Le rival le plus difficile à battre est dans votre tête

· 30 juillet 2016

Alors que je me demande comment je vais développer le sujet de cette article, j’entends Laura Ordoñez en musique de fond et cela m’aide à réfléchir sur ce que je veux vous faire partager. La chanteuse susurre à mes oreilles : la peur, la peur te poursuit; et je me demande si elle a raison et si le rival le plus difficile à battre pour surmonter mes problèmes se trouve à l’intérieur de moi.

C’est ma tête qui me demande bruyamment une opportunité que je lui refuse et, pourtant, je m’obstine à la tenir pour responsable des fantômes qui n’existent pas. Ou bien, quand ils existent, c’est moi qui leur donne plus de force car je les laisse entrer et ils réussissent ainsi à me paralyser.

Alors que je passe en revue les options pour continuer ainsi, je comprends que franchir les barrières après les avoir acceptées sera pour moi la solution la plus réconfortante à mon bien-être.

Car au final, les ennemis extérieurs sont des cauchemars qu’il faut surmonter, tandis que les ennemis intérieurs demandent de la compréhension et de la force.

Contrôlez vos peurs

Imaginez, imaginez que j’y arrive et que ma peur, ma rivale la plus tenace, perd la bataille. Et pourquoi pas ?

Les peurs qui me freinent ont de l’emprise sur moi, car ils veulent uniquement me voir tomber.

Cependant, je pourrai contrôler les peurs sur lesquelles je mets un nom et les utiliser pour faire grandir courage et estime de moi.