L’amour d’un couple ne sauve personne

· 9 mai 2019
Penser que l'amour de couple est la réponse à notre propre malaise, c'est tomber dans un grand malentendu. Celui qui pense qu'en tombant amoureux, il résoudra ses déficiences émotionnelles, n'empruntera probablement que le chemin de la déception.

Sigmund Freud disait que l’amour d’un couple n’est pas une rencontre, mais des retrouvailles. Alors, qui rencontrons-nous à nouveau ? La réponse est simple : tous les amours qui précèdent cette nouvelle union. Qu’il s’agisse de l’affection de la mère, du père, de toutes les figures aimées dans l’enfance, de tous les couples précédents… En résumé, avec toute cette constellation affective dont nous faisons partie.

L’être humain porte en lui l’idée que l’amour d’un couple est une sorte de panacée, la réponse définitive à sa solitude et la garantie de plénitude et de bonheur. Le père de la psychanalyse disait aussi que lorsque nous sommes réunis avec un grand amour, c’est exactement le contraire qui se produit. Au lieu de nous sentir enfin complets, nous nous sentons plus incomplets que jamais. Soudain, il nous est révélé que nous avons profondément besoin de l’affection de l’autre.

« Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons. »

-Sigmund Freud-

amour d'un couple

Nul ne peut nier que, parfois, l’amour d’un couple devient un événement pour la personne qui le vit. Il n’entraîne pas nécessairement un changement radical dans la vie, mais certainement un changement de perception. Soudain, le monde semble plus doué de sens et évoque, pour un temps, ce que Freud appelait « la pulsion de mort », ce désir secret de rester immobile et de ne rien savoir pour toujours.

C’est précisément ce qui rend l’amour des couples si trompeur. Il vous donne la sensation de plénitude, mais il vous fait aussi vous sentir plus dans le besoin que jamais. Il vous élève au sommet du bonheur, mais il génère aussi, invariablement, des raisons de souffrir. C’est une expérience intéressante et merveilleuse qui, cependant, ne donne pas une réponse définitive à notre vide, nos carences et notre manque de sens.

L’illusion d’être sauvé

La vie se déroule au milieu de nombreux paradoxes. Quand il s’agit de l’amour d’un couple, il y a une dualité déconcertante. Lorsque quelqu’un a besoin de beaucoup d’amour, il n’arrive pas à le construire, ni à le fortifier, ni à le faire germer. Son propre manque l’amène à générer une série de distorsions dans sa perception, et dans ses actions, qui empêchent la graine d’affection de grandir en santé.

Une personne avec beaucoup de problèmes, de grandes lacunes et de confusions a besoin d’aide. A l’intérieur, elle ne trouve ni la tranquillité ni les réponses dont elle a besoin pour surmonter son inconfort et sa souffrance émotionnelle. Par conséquent, l’amour d’un partenaire crée l’illusion d’être cette aide tant recherchée. Cependant, tôt ou tard, il s’avère que ce n’est pas suffisant pour cela.

Beaucoup de déceptions amoureuses ont à voir avec cela. Avoir cru que ce grand amour avait le pouvoir de sauver d’une situation où règne un malaise diffus. Et puis, réaliser qu’il n’en est rien. Ou rendre la relation non viable, à cause du même malaise. Le même cycle peut être répété un nombre infini de fois parce que c’est précisément ce que fait une personne névrosée : répéter indéfiniment les expériences dont elle veut se débarrasser.

amour d'un couple

L’amour d’un couple et sa vraie dimension

Ceux qui manquent ou ont besoin d’amour ne se comportent pas toujours comme des personnes qui recherchent de l’affection. Cette privation donne aussi lieu à des façons d’être cyniques ou agressives. Il y a alors ceux qui utilisent le sexe pour dissimuler leur malaise, ceux qui s’immergent dans le travail d’une manière addictive, ou ceux qui deviennent des esclaves aveugles d’un succès égoïste et sans importance.

Si une personne n’a pas d’amour dans sa vie, elle tombe malade dans une certaine mesure. Nous avons tous besoin de liens affectifs importants pour surmonter notre narcissisme et notre « pulsion de mort ». Cependant, alors que pour certains l’amour d’un couple reste la terre promise qu’ils veulent atteindre, pour d’autres il devient le pays du jamais plus. L’endroit où ils ne veulent pas être, même s’ils doivent payer le prix fort.

Dans les deux cas, il y a une idéalisation de l’amour de couple. Il ne donne pas autant et n’enlève pas autant. C’est une expérience de vie de plus, pas l’expérience fondamentale. D’autre part, il y a d’autres liens qui peuvent nous sauver, nous sauver de nous-mêmes et des fantômes qui nous persécutent. Par exemple, le lien que nous pouvons établir avec un psychologue, c’est-à-dire le lien thérapeutique. Freud disait que toute demande d’analyse était une demande d’amour. Et le professionnel de la psychologie est capable d’y répondre, à travers un processus de guérison.

 

  • Sanpedro, P. (2005). El mito del amor y sus consecuencias en los vínculos de pareja. Disenso, 45.