Le modèle DISC : qu’est-ce que Wonder Woman a à voir avec l’étude de la personnalité ?

· 15 novembre 2018
En quoi consiste le modèle DISC et qu'est-ce donc ?

Au début du siècle dernier, le Dr William Marston a théorisé son modèle DISC pour l’étude de la personnalité. Il a défini quatre « points cardinaux » de la personnalité (« Dominance »,  » Influence »,  » Stabilité » et  » Conformité »). Plus tard, un célèbre personnage de bande dessinée sera créé avec ce modèle comme source d’inspiration.

Vers 400 av. J.-C., le Grec Hippocrate, fondateur de la médecine classique, a développé la théorie des « quatre humeurs ». Selon cette architecture abstraite, les quatre fluides présents dans le corps humain (sang, mucus, bile jaune et bile noire) devaient être équilibrés. Mais il était plus courant que certains d’entre eux prédominent. Générant ainsi un certain type de tempérament. Sanguin, flegmatique, colérique et mélancolique.

Quelque 1500 ans plus tard, le numéro 8 de « All Stars Comics » est  sorti, avec un nouveau super-héros appelé Wonder Woman (l’une des premières et sans doute la plus populaire). Il a signé comme scénariste du numéro de son créateur, Charles Moulton. Mais quel est le rapport avec la théorie d’Hippocrate ?

Hippocrate et le modèle DISC

Un psychologue intéressé par les « gens normaux »

Facile : Charles Moulton n’était rien de plus que le pseudonyme sous lequel William Marston, ancien professeur de psychologie à l’American University et inventeur du polygraphe, se cachait. Marston avait conçu sa bande dessinée comme un outil à la fois pour la promotion d’un point de référence féministe pour les filles d’Amérique dans les années 1940 et pour la « diffusion subliminale » de certaines de ses théories psychologiques.

Ces théories étaient basées sur son modèle DISC, le premier modèle d’étude de la personnalité de l’ère moderne basé, comme celui d’Hippocrate, sur quatre  » points cardinaux » du comportement humain. Ces points de référence représentaient à leur tour quatre personnalités extrêmes qui apparaissent de manière combinée chez toutes les personnes : les différentes combinaisons possibles définissent les profils DISC de chaque personne.

Le nom du modèle vient des acronymes de ces personnalités : Dominance (D), Influence (I), Stabilité (S) et Conformité (C).

Le professeur Marston, un homme ayant une vie privée non conventionnelle*, en tant que psychologue ne s’intéressait pas trop à l’étude de la maladie mentale : son intérêt était d’appliquer la psychologie en dehors d’un cadre purement clinique, avec des personnes  » normales  » comme objet d’étude. En fait, c’est précisément dans un livre intitulé « Emotions of Normal People » qu’il détaille pour la première fois le DISC, dès 1928.

Que signifie l’acronyme DISC ?

Mais quelle est la signification réelle de chacun des 4 acronymes DISC et sur la base de quels critères cette différenciation est-elle établie ? Le modèle DISC prend en compte deux axes : comment on se perçoit par rapport à son environnement social (supérieur ou inférieur) et si l’on perçoit cet environnement comme favorable ou antagoniste. Ainsi, les quatre styles de comportement de Marston restent les mêmes :

  • Dominance. L’individu se considère supérieur à son environnement, qu’il considère comme un antagoniste. Par conséquent, il se concentre sur l’exercice de son pouvoir. Ce trait prédomine chez les gens tenaces et fermes, qui n’aiment pas vraiment tourner autour du pot, qui font preuve de confiance en eux et se concentrent sur l’atteinte de leurs objectifs.
  • Influence. L’individu se considère également comme supérieur à son environnement, mais se situe du point de vue de ceux qui le considèrent comme favorable. C’est pourquoi il préfère exercer son influence sur les autres. Ce trait prédomine chez les personnes optimistes, extraverties et enthousiastes.
  • Conformité. L’individu se considère comme inférieur à un environnement antagoniste, donc il s’engage à « faire ce qu’il faut ». Ce trait prédomine chez les personnes réservées, prudentes et analytiques.
  • Stabilité. Un profil tendant vers la coopération (et même l’obéissance). Car il se considère inférieur à son environnement mais accepte cette infériorité (il ne voit pas son environnement comme un antagoniste). Ce trait prédomine chez les personnes sereines, humbles et patientes.

État et utilisations actuelles du DISC

Comme Marston n’a jamais breveté (ni enregistré la marque) le modèle DISC -pas même lorsqu’il a inventé le premier polygrapheil existe actuellement plusieurs méthodologies et tests basés sur ce modèle, dont beaucoup sont de nature commerciale et appliqués à des domaines tels que les RH : connaître le profil comportemental d’un candidat à un poste particulier peut être fondamental pour les responsables de la sélection du personnel d’une entreprise.

modèle DISC et ressources humaines

Ils ont également été largement utilisés par les conseillers en milieu scolaire, dans le but de comprendre le processus d’apprentissage. Mais, grâce à l’application du modèle DISC, il est aussi possible d’approfondir la connaissance de nos propres comportements. Ce qui, entre autres, peut nous aider à adapter nos stratégies de communication à nos interlocuteurs.

*Récemment, le film « Le professeur Marston et Wonder Woman » est sorti sur les écrans et a abordé largement sa vie privée, ainsi que la relation entre le comic book et le modèle DISC.