Le leadership empathique

· 3 juin 2018

Actuellement, nous savons que le travail d’équipe, la collaboration et l’interdépendance sont extrêmement nécessaires. Il est donc important de pouvoir compter sur un bon leader. Un leader quelconque n’est pas acceptable. Les entreprises veulent que les postes avec le plus de responsabilités soient occupés par des personnes capables de mettre en pratique un certain type de leadership: le leadership empathique.

Mais en quoi le leadership empathique est-il différent des autres types de leadership ? Cette façon de diriger peut-elle se développer ou naît-on avec ? Nous allons répondre à ces questions.

Le leadership empathique : en quoi consiste-t-il ?

Le leadership est la capacité de gérer un groupe de personnes ou une organisation. Grâce à lui, on établit une vision claire des objectifs à remplir, on parvient à motiver les membres de l’équipe pour qu’ils veuillent travailler dans un but commun et on résout les conflits internes entre les différentes personnes du groupe.

groupe et leader

Malgré tout, même si tous les leaders ont ces caractéristiques en commun, il existe différents types de leadership. Certains impliquent d’agir en faisant passer le bénéfice personnel avant celui du groupe, d’utiliser des tactiques de manipulation ou d’être arrogant et narcissique.

Contrairement à cela, une personne qui pratique le leadership empathique sera capable de se mettre à la place des membres de son équipe. En plus de cela, elle essayera de comprendre les besoins du marché et de ses consommateurs. Elle apprendra donc à donner aux clients ce dont ils ont besoin.

Par ailleurs, un leader empathique pourra communiquer efficacement avec les personnes de l’équipe. Il pourra leur dire ce qu’elles doivent faire. De cette façon, il leur donnera envie de travailler en définissant des objectifs à atteindre. 

Comment développer le leadership empathique ?

Selon les recherches réalisées sur cette façon de diriger une équipe, une personne qui souhaite adopter un style de leadership empathique devra développer, principalement, cinq habiletés: l’empathie, l’enthousiasme, la chaleur humaine, la sérénité et la capacité à établir des limites. Étudions chacun de ces points.

1. L’empathie

Bien évidemment, une personne qui veut devenir un leader empathique doit être capable de se mettre à la place des autres. Mais l’empathie ne consiste pas simplement à comprendre ce que pense l’autre d’un point de vue rationnel. Quelqu’un qui veut développer ses capacités de leadership empathique devra comprendre comment une action affectera chacun des membres de son équipe.

Pour beaucoup de personnes, cette capacité à se mettre à la place de l’autre ne naîtra pas miraculeusement. Cependant, les dernières recherches montrent qu’il est parfaitement possible de développer l’empathie.

leader empathique

2. L’enthousiasme

Un bon leader empathique est capable de transmettre ses envies de créer et de produire au reste de l’équipe. Sa façon de diriger n’a rien à voir avec le fait d’obliger les personnes à remplir leurs tâches. Bien au contraire, il est capable de leur transmettre son enthousiasme et de les motiver à travailler.

Pour y parvenir, une personne qui possède des dons de leadership empathique est capable de mettre de l’énergie et de la passion dans ce qu’elle propose et réalise. Elle sert donc d’exemple à ses collègues.

3. La chaleur humaine

Etant donné qu’il est capable de se mettre à la place des autres, il peut aussi apporter des solutions en étant proche des gens et en étant sensible aux circonstances individuelles.

Cela ne veut pas dire que le leader va au travail pour se faire des amis. Il sait qu’une relation cordiale -c’est le minimum- favorise une bonne relation professionnelle. C’est donc très positif pour l’équipe. Au final, cette proximité lui donne aussi une place privilégiée. Il peut renforcer les attitudes individuelles qui l’intéressent le plus dans le groupe.

4. La sérénité

Le leader empathique doit être capable de garder son calme dans des situations compliquées ou stressantes. Pour bien diriger son équipe, il doit agir en exemple. Par conséquent, s’il laisse ses impulsions le contrôler, il perdra rapidement le respect de ses employés.

femme leader empathique

5. La capacité à établir des limites

La dernière habileté qu’une personne doit dominer est celle qui consiste à établir des limites personnelles et professionnelles. Même s’il est capable de comprendre les membres de son équipe, un bon leader empathique doit savoir s’imposer et maintenir une distance quand la situation l’impose.

Dans le cas contraire, il cessera d’être un bon leader et ne deviendra qu’un membre supplémentaire de l’équipe. C’est pour cette raison qu’une personne qui veut développer un leadership empathique devra aussi dominer des habiletés communicatives comme l’assertivité.