Le langage nous aide à faire bouger les choses

· 3 mars 2019
Dans la vie, le langage est un élément essentiel.

Le langage nous aide à faire bouger les choses parce qu’il a un pouvoir. Grâce à lui, nous ne faisons pas que décrire des réalités: nous les générons aussi. Car le mot n’est jamais neutre, il laisse une trace et nous invite à agir. Notre voix crée des liens ou établit des distances, fait comprendre des idées, nous réaffirme dans certaines positions et nous permet de souligner notre identité.

Ludwig Wittgenstein, célèbre philosophe, mathématicien et linguiste, disait que notre langage marquait les limites du monde. Cette expression, un peu inquiétante à première vue, renferme une évidence curieuse. Notre réalité est en effet reprise et décrite par les mots que nous utilisons au quotidien.

Par exemple, nous donnons le nom d’orphelins aux enfants qui ont perdu leurs parents. Les personnes qui ont perdu leur conjoint-e sont des veufs ou veuves. Cependant, dans une grande partie de nos langues, nous n’avons encore pas donné de nom à ces pères et mères qui perdent leur enfant ou souffrent de la perte d’un frère ou d’une sœur.

Il y a donc un vide dans notre réalité; certaines entités et souffrances invisibles n’ont pas de nom alors qu’elles se produisent chaque jour dans le monde. Nous ressentons aussi des émotions sans nom. Nous vivons des sensations, des inquiétudes et des plaisirs qui n’ont aucune entrée dans les dictionnaires.

Dans notre vie quotidienne et dans la nature, nous observons des détails que notre esprit ne peut exprimer à travers le langage. Or, ils sont quand même bien présents. C’est pour cela que nous nous demandons parfois si une autre personne a déjà pu ressentir cela, s’il est normal de ressentir cette souffrance qui n’est pas décrite dans les livres, qui n’a pas d’étiquette, de genre ou de temps verbal.

« Le révolutionnaire est celui qui peut se révolutionner lui-même. »

-Ludwig Wittgenstein-

langage

Le langage nous aide à faire bouger les choses: des règles que vous devez respecter

Le langage nous aide à faire bouger les choses. Cependant, pour que cela se produise, il faut suivre quelques étapes, quelques stratégies qui nous permettront de mettre en place des changements et des réalités plus intègres et heureuses. Nous savons déjà que les choses auxquelles nous ne donnons pas de nom ne semblent pas exister ou semblent reléguées dans cet espace d’incertitude où une personne finit par faire face à ses propres problèmes.

Les linguistes nous disent que le langage ne détermine pas la pensée. Comme nous l’avons déjà signalé, beaucoup de sensations et d’expériences n’ont pas encore été traduites par des mots. Cependant, nous savons que, d’un point de vue psychologique, le langage nous pousse à agir et nous aide à faire bouger les choses si nous mettons en place les règles suivantes.

Première règle : votre langage vous décrit, faites attention à votre façon de parler

Paul Anwandter, auteur de plusieurs livres de coaching et expert en programmation neurolinguistique, nous signale la chose suivante. Les êtres humains se façonnent eux-mêmes à travers le langage. Vous êtes ce que vous dites de vous-même, vous êtes ce que vous affirmez aller faire, vous êtes de la façon dont vous vous décrivez et communiquez avec les autres. Vous êtes aussi ce que vous choisissez de taire ou de révéler.

Par conséquent, nous avons ici une opportunité: celle de nous transformer à travers le langage. Pour cela, nous pouvons prêter attention aux dimensions suivantes.

  • Nous devons nous parler à nous-mêmes de façon positive et respectueuse. Des études comme celle menée à l’Université du Texas par la docteure Kristin Nef nous signalent que cette communication affectueuse avec nous-mêmes nous permet de prendre soin de notre identité et de notre estime de soi.
  • La communication avec les autres doit également être respectueuse. Ce que nous offrons aux autres a aussi un impact sur nous. Un mot de travers a un prix émotionnel pour les deux parties.
  • Par ailleurs, il est nécessaire d’être cohérents. Si nous voulons générer un changement dans notre être, nous devons faire en sorte que notre langage soit en syntonie avec cet objectif. Évitons les « je ne peux pas, ce n’est pas pour moi, je ne vais pas y arriver, les autres s’en sortiront mieux que moi, etc. ».

Seconde règle : le langage transforme et crée votre propre réalité

Le langage nous aide à faire bouger les choses parce qu’il a un pouvoir transformateur. Par ailleurs, il crée des possibilités, nous réaffirme dans notre position et nous motive à être persistants. Pour mieux comprendre cette idée, prenons quelques exemples:

  • Le langage est synonyme d’action parce qu’il détermine la pensée: demain, je réussirai cet examen, demain j’appellerai cette personne pour aller boire un verre avec elle, aujourd’hui je dirai à mon chef que je n’accepte plus son attitude odieuse… Ces phrases nous motivent souvent à atteindre ces objectifs.
  • Le langage crée des possibilités: si vous dites « non » à quelqu’un, vous fermez une porte dans votre vie. Pour vous, c’était nécessaire. Et si vous dites « oui » à un projet, vous créerez de nouveaux chemins.
le langage dans le couple

Troisième décret : confiance et action

Si nous voulons générer un changement, si nous voulons nous sentir mieux, résoudre un problème ou atteindre un objectif, nous avons besoin d’une boussole interne. Une boussole réglée vers ce Nord où se trouvent l’action et la confianceCar si nous ne nous engageons pas avec nous-mêmes en étant conséquents et persistants, rien ne changera.

Le langage nous aide à faire bouger les choses mais uniquement si nous faisons preuve de courage. Nous devons être disposés à réclamer ce que nous voulons, et sans la moindre crainte. Nous devons aussi bien faire comprendre ce que nous ne voulons pas et persévérer face aux difficultés en nous motivant nous-mêmes avec des mots positifs.

Pour conclure, n’hésitons jamais à donner un nom à ce que nous ressentons et voulons. Le langage est notre meilleur instrument pour l’action. Nous devons nous en servir pour créer de meilleures relations, résoudre des problèmes et être cohérents avec ce que nous pensons et faisons.