La science des relations : comment nous aide-t-elle à comprendre nos relations ?

Parfois, nous avons tendance à voir les relations humaines comme quelque chose d'éthéré et de spirituel. Des aspects tels que l'affinité, l'affection, la loyauté ou la romance semblent trop abstraits pour être mesurés et expliqués logiquement et scientifiquement.
La science des relations : comment nous aide-t-elle à comprendre nos relations ?
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 02 janvier, 2023

Cependant, la vérité est que nos relations sont médiatisées par des réactions biologiques et des schémas cognitifs, et c’est précisément ce que la science des relations est chargée d’étudier.

La majorité et les auteurs et les études les plus pertinents se concentrent sur les relations intimes (en particulier les relations familiales et partenaires). Cependant, cette discipline, qui est nourrie par des psychologues, des sociologues, des biologistes et d’autres professionnels, englobe également une autre classe de relations moins étroites, comme celles entre collègues professionnels ou connaissances.

La science des relations (en tant qu’étude empirique des relations humaines) a commencé au début du XXe siècle et a généré de précieuses contributions à la compréhension de la façon dont nous interagissons avec les autres. Vous souhaitez les rencontrer ?

Couple se regardant
Les relations intimes sont façonnées par la passion sexuelle et une interdépendance fréquente, forte et diversifiée.

La science des relations et ses principaux apports

Ce domaine d’étude a de multiples ramifications, donnant lieu à des théories très solides aux applications importantes. Un premier point qui nous éclaire sur la définition des relations. Que sont-elles ? Quels sont leurs principaux ingrédients ? En quoi sont-elles différentes les unes des autres ? Cette approche distingue différents degrés de connexion qui peuvent être établis :

  • Pour que nous puissions dire qu’il existe une relation entre deux personnes à son niveau le plus élémentaire, il faut que les deux soient interdépendants. Autrement dit, ils sont interconnectés et s’influencent mutuellement d’une manière ou d’une autre.
  • Quand, en plus de cela, les deux personnes se considèrent comme uniques et irremplaçables, on peut parler de relations personnelles. Il peut s’agir de connaissances, de collègues ou de parents.
  • Des relations étroites se nouent lorsque l’interdépendance est forte, fréquente et diversifiée, et perdure également dans le temps. Dans cette catégorie, nous pourrions inclure des liens plus significatifs tels que des amitiés ou certaines relations familiales.
  • Enfin, quand en plus de ce qui précède il y a la passion sexuelle, on parle de relations intimes. Il s’agit notamment des mariages, des fréquentations et d’autres liens affectifs sexuels.

Or, au-delà de ces distinctions (qui, bien qu’elles semblent évidentes, sont essentielles pour comprendre dans quel type de connexion nous nous trouvons), la science des relations nous fournit une autre série de données intéressantes. Nous en parlons ci-dessous.

Les liens se répètent

L’un des premiers domaines étudiés par la science des relations était les liens familiaux et les expériences parent-enfant. Des contributions telles que celles générées par John Bowlby et Mary Ainsworth sur la théorie de l’attachement ont été cruciales pour comprendre les relations humaines.

Grâce à ces travaux et aux recherches ultérieures, nous savons maintenant que ces liens primaires façonnent la personnalité, l’estime de soi et la confiance envers les autres. Et, ce qui est plus important, que ces tendances acquises dans l’enfance ont tendance à rester stables et à influencer les relations adultes de la personne. En d’autres termes : nous construisons nos liens sur la base de cette première relation que nous vivons avec les parents.

Les relations sont transactionnelles

Une autre découverte intéressante de cette discipline est celle qui nous renseigne sur la nature transactionnelle des relations. C’est-à-dire que ceux-ci constituent un échange social et que les gens évaluent continuellement le gain ou la perte qu’ils représentent pour nous. Nous analysons ce que chaque relation nous apporte de positif et de négatif, nous la comparons avec notre idéal et avec des options alternatives.

