Le syndrome de Charles Bonnet

· 4 décembre 2018
Parmi tous nos sens, le plus important est probablement celui de la vue. Tout notre monde est configuré autour de notre capacité à percevoir notre environnement en images.

Les maladies qui affectent la vision sont donc particulièrement préoccupantes. Tous les ans, on utilise de nombreuses ressources. Et on fait de nombreux efforts pour les prévenir et les soigner. Nous en connaissons déjà beaucoup. Des problèmes comme la myopie, l’astigmatisme ou les cataractes sont habituels autour de nous. Cependant, il existe aussi beaucoup d’autres troubles de la vision qui ne sont pas si connus. L’un des plus curieux est celui du syndrome de Charles Bonnet.

Nous allons voir, dans cet article, en quoi consiste ce problème. Que savons-nous actuellement sur son origine ? Et sur les différentes interventions qui ont été mises en place pour y faire face ?

Qu’est-ce que le syndrome de Charles Bonnet ?

Ce trouble de la vision est l’un des moins connus et compris parmi tous ceux qui existent. Il se caractérise par l’apparition d’hallucinations visuelles chez des patients qui souffrent d’une perte de vision. Ainsi, généralement, il se présente chez des personnes qui ont des problèmes de cataractes ou de glaucome. Il se développe aussi chez des gens qui ont souffert d’un problème dans les aires visuelles du cerveau.

homme qui a mal aux yeux : syndrome de Charles Bonnet

Les hallucinations présentes dans le syndrome de Charles Bonnet sont très vivantes et réalistes. Cependant, contrairement à d’autres troubles où la même chose se produit, les patients savent parfaitement que ce qu’ils voient ne se produit pas réellement. On le différencie donc très bien de la schizophrénie ou de la consommation de substances toxiques.

Les hallucinations apparaissent chez des personnes dont l’unique problème de santé se trouve au niveau de la vision. Pour diagnostiquer le syndrome de Charles Bonnet, il est donc nécessaire d’écarter toute présence de démence, de troubles mentaux ou de tout autre type d’intoxication. Par ailleurs, les problèmes de vision ont souvent lieu au cours du troisième âge. Ce trouble est donc particulièrement commun dans ce secteur de la population.

Caractéristiques des hallucinations

Les hallucinations produites par le syndrome de Charles Bonnet sont extrêmement diverses. Elles ont malgré tout une série de caractéristiques communes:

  • Lorsqu’elles apparaissent, le patient est parfaitement conscient de ce qu’il se passe. Les personnes affectées savent que ce qu’elles voient n’est pas réel.
  • Elles se combinent aux perceptions normales. Au lieu de remplacer totalement la réalité, les images se superposent à celles que le patient devrait normalement voir.
  • Elles apparaissent et disparaissent de façon aléatoire. Il est donc difficile de trouver une cause claire à ces changements. Ou de déterminer un schéma.
  • Les patients sont souvent surpris mais n’ont presque jamais peur de ce qu’ils voient.
  • Elles ont tendance à apparaître lors de situations de stress, lorsqu’il y a une surcharge sensorielle ou un très grand manque de stimulation.
  • Elles se présentent de façon plus vivante que la réalité. Le reste devient flou. Et les hallucinations se voient très clairement. Cela est dû au fait que le syndrome de Charles Bonnet n’apparaît que chez des personnes avec une visibilité réduite.

Causes et traitement

Les sciences médicales ne parviennent pas encore à expliquer pourquoi le syndrome de Charles Bonnet apparaît. On n’a trouvé aucune cause permettant de connaître le pourquoi de ces hallucinations. Il existe cependant plusieurs théories. Elles cherchent à apporter des réponses à ce problème.

La plus acceptée est la théorie de la désafférentation neuronale. Selon ses défenseurs, ce syndrome apparaît parce que les neurones du cerveau ont cessé de recevoir les niveaux de stimulation auxquels ils étaient habitués. Ils deviendraient donc beaucoup plus sensibles à tous les stimulus externes. Dans certains cas, ils pourraient même « fabriquer » les leurs.

femme préoccupée par le syndrome de Charles Bonnet

Quant au traitement, il n’existe aucun médicament qui soit totalement efficace contre ce trouble de la vue. Les soins apportés par les médecins sont palliatifs. Et non curatifs.

Le premier travail des professionnels de la santé consiste à informer le patient de ce qui lui arrive. Beaucoup peuvent en effet se sentir angoissés au moment de commencer à percevoir une « réalité » parallèle. Le médecin doit donc leur expliquer qu’il s’agit d’un trouble visuel. Et que les risques peuvent être minimisés en le contrôlant.

Par ailleurs, le plus habituel est d’essayer de solutionner le problème de vision. Dans la majorité des cas, on a pu voir que le fait d’opérer un patient pour lui rendre une partie de son acuité visuelle faisait disparaître les hallucinations.