Le trouble panique chez les enfants

· 25 novembre 2018
Le trouble panique d'un enfant ne diffère substantiellement pas du trouble panique dont un adulte peut souffrir. L'élément le plus différenciateur est peut-être l'interprétation des symptômes que les uns et les autres peuvent faire. Mais avant d'étudier ce point, voyons ce qu'est le trouble panique.

Un trouble panique est un trouble anxieux. L’anxiété est une émotion humaine, très humaine. Elle consiste en une activation du système nerveux autonome face à des stimulus ou situations qui sont jugés menaçants. Elle possède par conséquent un caractère adaptatif car elle aide à la survie en activant les ressources de l’organisme.

L’anxiété devient problématique quand elle atteint une intensité trop élevée ou apparaît dans des situations où il n’y a pas de raison réelle de s’alarmer. Dans ce cas, elle perd sa valeur adaptative, provoque du mal-être et un fonctionnement anormal de la personne.

L’anxiété chez les enfants

Les enfants et adolescents, tout comme les adultes, peuvent manifester un trouble anxieux. Certains événements, comme le début de l’école, la naissance d’un frère ou d’une sœur, la perte d’un proche ou un déménagement peuvent précipiter l’apparition du problème.

Même s’il y a beaucoup de similitudes avec l’anxiété d’un adulte, la réaction de l’enfant face aux symptômes diffère significativement. Les conséquences négatives de l’anxiété infantile peuvent être plus importantes que chez un adulte. En effet, les ressources dont l’enfant bénéficie pour gérer l’anxiété ne se sont pas encore développées.

enfant anxieuse souffrant du trouble panique

Certains faits susceptibles de produire un impact émotionnel très fort peuvent interférer dans le processus de croissance et de maturation de l’enfant. Par ailleurs, les répercussions peuvent se manifester dans le domaine social, scolaire, personnel et familial. Elles peuvent aussi mener à des pathologies plus sévères.

Certains troubles anxieux sont plus fréquents que d’autres au cours de l’enfance. C’est le cas de l’anxiété généralisée. D’autres sont liés à un âge déterminé ou à des faits très concrets, comme quand l’enfant se sépare de ses parents ou d’autres figures d’attachement.

Le trouble panique chez les enfants

Le trouble panique se caractérise par la présence récurrente de crises de paniques qui durent de quelques minutes à plusieurs heures. Ce sont des symptômes aversifs, somatiques (physiologiques) et cognitifs qui atteignent leur intensité maximale au cours des dix premières minutes. Ensuite, celle-ci diminue progressivement.

Les symptômes les plus caractéristiques d’une crise de panique sont les suivants :

  • Palpitations, cœur qui bat très fort, augmentation de la fréquence cardiaque
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Sensation d’étouffement, de ne pas pouvoir respirer
  • Oppression, mal-être thoracique
  • Nausées ou gênes abdominales
  • Instabilité, vertige ou évanouissement
  • Sensation d’irréalité ou de dépersonnalisation
  • Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou
  • Peur de mourir
  • Paresthésies
  • Frissons ou suffocation

Chez les enfants, les symptômes les plus fréquents sont les palpitations, les tremblements, la difficulté respiratoire et le vertige (Last et Strauss, 1989). Comme nous le voyons, les symptômes cognitifs (peur de mourir ou de perdre le contrôle) sont moins habituels. Les symptômes somatiques ou physiologiques dominent.

Le trouble panique est plus fréquent chez les petites filles que chez les petits garçons. Sa prévalence est faible au tout début de l’enfance. Elle est d’environ 1% chez les adolescents (Lewinsohn, Hops, Roberts, Secley et Andrews, 1993). Ce trouble commence généralement à apparaître à la fin de l’adolescence ou dans la trentaine.

Parfois, le trouble panique chez les enfants peut être lié à de l’agoraphobie. L’agoraphobie est la peur intense de se retrouver dans des situations dont il est difficile de s’échapper, au cours desquelles on aurait du mal à demander de l’aide en cas de déclenchement d’un symptôme.

petite fille avec trouble panique

Quel est le modèle explicatif du trouble panique chez les enfants ?

Ley (1987) considère que l’anxiété et le stress sont les deux déclencheurs les plus habituels de l’hyperventilation. Il peut toutefois y avoir d’autres éléments qui la déclenchent, comme des problèmes médicaux, un exercice physique, une ingestion de caféine, etc.

L’hyperventilation implique une respiration excessive de l’enfant. La ventilation est trop haute par rapport au taux de production de dioxyde de carbone. Cela produit une réduction de la tension artérielle.

Les sensations qui accompagnent l’hyperventilation (transpiration, tachycardie, palpitations, vertige, altération de la vision, sensation d’asphyxie, difficulté respiratoire, etc.) font peur à l’enfant. Le mécanisme de lutte-fuite se met donc en place, en intensifiant les symptômes d’hyperventilation et la peur des sensations.

L’augmentation des symptômes et la peur qui en résulte créent un cercle vicieux qui peut déboucher sur l’apparition d’une crise de panique. Cependant, l’hyperventilation n’est pas le seul facteur qui explique cette crise. Il en existe d’autres comme la prédisposition biologique et le conditionnement pavlovien. Dans ces cas, les crises de panique se font par des processus d’association.

Comme nous l’avons vu, le trouble panique chez les enfants ressemble beaucoup à celui dont les adultes peuvent souffrir. La différence la plus significative est peut-être l’interprétation qui peut en être faite, tout comme la présence plus ou moins accentuée de symptômes physiques ou cognitifs.