Le leader pervers : des traits qui l'identifient

Pour le leader pervers, le plus important est d'avoir le contrôle sur les autres, en particulier pour les toucher psychologiquement. Cela lui donne un sentiment de supériorité et satisfait son désir de manipuler et de nuire.

Dernière mise à jour : 23 avril, 2021

Le leader pervers est une figure qui a deux traits distinctifs. Il est influent et agit contre ce qui est sain pour ceux qui sont sous sa zone d’influence. Ce n’est pas nécessairement quelqu’un avec un comportement excentrique ou des traits particulièrement cruels. Cependant, il fait continuellement mal.

Le mot pervers n’est pas toujours compris. Sans entrer dans les profondeurs académiques, il fait référence à quelqu’un qui s’écarte d’un comportement que l’on peut qualifier de “normal”, dans un sens destructeur. Dans ce cas, c’est cette personne qui va à l’encontre de la construction de liens coopératifs et empathiques entre les personnes.

Le leader pervers a tendance à déployer des actions pour déconstruire le groupe et chacun des individus qui le composent. Il exerce un contrôle minutieux, plus dans le but de se vanter que d’obtenir de bons résultats. De même, il induit fréquemment des transgressions. Il présente d’autres caractéristiques que nous vous présentons ci-après.

“Un pervers intelligent corrompt tout.”

-Ovide-

Le leader pervers est persuasif

Le leader pervers fait preuve d’abondance et d’adhésion. L’abondance fait référence aux compétences, aux ressources, aux connaissances ou à tout autre aspect dans lequel il se distingue par rapport à la moyenne. C’est un facteur qui attire souvent les autres et renforce son autorité sur eux.

Ce facteur permet aussi l’adhésion. Cela signifie qu’il a une grande capacité à transmettre son enthousiasme ou sa passion pour quelque chose aux autres. C’est comme si ses émotions étaient contagieuses et ne laissaient personne indifférent. Il attire comme un aimant.

Il est thanatique

Quand on dit d’un chef qu’il est thanatique, cela veut dire qu’il a tendance à fixer des objectifs destructeurs, mais qu’il  rend agréables. L’exemple typique est le chef de gang qui mène des actions d’agression ou d’intimidation dans un groupe. Ce type de leader a la capacité de renforcer ou de découvrir les traits pervers chez les autres.

D’une manière ou d’une autre, nous pouvons tous nous comporter de manière répréhensible dans certaines circonstances. Il aime blesser ou détruire et incite les autres à la transgression.

Il est toxique

Ce trait est le plus visible chez ces dirigeants pervers qui détiennent une sorte de pouvoir formel. D’une manière ou d’une autre, ils établissent des logiques qui prédisposent les gens les uns contre les autres. Ils favorisent une concurrence malsaine et les conflits, généralement de manière subtile.

Pour ces leaders, il est dangereux pour les faibles de s’unir. Par conséquent, et individuellement, il cherche à détruire la confiance de chaque membre du groupe. Cela leur garantit un plus grand contrôle sur le groupe, tout en approfondissant l’effet de pouvoir qu’il exerce sur les autres.

Il est narcissique

La plupart de ces dirigeants sont très intelligents et rusés. Et généralement, ils sont aussi charismatiques et ne se soucient pas de l’opinion que les autres peuvent avoir à leur sujet. Cela leur donne une certaine aura de sécurité et de fermeté.

Leurs capacités, mais surtout leur caractère, les amènent à se sentir supérieurs. Leur “public” a tendance à renforcer cette idée. C’est pourquoi ils sont très narcissiques, ce qui équivaut à avoir de la difficulté à voir et à ressentir au-delà de leur ego. Ils peuvent également facilement s’effondrer face à une menace pesant sur leur pouvoir.

Le leader pervers est intelligent

Comme nous l’avons déjà noté, ces personnes ont tendance à avoir une intelligence remarquable. C’est avant tout une intelligence pratique qu’ils utilisent fréquemment et paradoxalement pour “comprendre” les autres. Ils captent mentalement le comportement des autres, sans y être sensibilisés. Leur objectif est de les manipuler.

L’intelligence de ces dirigeants se caractérise également par leur détachement de l’éthique. Ces types de personnes deviennent très rarement des criminels violents, mais les transgressions de la norme et de la loi sont très fréquentes. Ils nuisent et détruisent, mais surtout à cause de la satisfaction qu’ils éprouvent à minimiser les autres.

Il est sous-estimé

Le leader pervers est également souvent sous-estimé. Il ne se caractérise pas par des actions particulièrement visibles. Pour cette raison, il est rarement classé comme “méchant” par les autres. Tout au plus on dira de lui qu’il est gênant ou audacieux. En raison de cela, sa capacité à causer des dommages est sous-estimée.

Pour les leaders pervers, un crime mineur n’est pas un crime, mais presque un jeu ou un défi. Ils n’éprouvent donc pas de remords. Leur manière d’agir, pour eux, n’est pas négative ni répréhensible. Et si les conséquences sont mauvaises, elles ne le sont pas assez pour leur donner envie de changer.

S’ils sont à la tête d’un groupe de travail, ils auront recours à l’humiliation et à la honte, notamment contre ceux  qui critiquent leur position. Ils ne peuvent pas être classés comme dangereux, mais ils peuvent être classés comme nocifs.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
La promotion au sein des entreprises

Quelle est l'importance de la promotion au sein du travail ? Découvrons de quelle manière elle peut être donnée et quels sont ses atouts.



  • Pillajo García, O. A. (2018). “Relación de la estructura perversa y las instituciones.” Análisis de la perversión en la estructuración de los grupos sociales (Bachelor’s thesis, PUCE-Quito).