Savez-vous ce qu'est l'attachement évitant ?

L'attachement évitant est celui développé par les personnes qui ont dû réprimer leur émotivité pour être prises en charge par leurs soignants. Vous pourrez ici en apprendre davantage sur ses implications.
Savez-vous ce qu'est l'attachement évitant ?

Dernière mise à jour : 30 avril, 2022

L’attachement est un lien affectif étroit qui se forge avec les personnes qui s’occupent de nous et nous donnent la sécurité. Ceci, bien sûr, est très intense au début de notre vie. Dans ces premiers stades, nous dépendons entièrement de la protection des personnes qui nous entourent pour survivre. En ce sens, l’attachement se constitue naturellement comme une garantie ou une assurance de survie. Mais il marque en même temps beaucoup le caractère des premières relations.

Lorsque les adultes qui s’occupent de nous jouent bien leur rôle, nous sommes plus susceptibles de développer un type d’attachement sécurisant, quel que soit notre tempérament. Nous dépendons les uns des autres, mais cela n’engendre aucun sentiment d’anxiété ou de frustration. Au contraire, lorsque nous sommes négligés ou rejetés, nous sommes plus susceptibles de développer des liens d’ attachement précaires. C’est une forme de dépendance chargée d’angoisse et d’ambivalence.

« Des ennemis comme la haine et l’attachement manquent de jambes, de bras et d’autres membres, et n’ont ni courage ni compétence, alors comment ont-ils réussi à faire de moi leur esclave ? ”.

-Shantideva-

La façon dont ces liens se tissent dans nos premières années de vie influencera grandement notre façon d’entrer émotionnellement en relation avec les autres, à moins que nous n’intervenions consciemment à cet égard. Ainsi, on peut dire que de tels liens laissent une marque très profonde, presque indélébile. Ainsi, ce que l’on peut observer à l’âge adulte, c’est une tendance à reproduire le style d’attachement que chacun a établi dans son enfance. D’une certaine manière, les premières relations d’attachement nous disaient déjà ce que l’on peut ou ne peut pas attendre des autres, que ce soit ou non. vrai.

Théorie de l’attachement

John Bowlby, un psychanalyste anglais, s’intéressa au sujet de l’attachement et développa une théorie à ce sujet. De ses observations il put établir que nous avons une prédisposition phylogénétique à développer des liens. Ceux-ci s’adressent notamment à toutes les personnes qui nous assurent protection et sécurité ou, à défaut, qui doivent nous en assurer.

attachement

Plus tard, la psychologue Mary Dinsmore Ainsworth identifia trois types d’attachement. Ce sont : l’attachement sécure, l’attachement ambivalent ou résistant et l’attachement évitant ou rejetant. Selon ses recherches, la plupart des gens développent le premier type. Mais un bon nombre d’individus relèvent toutefois des deux autres.

Le soignant est la base qui couvre les besoins émotionnels de base du bébé, afin qu’il puisse explorer le monde et apprendre à réguler ses émotions.

L’attachement sécurise permet de construire des liens affectifs étroits et spontanés. L’insécure (l’ambivalent et l’évitant) donne lieu à de fortes répressions et à des difficultés à nouer des liens intimes avec les autres.

L’origine des types d’attachement

Dans l’attachement sécure, lorsque les parents ont une bonne attitude et une disponibilité adéquate envers leur enfant, des liens de sécurité étroits se forment. Dans ce cas, les enfants agissent de manière prévisible. Si leur mère s’éloigne, ils pleurent et se sentent mal à l’aise pendant quelques secondes, puis se concentrent sur l’environnement. Quand elle revient, ils sont heureux et lui expriment affection et joie.

attachement

Si les parents sont distants voire manifestent des signes de rejet envers leur enfant ou au contraire trop attentifs, le bébé/enfant est le plus susceptible de développer un attachement de type insécure ou ambivalent. Lorsque cela se produit, les enfants perçoivent que leurs besoins ne seront pas satisfaits ou craignent qu’ils restent à satisfaire à l’avenir. D’où leur anxiété ou leur évitement pour se protéger d’un abandon ou d’une indifférence anticipée.

Ils peuvent même apprendre que les démonstrations d’affection dérangent ceux qu’ils aiment le plus, leurs parents. Les petits commencent alors à garder leurs émotions pour eux. Dans ces cas, lorsque la mère s’éloigne, l’enfant réagit à peine. Et quand elle revient, il reste aussi distant et absorbé par lui-même. Ils développent ainsi une fausse indépendance et un style d’attachement évitant, qui nous intéresse ici.

