L’effet Spotlight ou lorsque l’on voit une tempête dans un verre d’eau

· 25 avril 2019
Les victimes de l'effet Spotlight ont le sentiment qu'elles ne peuvent pas avoir un défaut visible, ni se tromper, parce que les autres les regardent constamment, seulement pour les juger et les condamner.

L’effet Spotlight est le nom donné à la tendance à surdimensionner tout défaut ou erreur, aussi petits soient-ils. Quiconque est victime de ce problème a l’impression que tout le monde se préoccupe de lui et juge ses moindres erreurs. C’est typique des adolescents, mais il y a aussi beaucoup d’adultes qui souffrent de cet effet.

Une personne souffrant de l’effet Spotlight aura peur si elle voit un bouton sur son visage. Imaginez que tout le monde soit attentif à cette petite imperfection et cherche instantanément à la critiquer dans son dos. Deux situations apparemment contradictoires se rencontrent dans ce type de personne : elles ont une faible estime de soi et, en même temps, elles ont l’impression d’être le centre de l’univers.

« Il n’y a que si je me sens précieux, quoi que je fasse, que je peux m’accepter, que je peux être authentique, que je peux être vrai. »

-Jorge Bucay-

Les annonceurs sont bien conscients de l’effet Spotlight. C’est pourquoi vous verrez beaucoup de publicités dans lesquelles quelqu’un fait mauvaise impression à tout le monde s’il n’utilise pas un certain produit. Ils nous présentent des scènes dans lesquelles quelqu’un est montré du doigt ou rejeté par tout le monde autour de lui lorsqu’il ne porte pas une certaine marque ou n’accomplit pas une certaine action. Ceux qui sont si obsédés par l’opinion des autres sont des proies faciles pour la manipulation.

effet Spotlight et estime de soi

L’effet Spotlight, de quoi s’agit-il ?

Pour donner une définition plus précise, disons que l’effet Spotlight est la tendance à surestimer ses propres caractéristiques ou comportements personnels. C’est parce que la personne concernée estime que toute erreur ou toute difficulté est extrêmement frappante pour les autres. Il n’a pas réalisé que la plupart de l’humanité se fiche qu’on ait une chemise tachée ou un bout de salade coincé entre les dents.

On pourrait dire que l’effet Spotlight est l’un des visages de la paranoïa. Le paranoïaque se sent spécial, différent, choisi. Ce n’est pas qu’il a trop de narcissisme, mais plutôt qu’il se sent coupable de quelque chose dont il n’est pas conscient. Il projette cette culpabilité sur les autres et il lui semble que tout le monde le juge constamment sévèrement. En retour, il compense le sentiment de culpabilité en se sentant faussement supérieur.

Ce genre de personnes veulent à ce point conserver cette image d’elles-mêmes selon laquelle elles sont meilleures que les autres, qu’elles finissent par devenir extrêmement dépendantes de l’opinion de ces mêmes personnes, dans deux sens. D’une part, elles doivent captiver les autres d’une manière ou d’une autre. D’autre part, elles ont peur des autres parce qu’elles les considèrent comme des juges implacables.

Une expérience révélatrice

Une expérience sur l’effet Spotlight a été réalisée à l’Université Cornell. L’étude consistait à réunir un groupe de bénévoles et à leur demander de choisir un t-shirt qu’ils jugeaient embarrassant. Ils ont dû le porter pendant une journée et calculer combien de personnes avaient remarqué ce vêtement ridicule.

A la fin de cette première partie de l’expérience, les chercheurs ont demandé à chacun le nombre de personnes qui les avaient observés de façon réprobatrice. De plus, un sondage a été mené auprès des observateurs afin de le comparer avec les réponses des volontaires.

Il s’ensuit que de nombreux bénévoles ont commis une erreur importante en calculant le nombre de personnes qui les avaient remarqués. Les chiffres ont montré que moins de la moitié d’entre eux avaient remarqué le vêtement.

effet Spotlight et paranoïa

Surmonter l’effet Spotlight

La thérapie psychologique est recommandée pour surmonter ce type de difficultés qui résident dans notre inconscient. Cependant, il existe aussi des mesures qui peuvent être prises à court terme et qui sont efficaces. Certaines de ces mesures sont :

  • Vérifier la validité des hypothèses. Il vaut la peine de reproduire l’expérience de Cornell, à notre échelle. Pour cela, il suffit de faire une erreur ou d’être ridicule, puis de demander aux autres de voir s’ils l’ont vraiment remarqué.
  • Analyser les raisons de la honte. Il est bon de se demander pourquoi cette erreur ou ce défaut est si grave qu’il n’y paraît. Est-ce vraiment si terrible que ça ?
  • Se souvenir de ses qualités. Il est conseillé d’opposer une réflexion sur ses vertus au sentiment que les autres nous jugent, que cette dernière situation soit vraie ou non. Qu’est-ce qui nous rend précieux ? Pourquoi un bouton sur le visage ou une tache sur notre chemise nous fait perdre de notre valeur ?

Il serait intéressant d’examiner pourquoi vous vous sentez si peu sûr de qui vous êtes. L’effet Spotlight s’enracine chez ceux qui n’ont pas su s’accepter eux-mêmes. Il y a peut-être quelque chose que vous regrettez profondément, mais vous ne savez pas ce que c’est. Pensez-y, faites appel à votre mémoire, avec une attitude non pas d’auto-flagellation, mais de volonté de connaissance de soi.

 

  • Bleuler, E., Llopis, B., & Minkowski, E. (1969). Afectividad, sugestibilidad, paranoia. Madrid: Morata.