Le regret d'être tombé amoureux

On dit souvent que l'on tire toujours un apprentissage des mauvaises relations. Maintenant, que se passe-t-il quand ce qui reste est la souffrance et surtout le regret d'avoir vécu une relation négative ?
Le regret d'être tombé amoureux

Dernière mise à jour : 16 mai, 2021

Le regret d’être tombé amoureux est une expérience assez courante. Nombreux sont ceux qui ont vécu, dans leur histoire affective, des événements qu’ils préfèrent oublier et des personnes dont ils gardent des souvenirs désagréables.

Comment suis-je tombé amoureux de lui ou d’elle ? Comment ai-je pu ne pas savoir avant qui il était vraiment ? Pourquoi ai-je fait tant de choses pour quelqu’un qui ne méritait rien ?

Ces questions se retrouvent souvent dans nos esprits. Elles nourrissent l’inconfort, la frustration et la mémoire des mauvais souvenirs. On entend souvent dire que les mauvaises relations sont riches en apprentissages.

Cela n’est pour autant pas toujours vrai. Il est difficile d’apprendre quelque chose lorsque l’on ressent une souffrance traumatique, et encore plus difficile lorsque nous avons une vision négative de nous-mêmes. Du fait d’avoir été dans un lien non enrichissant depuis si longtemps… Que pouvons-nous faire dans ces situations ?

Gérer le regret d'être tombé amoureux.

Les clés pour gérer le regret d’être tombé amoureux

Le regret d’être tombé amoureux est une réalité que la science étudie depuis des années. La plupart d’entre nous réfléchissent souvent aux choses qu’elles auraient dû ou ne pas dû faire. Ainsi qu’aux liens qu’elles auraient dû éviter.

Des études, comme celles menées à l’Université de l’Illinois, par exemple, nous montrent que ce phénomène est plus courant qu’on ne le pense. Ce type de rêverie est appelé dans ce travail des pensées contrefactuelles. Il est intéressant de savoir que tant les hommes que les femmes souffrent du regret d’avoir commencé certaines relations.

Par ailleurs, si le champ psychologique s’intéresse à cette série d’expériences, cela est dû à un fait très concret et important. Le regret et la pensée contrefactuelle ont un impact majeur sur le bien-être émotionnel, la prise de décision, la régulation du comportement et la santé mentale.

Par conséquent, il est inutile de dire à quelqu’un “ne t’inquiète pas, on apprend toujours des mauvaises relations”. Voir certains apprentissages alors que l’on vit une grande souffrance n’est pas chose facile. Voyons comment gérer ce type d’expériences.

Clarifiez en détail ce que vous regrettez

Le regret d’être tombé amoureux ne vient pas seulement du sentiment de frustration d’avoir investi du temps et des émotions dans quelqu’un qui ne le méritait tout simplement pas. C’est quelque chose de plus profond et de complexe.

On peut se sentir mal d’avoir abandonné les rêves de cet ex-partenaire. Aussi de ne pas avoir réalisé auparavant qu’ils étaient trompeurs.

La personne peut même regretter de ne pas s’être battue suffisamment pour cette relation, d’avoir négligé l’autre ou d’avoir commis des erreurs. La repentance a de nombreuses formes et langues. Par conséquent, il est essentiel de clarifier ce qui nous fait vraiment mal et quelles dimensions spécifiques sont celles qui nous font souffrir.

Apprenez à traiter toutes les émotions

Savez-vous vraiment de quoi “est faite” l’émotion du repentir ? Certains soulignent que c’est une réalité psychologique inutile parce qu’elle nous bloque, parce que rien n’en découle.

Cependant, cette construction émotionnelle cache la lourdeur de la tristesse qui doit nous encourager à réfléchir à ce qui s’est passé. Elle intègre également la rage et la colère, des émotions qui nous poussent à réagir, à faire face à ce qui fait mal ou dérange.

Le regret renferme également la marque de la déception. Une autre dimension est de comprendre que, vivre, c’est aussi subir des déceptions, pour ensuite se concentrer sur soi-même et comprendre que l’on mérite mieux.

Libérez-vous de la culpabilité : vous ne saviez pas ce qui allait se passer

La relation vécue ne vous a pas apporté de bonheur. Vous ressentez du regret et même de la colère d’avoir mis de grands espoirs dans quelque chose qui n’a abouti à rien. Maintenant, la dernière chose à faire dans ces situations est d’alimenter la culpabilité ou la honte.

Vous ne saviez pas ce qui allait se passer, vous n’avez pas de boule de cristal magique qui révèle tout ce qui va se passer dans un proche avenir. Tomber amoureux et s’engager dans une relation est un acte que nous faisons avec le cœur. Faire l’indicible pour quelqu’un est la norme dans toute relation.

Parce qu’aimer c’est se battre, c’est travailler pour ce que l’on veut. Nous ne pouvons pas le regretter, car chacune de ces dimensions nous rend précieux et nobles. Nous ne pouvons jamais prévoir ce qui va se passer par la suite.

Le regret et le deuil d'une relation.

Le regret d’être tombé amoureux est une phase de plus du deuil

Le regret d’être tombé amoureux est une dimension du chagrin dû à une rupture. Lorsque nous mettons fin au lien émotionnel avec quelqu’un, il est courant que la piqûre de regret apparaisse. Cependant, la dernière chose à faire est de “figer” le deuil à ce stade, de rester avec cette douleur qui ne progresse pas, avec l’inconfort qui ne se résout pas.

Il est essentiel d’accepter ce qui s’est passé, de se libérer de la culpabilité, de se faire confiance et d’avoir confiance en l’avenir. Si plus tard nous parvenons à en tirer un apprentissage, c’est l’idéal. En attendant, il y a des expériences qui n’exigent que cela, d’être vécues, acceptées, puis surmontées.

Cela pourrait vous intéresser ...
“Pourquoi m’as-tu quitté ?” : le deuil confus
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
“Pourquoi m’as-tu quitté ?” : le deuil confus

Le deuil confus est un processus de gestion d'une perte extrêmement compliqué, car la personne ne sait pas pourquoi elle a été quittée.



  • Coats, S., Harrington, J.T., Beaubouef, M.E., & Locke, H.S. (2012). Sex Differences in Relationship Regret: The Role of Perceived Mate Characteristics. Evolutionary Psychology, 10.
  • Roese, N. J., Pennington, G. L., Coleman, J., Janicki, M., Li, N. P., & Kenrick, D. T. (2006). Sex differences in regret: all for love or some for lust?. Personality & social psychology bulletin32(6), 770–780. https://doi.org/10.1177/0146167206286709