Effets de l’attachement évitant et moyens de le surmonter

Les effets de l’attachement évitant se prolongent dans la vie adulte. Les enfants qui grandirent selon ces schémas deviennent des adultes pratiquement incapables d’exprimer leurs émotions. Mais pas seulement pour les exprimer, mais aussi pour les ressentir et les identifier. Ils essaient de se distancer émotionnellement de tout et de tout le monde. Ils peuvent être indolents envers les autres et très indifférents à leurs propres sentiments.

Ce sont des gens qui essaieront de trouver une solution aux problèmes du monde extérieur, car la partie intérieure n’a consciemment pas d’importance pour eux.

attachement

Cette situation se reflète surtout au sein du couple. Ils ressentent l’angoisse de perdre l’être cher. Ils croient que ne pas montrer leurs émotions ou les minimiser les protège contre d’éventuelles souffrances. De sorte qu’ils fuient les vrais dialogues et vivent mal ceux qu’ils anticipent. Au lieu d’exprimer leurs désaccords avec des mots, ils le font avec des crises de colère et de faux conflits. Ils souffrent beaucoup parce qu’ils ne peuvent pas aimer sereinement, mais le font comme si une grave menace pesait sur eux. Une menace qu’ils ne sont souvent pas en mesure d’identifier.

Une personne avec un attachement évitant sera confrontée à des problèmes de pragmatisme, mais en réalité, elle réprime des émotions qui l’affecteront plus tard à un niveau personnel et même psychosomatique.

Bien que les schémas d’attachement tendent à se maintenir, ils peuvent toujours se modifier et polir. Parfois, l’expérience de la perte d’une de ces figures aimées conduit à des réflexions et à des changements à cet égard. Parfois, cela passe par la psychothérapie. Il est également possible d’en prendre conscience et de travailler individuellement pour apprendre à se rapporter au monde de manière plus constructive.

Regarder à l’intérieur

Surmonter l’attachement évitant passe par la restauration de la relation qui existe entre la personne et son intérieur. Dans de nombreux cas en récupérant une estime de soi très endommagée qui provoque une douleur émotionnelle sourde et non identifiée. Ce n’est que lorsque cette relation guérit qu’il est possible pour la personne de considérer l’intérieur des personnes qui l’entourent. Ainsi, ce n’est que lorsque ses propres émotions sont prises en compte que naît la possibilité d’empathie pour considérer celles des autres.

Donc, dans ce sens, il est très important de changer les modes de communication. Les ouvrir afin qu’il puisse y avoir une expression contrôlée des émotions afin que d’autres aient la possibilité de les accepter, de les valider et, dans certains cas, de les accompagner.

Dit comme ça, ça paraît très facile, mais si apprendre est difficile, désapprendre ce qui a été appris l’est encore plus. Pensez que ce que nous avons appris dans l’enfance, ou une grande partie de ce que nous avons appris, est la base sur laquelle nous avons construit le reste des connaissances et des habitudes qui nous caractérisent aujourd’hui. Par conséquent, dans de nombreux cas, l’aide d’un professionnel est fortement recommandée, sinon le tremblement de terre que nous pouvons provoquer en déplaçant une pièce aussi importante que le type d’attachement peut nous détruire.

Que disent les dernières études scientifiques ?

Une étude menée par Camps-Pons, Castillo-Garayoa et Cifre en 2014, évalua le style d’attachement et la symptomatologie psychopathologique chez un échantillon d’adolescents ayant subi des violences familiales. Ils constatèrent que deux sur trois avaient un attachement insécure (67,5 %) et parmi ceux-ci, 37,5 étaient des attachements évitants insécures. Cependant, dans la population sans violence domestique, deux sur trois avaient un attachement sécure.

Les résultats montrèrent que la violence au sein de la famille est liée au développement d’un attachement évitant insécure. Comme le soulignent les auteurs : « la maltraitance intrafamiliale impliquerait un risque accru de difficultés à établir un concept de soi et une vision des autres qui permettent de réguler adéquatement les émotions et d’établir des relations de confiance, minimisant ainsi la vulnérabilité à la souffrance de difficultés psychopathologiques ».

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
L’influence du style d’attachement pendant l’enfance
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’influence du style d’attachement pendant l’enfance

Le style d'attachement dans l'enfance est une variable qui joue un rôle crucial dans l'établissement de relations affectives à l'âge adulte.