mettre l’accent uniquement sur cette idée, c’est nourrir les stigmatisations de la communauté. En réalité, ce qui doit être clarifié, c’est que l’empathie chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger fonctionne différemment.

  • L’empathie se présente de deux façons : la première est cognitive. Grâce à elle, nous avons la capacité de voir le monde du point de vue d’un tiers. Nous comprenons ce qui lui arrive parce que nous pouvons nous “mettre à la place” de la personne qui se trouve devant nous
  • D’autre part, il y a l’empathie émotionnelle : dans ce cas, nous nous limitons à ressentir ce que l’autre personne ressent. Nous vivons donc une contagion émotionnelle. En effet, nous voyons, nous sentons et nous nous connectons, mais nous ne comprenons pas la situation. Et si nous la comprenons, c’est grâce à la coalition avec l’autre type d’empathie, celle qui est cognitive
  • C’est ce que vit une personne ayant le trouble d’Asperger : elle peut identifier la souffrance et la joie de l’autre, et même la partager. Cependant, elle ne sait pas comment réagir, quoi faire ou comment agir. Son empathie cognitive n’est pas toujours présente
Les émotions chez les personnes Asperger

 

Les neurosciences et le syndrome d’Asperger

Le Centre de recherche sur le cerveau de l’Université nationale Yang-Ming, à Taipei, Taiwan, a mené une étude intéressante en 2014. L’objectif de l’étude était de déterminer grâce aux IRM comment le cerveau des personnes atteintes du syndrome d’Asperger fonctionne.

  • Ainsi, une chose que l’on pourrait constater est que l’empathie chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger et les mécanismes qui en sont responsables, sont bien présents. Les processus liés à l’identification de la douleur d’autrui sont donnés. Ils sont réels, mais pas de la même manière que chez les personnes neurotypiques
  • Ces différences sont en partie expliquées dans un article publié dans la revue Molecular Autism. Le professeur Baron-Cohen, du Centre de recherche sur l’autisme de l’université de Cambridge, a mené une étude pour découvrir la présence d’un gène. Le gène GABRB3 pourrait être à l’origine de ces altérations de l’empathie

Ce gène régule également le fonctionnement d’un neurotransmetteur appelé acide gamma-aminobutyrique (GABA). De cette façon, l’altération de sa fonctionnalité peut engendrer des comportements plus rigides. Par exemple, cela peut être le cas d’une hypersensibilité aux stimuli mais aussi de la difficulté à comprendre ou à se mettre à la place des autres.

Cependant, il y a un autre fait encore plus intéressant. L’altération de ce gène n’est pas exclusive au groupe atteint de TSA (trouble du spectre autistique). Nous pouvons tous présenter une variante du GABRB3 et ainsi montrer certaines limites en termes d’empathie.

L’hypersensibilité dans l’autisme Asperger ou le phénomène de “l’excès d’empathie”

Ce fait est très intéressant. Les chercheurs Henry et Kamila Markram, neuroscientifiques israéliens, soulignent que l’un des problèmes des personnes autistes est l’hypersensibilité à l’expérience. Tout est trop intense et accablant. Le monde a trop de stimuli, trop de sons, de lumières, d’odeurs, de sensations…

Ainsi, et aussi frappant que cela puisse paraître, le monde émotionnel est également trop chaotique pour elles. Tout est vécu de manière excessive et douloureuse. Par conséquent, elles souffrent souvent d’un excès d’anxiété.

Cependant, selon ces scientifiques, les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peuvent quand même éprouver les sentiments des autres. Néanmoins, elles les ressentent trop fortement et se bloquent. Parfois, elles ne savent pas comment réagir ou quoi faire.

Ce sentiment n’est pas agréable. Elles se sentent dépassées et évitent donc le contact visuel. Elles se détournent et ont tendance à éviter certaines situations sociales parce que ces scénarios sont trop intrusifs pour leurs sens.

Finalement, l’empathie chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger est réelle. En effet, elle existe et elle est belle et bien présente. Cependant, cela fonctionne différemment. C’est quelque chose que nous devons donc comprendre. Le monde interne de ces personnes n’est pas facile. C’est pourquoi elles ont besoin de notre sensibilité, de notre respect et de notre alliance. Cela leur permettra donc de s’intégrer dans notre vie quotidienne à leur propre rythme, à leur manière et avec leur propre vision de la vie.

 

  • Hirvelä, S., y Helkama, K. (2011). Empatía, valores, moralidad y síndrome de Asperger. Revista escandinava de psicología , 52 (6), 560-572. https://doi.org/10.1111/j.1467-9450.2011.00913.x
  • ANDA, R. (2000). Uso social del lenguaje en el síndrome de Asperger y el autismo de alto funcionamiento. En A. Klin, FR Volkmar, y SS Sparrow (Eds.), Síndrome de Asperger (pp. 125-134). Nueva York, Londres. Obtenido de http://fau.catalog.fcla.edu/fa.jsp?Ntk=Number&Nty=1&N=28&I=0&V=D&Ntt=FA000774928