L’attitude positive

· 27 mars 2015

Les psychologues disent souvent que le bonheur dépend de soi. Mais cette affirmation est contestée, car il y a des gens qui pensent que certaines circonstances ne dépendent pas de nous-mêmes, et qu’elles peuvent de ce fait affecter notre humeur.

Certes, bon nombre d’événements extérieurs peuvent parfois mettre à mal notre moral, mais notre esprit traite toutes les choses qui nous arrivent, et le sens qu’on donne à ces choses ne dépend que de nous-mêmes.

C’est une grande chance que nous avons là !
Pour illustrer nos propos, voici un exemple d’une situation dans un magasin.

Une dame a trouvé une veste dans un des rayons du magasin, et il s’agissait du dernier modèle restant. Elle l’a montrée à son mari, fière d’avoir trouvé la veste marron clair qu’elle cherchait depuis si longtemps. Cette veste était faite d’un tissu de qualité, sa couleur allait avec tout, elle était à la taille de la dame, et son prix était décent.
La dame était très contente, et on pouvait lire le bonheur sur son visage. Elle manifestait sa joie à son mari, qui approuvait avec complicité.

Mais cette complicité et cette chance se sont dissipées en une seconde quand, au moment où la dame s’est décidée à l’acheter, elle a remarqué une petite tâche sur le revers de la veste. Elle s’est alors mise à répéter « Oh non, quel dommage ! J’ai vraiment pas de chance, c’est pas possible ! »

Elle a donc vite changé d’humeur, si bien qu’on aurait pu la croire bipolaire; elle est passée d’une attitude positive à un comportement tout à fait négatif, convaincue que la tache ne partirait jamais. Elle s’est alors ruée vers la caisse pour demander à la vendeuse s’il restait d’autres vestes de ce modèle dans le magasin. La vendeuse lui a répondu que c’était la seule qu’il restait, ce qui ne manqua pas de décevoir encore plus la dame.

– Vous en êtes sûre ? a-t-elle insisté.

– Oui madame, c’est la dernière.

– Mais elle est tâchée, et même si je l’achète et que je la lave, ça partira pas…

Bien que les pensées de la dame étaient négatives, la vendeuse a su trouver les mots justes en faisant preuve de positivisme et d’optimisme, et faisant ainsi basculer la situation.

– Mais madame, peut-être que cette tâche partira au lavage !

Une vague d’optimisme a inondé l’espace, et une mentalité consistant à penser que les choses peuvent bien se passer et qu’il faut garder espoir, a alors envahi la dame.

Dans la vie, il faut raisonner de cette façon, car notre capacité à gérer les situations de la vie quotidienne, dépend de la façon dont on aborde la vie ; et, heureusement, on a le pouvoir de choisir.

Souvenez-vous que vous avez le choix entre une attitude positive et une attitude négative.
En adoptant la première, vous aurez plus de facilités à mûrir, à trouver des solutions, à agir…tandis que la deuxième ne vous permettra pas d’avancer, et vous mènera à vous lamenter sur le moindre petit détail qui ira de travers.