Ainsi, par exemple, la satisfaction dans un couple peut dépendre de la réactivité d’une personne aux émotions et aux besoins de l’autre, ou de sa capacité à communiquer et à résoudre les conflits. Ainsi, si l’évaluation globale donne des résultats négatifs, l’abandon du lien est très probable.

Nous sommes des êtres biologiques

Au sein de la science des relations, il existe une branche qui cherche à comprendre comment notre comportement est lié à notre passé, ce qui a été positif pour notre évolution et notre survie. Ainsi, entre autres aspects, les théories évolutionnistes expliquent les processus de sélection sexuelle et de formation des couples.

De cette approche, en quelque sorte, on nous rappelle que nous sommes conditionnés par notre biologie. Par exemple, il a été constaté que, dans de nombreuses cultures différentes, les hommes préfèrent des partenaires féminines plus jeunes et plus attrayantes (symboles de fertilité) et les femmes recherchent des partenaires masculins plus âgés avec une stabilité financière (ce qui contribuerait à assurer la sécurité de leur progéniture)..

Le contexte nous influence

Un dernier apport pertinent de cette discipline est l’étude de la manière dont le contexte influence et affecte les liens. Et c’est que tout n’est pas entre nos mains : des situations stressantes en dehors de la relation peuvent rendre difficile ou empêcher le maintien d’un lien de qualité.

Le stress financier ou professionnel, la maladie et d’autres situations défavorables prédisent largement l’insatisfaction dans le couple et les ruptures. Surtout si les exigences de l’environnement dépassent les ressources et les capacités des membres du couple.

De plus, le contexte culturel dans lequel le couple est plongé (avec ses normes, coutumes et traditions), ainsi que la famille et l’environnement immédiat, exercent également une influence indéniable sur la trajectoire de la relation. Et c’est qu’il peut contribuer à la fois à l’échec et à l’épanouissement de ce lien.

Belle-mère et belle-fille se disputent
Des situations stressantes et compliquées en dehors de la relation peuvent l’influencer négativement.

Applications pratiques de la science des relations

Ce qui précède ne sont que quelques-unes des idées concernant les relations humaines qui sont dérivées de la science des relations. Et c’est que, finalement, cette approche explore à partir de la construction, du maintien et de la dissolution des liens, et les raisons biologiques, psychologiques et culturelles qui sous-tendent ces processus.

Mais, en plus de nous permettre de mieux comprendre pourquoi nous nous connectons et comment fonctionnent nos relations, cette discipline a également des applications pratiques. Plus important encore, leurs découvertes peuvent aider les gens à savoir dans quelles attitudes et comportements ils doivent changer et investir s’ils veulent profiter de relations humaines de qualité.

Puisque nos relations ont une profonde influence sur notre santé, notre bien-être psychologique et notre qualité de vie, en prendre soin est une priorité. Et, à cet égard, la science des relations peut avoir bon nombre des réponses et des lignes directrices que nous recherchons.

Cela pourrait vous intéresser ...
Aspects non-négociables dans un couple : quelle est leur importance et comment identifier le vôtre ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Aspects non-négociables dans un couple : quelle est leur importance et comment identifier le vôtre ?

Les non-négociables dans un couple préservent notre intégrité et nous rapprochent d'une union satisfaisante. Découvrez ce qu'ils sont.



  • Buss, D. M. (1989). Sex differences in human mate preferences: Evolutionary hypotheses tested in 37 cultures. Behavioral and brain sciences12(1), 1-14.
  • Finkel, E. J., Simpson, J. A., & Eastwick, P. W. (2017). The psychology of close relationships: Fourteen core principles. Annual Review of Psychology68, 383-411.
  • Karney, B. R., & Neff, L. A. (2013). Couples and stress: How demands outside a relationship affect intimacy within the relationship. In J. A. Simpson & L. Campbell (Eds.), The Oxford handbook of close relationships (pp. 664–684). Oxford University Press.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.