Le pouvoir thérapeutique de notre dialogue interne

Le dialogue interne influence la façon dont nous percevons ce qui se passe autour de nous et comment nous agissons par la suite. Par conséquent, nous vous invitons à réfléchir sur les éléments qui retournent cette communication contre vos intérêts.
Le pouvoir thérapeutique de notre dialogue interne

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

Le dialogue interne est la communication que nous effectuons au quotidien et dont font partie les pensées que nous n’exprimons pas à voix haute. En effet, exprimons-nous aux autres tout ce que nous pensons, tout ce qui nous vient à l’esprit ? Probablement pas. Nous filtrons généralement ce que nous communiquons, tant dans la forme que dans le contenu.

Prenons un exemple très simple. Nous marchons dans la rue, quelqu’un essaie de nous vendre quelque chose, nous exprimons gentiment « je suis désolé, je ne suis pas intéressé ». En revanche, à l’intérieur nous pensons : « il doit sûrement supporter quelques certaines personnes qui lui répondent de manière désagréable » ; « Il est habillé n’importe comment » ; « Je suis pressé et je n’ai pas envie de m’arrêter » ; “Bien, je vais lui dire non avec un sourire.”

En effet, le dialogue interne (communément appelé « penser ») n’est rien de plus qu’une conversation que nous engageons avec notre être, avec nous-mêmes. Et cette conversation influence grandement la façon dont nous nous rapportons au monde qui nous entoure. Elle parle également beaucoup de la façon dont nous nous traitons nous-même.

Ainsi, la dynamique de ce dialogue interne conditionne la manière dont nous affrontons les conflits et les obstacles. Nous vous invitons donc à réfléchir ; comment vous parlez-vous ? Comment vous évaluez-vous et comment évaluez-vous les autres ? Les évaluations sont-elles négatives ou au contraire positives ? Nous parlerons donc, ci-après, du pouvoir thérapeutique du langage interne et des facteurs à prendre en compte.

dialogue interne

Le dialogue interne, en quoi consiste-t-il ?

Tant Vygotsky que Bajtin comprirent le langage intérieur comme un instrument interne et subjectif de relation et de communication avec soi-même. Ce dialogue trouve ses fondements dans les premiers stades de la vie. Dans les âges de l’enfance, le langage de l’enfant est normalement externe et sans trop de filtres. Il se transforme ensuite progressivement en dialogue interne.

Selon Vygotsky, le langage externe serait ce que nous utilisons pour communiquer avec les autres tandis que le langage interne est dirigé vers soi. De sorte que le dialogue interne est l’expérience de parler intérieurement en silence. I ‘auteur le définit en effet comme un langage sans son, une pensée verbale.

« Il est nécessaire d’apprendre à se parler avec affection afin de vivre plus longtemps et mieux. C’est en effet à travers notre dialogue interne que nous développons une vision positive ou optimiste de la vie ».

-Rojas-

Le dialogue interne nous définit-il ?

Luis Rojas, psychiatre et auteur de Nous sommes ce que nous parlonsLe pouvoir thérapeutique de parler et de se parler, affirme : « les pensées font partie de la dynamique quotidienne, de ce que nous disons et nous jugeons et comment nous le faisons. Parfois, nous ne prêtons pas assez attention à ces monologues internes, alors qu’ils peuvent être aussi destructeurs que positifs. »

Pour cette raison, notre dialogue interne influence notre façon de percevoir ce qui se passe autour de nous et aussi, indirectement, notre réaction.

Par exemple, si je pense et me dis que tout ce qui se passe provient du fait que je suis inutile et maladroit, j’aurai probablement davantage de difficultés à surmonter les obstacles qui se présentent car l’attribution que je fais et transcris à ce dialogue qui m’est propre est stable et interne. Il sera par ailleurs difficile pour quelqu’un de le réfuter s’il reste en moi.

“Je suis convaincu que parler est l’activité humaine naturelle la plus efficace lorsqu’il s’agit de protéger une saine estime de soi, de gérer notre vie, d’apprécier la cohabitation et les relations affectives et de stimuler les dispositifs naturels qui facilitent notre bien-être physique, mental et social.”

-Rojas-

dialogue interne

Le pouvoir thérapeutique de notre dialogue interne

Suivant le fil de la section précédente, la façon dont nous nous parlons détermine la façon dont nous percevons ce qui nous entoure. En ce sens, le professeur Ethan Kross mena une série d’expériences à l’Université du Michigan. Il conclut que les personnes qui se parlaient de manière positive réussissaient mieux, faisaient preuve d’une plus grande sécurité et se percevaient comme plus heureuses.

Par conséquent, le dialogue interne peut avoir à la fois un effet guérisseur et un effet néfaste selon le type de langage que nous établissons. Ce motif encourage la thérapie à se focaliser sur la communication interne dans la mesure où elle influence l’évolution de la thérapie. Produire des changements dans le dialogue interne génère parfois un plus grand bien-être personnel. Il s’agit donc d’un objectif d’intervention en thérapie. 

“Le langage intérieur a un pouvoir thérapeutique à mettre en évidence. Se parler dans une perspective positive, essayer de décomposer ce qui nous arrive, essayer de comprendre comment nous fonctionnons intrinsèquement, génère un effet thérapeutique.”

Pour conclure, nous soulignons la pertinence du dialogue interne, puisqu’il conditionne largement notre bien-être. Nous vous encourageons donc à examiner votre façon de communiquer avec vous-même et à observer ses effets. Ce sera la première étape pour éviter d’être, à de nombreuses reprises, votre pire ennemi.

Cela pourrai vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Distance et langage corporel entre interlocuteurs
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Distance et langage corporel entre interlocuteurs

Le psychologue Marcelo Ceberio nous parle du langage corporel et de la distance entre interlocuteurs quand on communique.



  • Alonso, L. (1994). “Lev Vygotsky: el lenguaje interior”. Memorias del IV Congreso Nacional de Filosofía. Tomo I.