Le syndrome de Lucio : la résignation choisie

23 mai 2016 dans Psychologie 545 Partagés

Lucio est le protagoniste de l’expérience qui donne le nom au syndrome. Son comportement lors de cette enquête est le point de départ de ce qu’on connaît actuellement sous le nom de “syndrome de Lucio”. Mais que peut bien nous apprendre ce petit poisson  ?

Nous avons plus de points communs avec Lucio que nous le pensons. Bien que nous ne vivions pas dans l’eau et que nous n’ayons pas de branchies, nous pourrons nous identifier à Lucio lorsque nous connaîtrons son histoire.

Le fait de connaître le syndrome de Lucio nous fera probablement réfléchir sur notre comportement ou notre façon de penser face à certaines situations.

Le syndrome de Lucio : l’expérience

Au cours de ce test, notre ami a fourni un grand enseignement aux scientifiques et aux psychologues. On a ensuite comparé cela à ce que font les êtres humains.

Il semble que le comportement d’un poisson et celui d’une personne possèdent plus de points communs qu’on ne le croit. 

L’expérience qui a donné naissance au “syndrome de Lucio” est très simple. On a placé le poisson en question dans un aquarium séparé en deux parties par une vitre transparente. D’un côté, il y avait le poisson, et de l’autre, sa nourriture (des petites carpes).

Lucio a commencé par essayer de manger toute la nourriture qu’il avait face à lui. Mais à chaque fois qu’il était sur le poindre d’atteindre sa proie, il percutait la vitre.

image 2

Il a recommencé plusieurs fois sa tentative, jusqu’à ce qu’il abandonne et qu’il change de sens et nage dans sa partie d’aquarium. Les chercheurs ont ensuite retiré la vitre du milieu, mais Lucio a continué à se comporter comme si la vitre existait toujours.

Il n’a pas réessayé d’atteindre la nourriture et est resté de son côté de l’aquarium. Pourquoi ? Parce que son expérience l’avait conditionné et qu’il était certain qu’il n’y avait aucun moyen d’atteindre la nourriture.

Le syndrome de Lucio appliqué aux personnes

Ce qui arrive à Lucio ressemble à ce qui arrive à l’éléphant du célèbre conte de Jorge Bucay. Cet éléphant est enchaîné quand il est petit. Des chaînes qui, alors, ne lui permettent pas de s’échapper.

Pourtant, quand il grandit, les chaînes deviennent insuffisantes par rapport à sa nouvelle force, mais même ainsi, il n’essaie pas de s’échapper.

Il nous arrive assez souvent la même chose qu’à Lucio et à l’éléphant. Quand nous pensons que nous ne pouvons pas réaliser quelque chose parce qu’une expérience préalable nous l’a fait croire, nous cessons d’essayer. 

Même si les conditions changent, même si nous grandissons et nous acquérons de nouvelles capacités, nous cessons d’essayer parce que nous gardons le souvenir que nous avons échoué.

Si nous croyons que nous disposons des informations complètes sur une situation, mais nous ne pouvons pas accomplir notre mission ou notre tâche, nous souffrons du syndrome de Lucio.

C’est-à-dire que nous acceptons cette incapacité que nous avons acquise grâce à notre expérience préalable. Si quelque chose n’a pas marché par le passé, nous croyons automatiquement qu’il se produira la même chose dans le présent ou dans l’avenir.

Nous refusons de chercher ou de considérer d’autres options ou d’autres perspectives, nous baissons la tête et nous abandonnons, nous hissons le drapeau blanc sans essayer à nouveau, parce que nous l’avons déjà fait et que nous n’avons pas obtenu de bons résultats.

Que ce soit à cause d’apprentissages que nous avons faits en famille, d’expériences personnelles ou d’informations erronées que nous avons rassemblées, nous pouvons nous comporter comme Lucio et ne plus jamais essayer.

Efforcez-vous à nouveau

Chaque fois que vous vous dites : “J’ai déjà essayé plusieurs fois” ou : “Je ne peux rien faire de plus”, réfléchissez-y à nouveau. Il se peut que la situation ait changé et que quelqu’un ou vous-même ayez enlevé la vitre qui vous sépare de votre objectif.

Commencez à analyser ce qui vous a manqué et battez-vous.

image 3

N’oubliez pas que le changement et la transformation sont beaucoup plus communs que le durable et l’immuable, comme vos besoins, vos capacités, votre avenir, vos attentes…

Si vous n’avez pas réussi aujourd’hui, réessayez demain ou le mois prochain. Ne baissez pas les bras. Ne subissez pas pendant ce processus, mais profitez-en pour en tirer des leçons.

Ne laissez rien ni personne vous conditionner, et changez votre manière de penser et de réfléchir. Vous n’avez pas non plus le droit de faire subir cela aux autres.

Pensez à Lucio la prochaine fois que vous devrez affronter une tâche trop difficile… mais n’agissez pas comme lui. Cherchez une façon de vous en tirer brillamment, même si ça vous prend du temps, de l’énergie et des ressources.

Vous serez suffisamment récompensé en atteignant votre objectif que vous le retenterez une nouvelle fois.

A découvrir aussi