L’Effet Hawthrone : nous changeons de comportement lorsque l’on nous regarde

· 14 août 2017

Ce que l’on appelle l’Effet Hawthrone, c’est le changement de comportement que l’on observe chez les personnes quand elles savent qu’elles sont observées ou étudiées. On a commencé à parler de ce concept à partir d’une étude réalisée en 1955 par le chercheur Henry A. Landsberger. Cet expert a analysé des expériences menées à bien par Elton Mayo, entre 1924 et 1932, dans une usine appelée Hawthrone Works.

Dans le cadre des expériences de Mayo, on a tenté d’identifier quels changements se produisaient au niveau de la productivité des travailleur-se-s dans les changements d’illumination. Finalement, on a détecté que le niveau d’illumination ne produisait pas d’altérations dans le rendement des employé-e-s, si tant est qu’il y ait un minimum de clarté.


« Nous sommes une certaine personne quand nous sommes seuls, une autre quand nous sommes accompagnés, et une autre encore quand c’est le pouvoir qui nous observe. »

– Lucas Rigattieri –


Cependant, on a bel et bien observé une augmentation dans la productivité de certain-e-s travailleur-se-s, et cela n’avait rien à voir avec la lumière. Seul-e-s celleux qui savaient qu’iels étaient observé-e-s et étudié-e-s sont devenu-e-s plus productif-ve-s. Le rendement a augmenté automatiquement quand les employé-e-s ont compris qu’iels étaient l’objet d’une observation constante.

La conclusion initiale a été que les travailleur-se-s se sentaient spéciaux-ales pour avoir été sélectionné-e-s pour l’étude. De fait, iels répondaient avec plus d’efficacité dans leurs travaux. Les autres facteurs tels que l’illumination, la ventilation voire même l’infrastructure n’ont pas causé un plus grand impact. C’est ce que l’on appelle l’Effet Hawthrone.

Les opinions des travailleur-se-s sur l’Effet Hawthrone

Pour corroborer l’existence de l’Effet Hawthrone, les chercheur-se-s se sont entretenu-e-s avec les travailleur-se-s. Iels voulaient étudier directement auprès d’elleux quel ou quels étaient le(s) facteur(s) qui selon elleux avait joué pour que leur productivité augmente. Ce que les employé-e-s ont dit a surpris les chercheur-se-s.

Selon les travailleur-se-s, le facteur décisif à l’origine de leur plus grande efficacité est le fait qu’iels aient observé une amélioration dans les relations interpersonnelles au sein l’usine. Il semblerait que sans s’en rendre compte, les chercheur-se-s aient amélioré le climat professionnel pour permettre aux employé-e-s de collaborer à l’expérience.

Sur la base de ces études, on a créé une nouvelle branche de la psychologie : la branche industrielle. On a considéré que les relations humaines étaient un élément qui avait une incidence décisive sur la productivité. Même ainsi persistait l’idée que les sujets aussi avaient changé par le simple fait d’avoir été observés.

L’Effet Hawthrone aujourd’hui

Après cette phase initiale de recherches ont été menées à bien d’autres études sur le sujet. Cependant, jusqu’alors, aucune d’entre elles n’est vraiment concluante. Malgré cela, on admet l’existence de l’Effet Hawthrone comme une réaction psychologique positive au fait d’être observé-e pendant une expérience. Cet effet est surtout positif quand la tâche dont on parle n’est pas très complexe, dans le cas contraire « l’effet d’observation » peut être contre-productif pour le rendement.

A première vue, il semblerait que les gens se font toute une série d’idées autour de ce que les chercheur-se-s espèrent voir d’eux. Ils ne considèrent pas qu’il soit valide d’agir de manière normale, comme ils le feraient dans leur routine ordinaire. Ils pensent qu’ils doivent plutôt élever leur conduite jusqu’aux niveaux qu’apparemment les chercheur-se-s veulent observer. En d’autres termes, ils aliènent leur comportement à certaines croyances.

Cela, bien sûr, ne s’applique pas seulement aux expériences réalisées dans les domaines professionnels, mais s’étend aussi à tout type d’expériences menées auprès des êtres humains. L’Effet Hawthrone introduit alors un biais dans les recherches, qui doit être pris en compte.

D’autres aspects de l’Effet Hawthrone

L’Effet Hawthrone a été considéré comme un facteur particulièrement problématique dans le cadre des recherches médicales. Certain-e-s patient-e-s, sachant qu’iels étaient observé-e-s, affirment que s’est produit une amélioration qui n’avait pas de corrélat dans les tests médicaux. Cela se constate quand on analyse les indices cliniques objectifs. Le/La patient-e dit aller mieux, mais les tests médicaux disent qu’aucun changement ne s’est produit.

L’Effet Hawthrone, ou d’amélioration du comportement, en plus d’avoir lieu dans les situations où la personne se sent observée, se manifeste aussi dans d’autres circonstances telles que les suivantes :

  • Lorsque se présente une situation nouvelle qui altère la routine.
  • Lorsque les personnes se sentent installées dans une situation artificielle, par exemple, quand elles sont menées dans un laboratoire.
  • Lorsque que l’expérience dure un certain temps et qu’ensuite s’introduit un changement.
  • Lorsque la personne croit qu’elle est dans une situation qui pourrait lui rapporter des bénéfices si elle s’investit davantage.
  • Lorsqu’apparaissent des facteurs qui réduisent la sensation d’ennui.

Beaucoup ont remis en question l’exactitude de l’information disponible sur l’Effet Hawthrone. C’est un concept que l’on étudie encore aujourd’hui et face auquel de nombreuses questions restent sans réponses. Cependant, il s’agit d’un phénomène psychologique intéressant qui pourrait être appliqué pour améliorer l’investissement des gens dans différentes situations, surtout dans celles où l’investissement est simple et répétitif, comme nous l’avons dit précédemment.