L’effet Bandwagon, ou croire que des millions de vaches ne peuvent pas se tromper

· 20 février 2018

Une phrase de Facundo Cabral dit « mange de l’herbe, des millions de vaches ne peuvent pas se tromper« . Il s’agit d’une ironie destinée à remettre en cause cette tendance à rejoindre les majorités, sans autre critère. En d’autres termes, à aller là où les autres vont. Et ce simplement parce qu’ils sont majoritaires. En fait, nous sommes ici en présence d’un biais cognitif connu sous le nom d’effet Bandwagon ou effet d’entrainement.

Plus précisément, l’effet Bandwagon consiste à croire que quelque chose est vrai juste parce que la plupart des personnes le croient. Ceux qui sont victimes de ce biais cognitif ne basent pas leur jugement sur des preuves ou des raisonnements logiques, mais simplement sur le pouvoir de la masse. Si de nombreuses personnes pensent qu’il en est ainsi, c’est qu’il doit en être ainsi.

Les origines de l’effet Bandwagon

Il se dit que le premier à avoir utilisé consciemment l’effet Bandwagon fut l’acteur et comédien américain Dan Rice, en 1848. Lors de la campagne présidentielle cette année-là, Rice utilisa l’expression  » Jump into the bandwagon « . Cela pourrait être traduit comme « monte dans le train à la mode ». En d’autres termes, rejoignez ce qui est tendance. Cela a aidé le président Zachary Taylor à accéder au pouvoir.

effet bandwagon

C’est à ce moment-là que nous avons pu prendre conscience qu’une phrase comme celle-ci avait une influence énorme en vue d’alimenter des masses déjà bien nourries. Elle générait un effet domino ou effet de cascade. Cela signifie qu’elle agissait comme une sorte de « contagion ». Les personnes voulaient être « à jour », faire partie de ce qui était à la mode.

Peu à peu, nous avons compris que l’effet bandwagon pouvait avoir d’énormes avantages en politique. Sa portée a même été spécifiée. Les personnes veulent toujours être du côté des gagnants. Par conséquent, elles s’associent à celui qui « gagne » une compétition, qu’elle soit politique ou autre. Se construit dès lors une atmosphère ou un climat dans lequel tout tend à renforcer ceux qui sont supposés gagner.

Effet Bandwagon et argument « Ad populum« 

Nous appelons « Argument Ad Populum » les fausses affirmations qui, toutefois, coïncident avec l’opinion générale de la majorité. À cet égard, Carl Sagan mentionne qu’il fut un jour réprimandé par un chauffeur de taxi, lequel lui demandait s’il croyait aux OVNIS et Sagan répondit que non. La réaction du chauffeur fut le rejet et le scepticisme.

Le conducteur croyait que Sagan voulait lui cacher la vérité. Si, en revanche, il avait dit qu’il croyait aux visites d’extraterrestres, même s’il s’agissait d’un mensonge, il aurait sûrement reçu l’approbation de cet homme, en vertu de « l’argument Ad Populum ».

effet bandwagon

Par conséquent, ces types d’arguments sont étroitement liés à l’effet Bandwagon. Les politiciens et les experts en marketing cherchent presque toujours à dire aux personnes ce qu’elles veulent le plus entendre. Peu importe si cela correspond à la vérité ou non. Ce qui les intéresse est que cela signifie « rejoindre la mode » et ainsi gagner la sympathie de nombreuses personnes.

L’effet Bandwagon présente également des risques

La question n’est pas aussi simple pour les personnes de pouvoir. Il ne suffit pas simplement d’utiliser les mensonges que tout le monde veut écouter pour gagner la volonté de la majorité. L’effet Bandwagon est également à double tranchant. Celui qui parvient à être plus populaire, est également davantage exposé et nu devant les masses. Par conséquent, toute révélation à son encontre peut avoir un effet dévastateur sur son image. Tout le monde est beaucoup plus attentif à qui est « dans le train gagnant ».

Il arrive également que l’un des prétendants ou candidats puisse déclencher une mode plus forte. Dans la mesure où les adeptes ne suivent pas un leader par conviction mais simplement à cause du biais cognitif de l’effet Bandwagon, ou de l’effet d’entrainement, ils peuvent facilement tourner le dos à celui qui se montre faible dans cette logique. Si un autre parvient à se profiler en tant que gagnant potentiel, il est possible que de nombreuses personnes commencent à le joindre, abandonnant leur préférence antérieure.

effet bandwagon

L’effet Bandwagon a également été appelé « comportement grégaire ». D’une manière plus désobligeante, il est appelé « effet mouton ». Cela vaut la peine d’être conscient de cela pour, espérons-le, ne pas être victime d’un de ces vendeurs de mensonges.