La solitude qui nous pousse à collectionner des objets

Si vous avez tendance à trop magasiner et à trouver des articles réconfortants, cela peut être un signe que vous vous sentez seul. Nous vous expliquons quelle relation existe entre les deux réalités.
La solitude qui nous pousse à collectionner des objets
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Il semble qu’à l’époque moderne nous souffrons d’une épidémie de solitude. Dans un monde de plus en plus individualiste et compétitif, les relations humaines brillent par leur absence et nous sommes confrontés à des données telles que celles qui indiquent qu’en Espagne, plus de 26 % des ménages sont unipersonnels.

Bien qu’être seul ne soit pas synonyme de solitude émotionnelle, la vérité est que nous sommes des êtres sociaux. Et, semble-t-il, cette absence de liens significatifs peut amener certaines personnes à collectionner des objets pour combler ce vide.

C’est une tendance dans laquelle la plupart d’entre nous sont plongés. La réalité est que nous sommes de plus en plus consuméristes et qu’Internet et les nouvelles technologies facilitent l’accès à l’acquisition de biens dans le confort de notre foyer. Ainsi, au lieu de passer du temps de qualité avec d’autres personnes et de nouer et d’entretenir des relations solides et significatives, nous passons de plus en plus de temps à faire des achats en ligne.

A tel point qu’on estime que près de 5 % de la population présente déjà des comportements d’achat compulsifs. Cependant, nous ne sommes pas tous touchés de la même manière par cette tendance. Alors, qu’est-ce qui nous rend plus susceptibles de remplacer l’affection et la compagnie par des biens matériels ? Nous explorons la réponse ci-dessous.

Homme collectionnant des voitures

La tendance à accumuler et collectionner des objets

La prédisposition à thésauriser et à accumuler est assez courante dans le règne animal. Et le cerveau humain est programmé pour le faire aussi, surtout lorsque nous ne pouvons pas compter sur une disponibilité sûre et régulière des approvisionnements. Dans une certaine mesure, nous apprécions tous d’avoir un garde-manger rempli, avec plusieurs vêtements ou objets de décoration. Cependant, il y a ceux qui poussent cela à l’extrême.

Les personnes atteintes de trouble de la thésaurisation ont tendance à accumuler des objets dont elles ne peuvent pas se séparer, car la simple idée de le faire leur cause une énorme anxiété. Soit parce qu’ils sentent qu’ils en auront besoin dans le futur, soit parce qu’ils leur attribuent une signification émotionnelle, les objets finissent par remplir tout l’espace de leur maison, finissant par devenir une source importante d’inconfort.

On a vu que ces personnes ont généralement des relations sociales moins nombreuses et de moins bonne qualité. Ils ont souvent des difficultés à établir des relations avec les autres et utilisent leurs possessions et leurs collections comme un moyen de créer des liens avec un passé heureux ou de faire face à la solitude.

Pourquoi la solitude nous amène à collectionner des objets ?

Il vaut donc la peine de se demander pourquoi les gens choisissent parfois de combler ce vide social et émotionnel grâce à des biens matériels. Eh bien, une étude réalisée en 2018 peut nous fournir des informations intéressantes à cet égard :

Anthropomorphisme

Une première réponse se trouve dans l’anthropomorphisme ; c’est-à-dire la tendance à attribuer des caractéristiques et des qualités humaines à des entités non humaines. Tout comme le garçon qui affirme que sa poupée a des sentiments, ou comme le protagoniste du film Castaway s’attache à cette balle qu’il appelle Wilson.

Les personnes qui vivent dans la solitude et qui ont un plus grand besoin d’affection et de compagnie peuvent anthropomorphiser les animaux et les objets, et compenser ainsi le manque de chaleur qui émane du contact social. Qu’il s’agisse de se tourner vers un animal en peluche pour se réconforter ou de nommer des gadgets technologiques, il existe de nombreuses façons d’attribuer par inadvertance une volonté, des opinions ou des émotions à des objets. Et, comme on l’a vu, les personnes les plus seules le font plus fréquemment.

Intolérance à l’anxiété

En revanche, il semble que ceux qui ont plus de difficultés à tolérer l’anxiété sont plus susceptibles d’acquérir et de collectionner des objets. Cette intolérance à la détresse est due au manque de mécanismes d’adaptation adaptatifs.

Face à l’adversité, la personne recourt à la culpabilité ou à la rumination et se sent dépassée et émotionnellement très affectée. Ainsi, les objets (et leur acquisition) sont réconfortants face à des émotions négatives insupportables et incontrôlables.

Attachement anxieux

Apparemment, le fondement des deux situations précédentes, ainsi que la tendance à acquérir et collectionner des objets de manière excessive, se trouve dans un style d’attachement anxieux. Les personnes ayant ce style d’attachement éprouvent des émotions négatives plus fréquemment et plus intensément et se sentent moins capables de faire face.

De plus, ils ont tendance à avoir des déficiences émotionnelles et un besoin de connexion et de sécurité affective, c’est pourquoi ils attribuent des qualités humaines aux objets pour couvrir ces besoins sociaux non satisfaits. Ils trouvent même dans l’achat excessif et la thésaurisation une sorte de sentiment d’appartenance dont ils ont vraiment envie.

Collectionnez des objets pour combattre la solitude

Les résultats sur cette question suggèrent que collectionner, acquérir ou s’attacher à des objets aide certaines personnes à compenser leur manque de liens sociaux. Par conséquent, cela peut être une aide à tout moment. Cependant, cela ne peut pas être la tendance générale et il est nécessaire que la personne soit accompagnée pour apprendre à construire et à entretenir des liens humains significatifs.

En revanche, les résultats suggèrent que, si l’on veut lutter contre une tendance à l’accumulation excessive, travailler sur l’anthropomorphisme et l’intolérance à l’anxiété peut être un bon point de départ.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment repérer la tromperie des consommateurs ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment repérer la tromperie des consommateurs ?

La publicité et le commerce sont des domaines dans lesquels des mécanismes de tromperie des consommateurs sont fréquemment mis en place .



  • Epley, N., Waytz, A., & Cacioppo, J. T. (2007). On seeing human: A three-factor theory of anthropomorphism. Psychological Review, 114(4), 864–886. https://doi.org/10.1037/0033-295X.114.4.864
  • Granero, R., Fernández-Aranda, F., Mestre-Bach, G., Steward, T., Baño, M., del Pino-Gutiérrez, A., … & Jiménez-Murcia, S. (2016). Compulsive buying behavior: Clinical comparison with other behavioral addictions. Frontiers in Psychology7, 914.
  • Instituto Nacional de Estadística. (2020). Encuesta continua de hogareshttps://www.ine.es/prensa/ech_2020.pdf
  • Norberg, M. M., Crone, C., Kwok, C., & Grisham, J. R. (2018). Anxious attachment and excessive acquisition: The mediating roles of anthropomorphism and distress intolerance. Journal of Behavioral Addictions7(1), 171-180.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.