L'auto-privation volontaire ou l'art d'entraîner l'inconfort

Il peut sembler étrange de parler d'auto-privation volontaire dans un monde où la gratification immédiate a été imposée. A quoi bon se limiter ou se priver volontairement d'un plaisir ? Le but n'est-il pas d'éviter tout malaise au lieu de le chercher ?
L'auto-privation volontaire ou l'art d'entraîner l'inconfort

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 31 décembre, 2022

Il peut sembler étrange de parler d’auto-privation volontaire dans un monde où la gratification immédiate a été imposée. A quoi bon se limiter ou se priver volontairement d’un plaisir ? Le but n’est-il pas d’éviter tout malaise au lieu de le chercher ?

Les stoïciens pensent que cela a beaucoup de sens. Le stoïcisme est une doctrine philosophique qui promeut la tolérance et la maîtrise de soi comme moyens de parvenir à une vie agréable et équilibrée. L’auto-privation volontaire serait un moyen d’atteindre ces objectifs louables.

Les stoïciens pensent que l’une des clés du bonheur est la modération. Ils soutiennent également que cette prémisse conduit à la vertu et que, en même temps, la vertu rend la vie plus heureuse. On dit que l’excès est la source de la douleur. Ils soulignent que l’auto-privation volontaire nous aide à atteindre cette modération et cette vertu si nécessaires pour bien vivre. Parlons-en.

« Prévoyez quelques jours pendant lesquels vous vous contenterez du minimum et des plus simples subsistances, une seule assiette et des vêtements grossiers, en vous disant : Est-ce cela que je craignais tant ? ”.

-Sénèque-

homme pensant
Se priver de certains plaisirs incite à la maîtrise de soi.

privation volontaire de soi

L’auto-privation volontaire consiste à s’imposer un certain type de restriction. On pourrait dire, traverser une période difficile, des situations exigeantes ou des expériences difficiles, ceci étant une décision personnelle. C’est ce que font les gens qui, par exemple, participent à une émission de téléréalité dans laquelle leur accès à certains types de ressources est restreint.

Sans aller jusque-là, les anciens stoïciens, comme le célèbre philosophe Sénèque, recommandaient de réserver des moments pour affronter des expériences inconfortables, comme manger un plat désagréable, marcher pieds nus, dormir sur un lit dur ou porter des vêtements rustiques. Quel est le but de cela ?

Les stoïciens disent que c’est une manière de s’entraîner au petit art populaire de savoir éviter l’inconfort. Plusieurs fois, tout au long de la vie, nous devons traverser des situations difficiles. Mieux on tolère les manquements et les frustrations, mieux on est armé pour gérer ces situations en douceur et surtout sans trop souffrir.

Faire l’expérience de l’auto-privation volontaire

L’auto-privation volontaire nous permet non seulement de nous préparer à faire face à des situations exigeantes, mais nous aide également à identifier et valoriser les ressources dont nous disposons dans notre vie quotidienne. En ce sens, c’est une pratique qui nous rend plus réalistes, prudents et conservateurs.

Il existe deux façons de réaliser cette pratique. Le premier est de chercher à vivre des expériences inconfortables, délibérément. La seconde est de renoncer périodiquement à éprouver du plaisir. Dans aucun des cas, il ne faut accomplir des actions héroïques, mais plutôt des actes quotidiens simples.

Certaines expériences inconfortables recommandées sont les suivantes :

  • Ne pas se couvrir quand on a froid, pendant un laps de temps raisonnable.
  • Prendre les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur.
  • Se réveiller plus tôt que d’habitude, même si vous vous sentez un peu fatigué.
  • Manger ou boire quelque chose qui n’est pas très agréable, surtout s’il est nutritif.
  • Douche à l’eau froide, si les conditions personnelles le permettent.

Bien sûr, dans tous les cas, une pratique raisonnable doit être effectuée. Il ne s’agit en aucun cas de mettre en danger la santé ou le bien-être. Concernant les pratiques de privation de plaisirs, certaines des plus courantes seraient :

  • Éteindre son téléphone portable pendant toute une journée.
  • Sortir sans faire attention à son apparence personnelle.
  • Éviter le vin ou le café au dîner.
  • Ne pas fumer pas pendant quelques heures ou quelques jours.
  • S’abstenir d’aller à une activité triviale, mais attrayante.
Femme éteignant le mobile
L’auto-privation volontaire nous entraîne à tolérer la frustration.

Tolérance à la frustration

En fin de compte, l’auto-privation volontaire est un moyen d’entraîner la tolérance à la frustration. C’est la capacité à gérer adéquatement des situations difficiles ou très exigeantes, c’est-à-dire à ne pas se laisser emporter par le découragement, l’anxiété ou le manque de confiance. C’est une caractéristique étroitement associée à la résilience.

Nous avons tous besoin de développer une certaine marge de tolérance à la frustration, car tout au long de la vie nous allons nous retrouver avec des désirs que nous ne pouvons pas réaliser, avec des erreurs ou des limitations pour obtenir ce que nous proposons.

L’auto-privation volontaire est un moyen d’augmenter de plus en plus notre tolérance à la frustration. Bien que se soumettre à des carences ou à des inconforts soit désagréable, la vérité est qu’à long terme, cela aide à moins souffrir et à profiter davantage de ce que nous avons. Par conséquent, cela vaut la peine de faire cette pratique de manière modérée, comme le conseillent les stoïciens.



  • Carvajal-Camacho, G. Y., & Chadid-García, D. F. (2020). La filosofía como forma de vida en Pierre Hadot, prácticas estoicas para el cultivo de sí.
  • Corral-Verdugo, Víctor, Tapia-Fonllem, César, Ortiz-Valdez, Anais, & Fraijo-Sing, Blanca. (2013). Las virtudes de la humanidad, justicia y moderación y su relación con la conducta sustentable. Revista Latinoamericana de Psicología , 45 (3), 361-372. https://doi.org/10.14349/rlp.v45i3.1479
  • Hernández, I. (2004). Educar para la tolerancia: una labor en conjunto. Revista Mexicana de Ciencias Políticas y Sociales47(191), 161-174.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.