La relation entre la faible estime de soi et l'auto-sabotage

04 juillet, 2020
La relation entre la faible estime de soi et l'auto-sabotage crée une alliance létale. Des pensées obsessionnelles et persistantes viennent s'ajouter à notre insécurité et osent nous retirer nos valeurs, nos opportunités et notre potentiel. C'est comme vivre sous le joug perpétuel de la peur.
 

La faible estime de soi et l’auto-sabotage constituent une créature à deux têtes capable de dévorer tout potentiel humain, toute valeur et intégrité personnelle. Le manque de confiance en soi et l’insécurité s’accompagnent souvent d’une voix off. Celle-ci nous dit, d’un ton malveillant, et presque à chaque instant, que nous sommes faillibles, que nous n’arriverons à rien, qu’il est inutile d’avoir de l’espoir ou des rêves.

Si nous pouvions mettre sur haut-parleur les pensées d’au moins 50 % des personnes que nous croisons tous les jours, nous découvririons quelque chose à la fois révélateur et terrifiant. En effet, dans leurs esprits, nous retrouverions en grandes quantités des pensées limitantes, des auto-évaluations négatives et une grande auto-critique. Car nous agissons tous, d’une certaine façon, à un moment ou un autre de la journée, comme nos propres ennemis.

L’auto-sabotage est une chose commune. En tant que telle, nous pouvons donc ouvrir la porte à cet hôte désagréable à un instant ponctuel. Le problème surgit quand nous lui accordons trop de pouvoir et quand nous donnons une place fixe dans nos vies à cette voix handicapante. Personne ne mérite une existence où l’on est notre pire ennemi ; ceci est malheureusement dû à une faible estime de soi négligée et très largement oubliée.

 

« Un homme ne peut pas être à l’aise sans son approbation. »

– Mark Twain –

Un arbre à deux visages

La faible estime de soi et l’auto-sabotage, quand nous passons des années à nous sous-estimer

Nous savons que l’estime de soi et l’auto-sabotage sont liés. Mais qui, parmi les deux, passe avant l’autre ? La faible estime que nous nous portons ou ce dialogue interne négatif qui affaiblit chaque jour un peu plus l’estime de soi ? En réalité, nous ne pouvons séparer une chose de l’autre : tout répond à un point de vue mental centré sur l’échec, l’insécurité et le manque de confiance en soi.

Ainsi, on peut dire avec les meilleures intentions du monde à cette amie, à ce collègue de travail : « tu dois t’aimer davantage, tu dois prendre soin de ton estime de soi ». Or, il est fort possible qu’ils ne sachent pas se percevoir d’une autre façon. Il se peut que cette faible estime de soi soit présente quasiment depuis leur enfance, menant ainsi à un type de point de vue et de schéma mental très difficile à briser. Un schéma à travers lequel l’attribution négative et l’auto-sabotage sont presque chroniques.

 

Ainsi, on nous signale quelque chose d’intéressant dans une étude menée par Jennifer Campbell, de l’Université de Vancouver, au Canada. L’estime de soi clarifie le concept de soi. Par conséquent, développer de façon précoce une estime de soi saine nous aidera à mettre en place une personnalité résistante et bénéficiant de meilleures ressources.

Et, au contraire, si, dès nos premières années de vie, nous voyons que les peurs, l’insécurité ou la crainte de ne pas être à la hauteur des attentes des autres prennent trop d’importance, nous aurons beaucoup de mal à changer notre point de vue du jour au lendemain. Ceci demande, sans aucun doute, un travail plus profond.

La faible estime de soi chez une fillette

Il y a un « cheval de Troie » dans vos pensées, libérez-vous en

 

Quand la faible estime de soi et l’auto-sabotage deviennent des constantes éternelles dans nos vies, nous devons prendre conscience de quelque chose. Il y a, pour le dire de cette façon, un « cheval de Troie » ou un virus dans notre point de vue mental. Il s’agit de codes de pensée déterminés qui s’installent dans notre esprit dans un but très clair : interférer dans nos projets, détruire nos rêves, nous transformer en personnes que nous n’aimons pas.

  • Ne rejetez pas la faute sur votre éducation ou sur ce que d’autres personnes vous ont dit ou vous ont fait penser à propos de vous-même. Vous seul-e bâtissez votre estime de soi, en fonction de la manière dont vous vous parlez et dont vous interprétez chaque expérience, chaque fait qui vous entoure.
  • Éliminez ce cheval de Troie en mettant en place un dialogue interne plus sain. Supprimez les « je ne peux pas », « ça va mal se passer », « je ne suis pas fait-e pour ça », « ils vont penser cela de moi », « je ne vais pas y arriver ». Ne vous invalidez pas en tant qu’être humain ; si vous êtes ici, c’est pour une raison. Clarifiez vos objectifs, vos buts, vos raisons d’être.
 

Ne rien faire est aussi de l’auto-sabotage : agissez

Lorsque nous parlons d’auto-sabotage, nous visualisons sur-le-champ quelqu’un qui a des pensées négatives à propos de sa propre personne. Nous devons cependant bien garder à l’esprit que l’auto-sabotage est un prisme à plusieurs faces. L’une d’elles, peut-être l’une des plus importantes, est la procrastination, le fait de ne pas réagir face à ce qui fait mal, ce qui inquiète, ce qui fait peur. Abandonner des projets, laisser tomber quelque chose par peur d’échouer, ne pas oser, etc., tout cela finit également par miner notre estime de soi.

Si nous voulons vraiment un changement et renforcer notre propre auto-perception positive, faisons bon usage de nos forces. Ainsi, être proactifs, terminer ce que nous avons commencé, nous engager et trouver des façons de profiter des chemins que nous empruntons génère une grande satisfaction.

Contre la faible estime de soi et l’auto-sabotage : la responsabilité

 

Pour vaincre la faible estime de soi et l’auto-sabotage, nous avons besoin de grandes doses de responsabilité par rapport à nous-mêmes. Personne ne le fera à notre place. Qui plus est, dans notre quotidien, nous verrons toujours apparaître des choses qui nous mettront à l’épreuve. Des choses qui nous forceront à réagir, à nous adapter et à répondre. Le faire de la meilleure façon possible est de notre devoir.

Par conséquent, pour avoir une estime de soi forte, il ne suffit pas de s’aimer : il faut aussi une histoire vitale qui intègre les obstacles – erreurs, traumas, déceptions, etc. – et assume les dissonances et contradictions. Il est aussi prioritaire d’apprendre à faire preuve de compassion vis-à-vis de notre propre personne pour tolérer les erreurs et d’être suffisamment exigeants pour se dépasser tous les jours.

L’auto-sabotage est l’écho d’une voix qui ne nous aime pas. En tant que tel, nous devons nous en libérer le plus tôt possible. La vie est déjà suffisamment compliquée comme cela, alors pourquoi cohabiter avec quelqu’un qui ne cesse de nous invalider ? Un tel travail demande du temps et de la constance, un engagement ferme à respecter au quotidien et à pratiquer en permanence. Gardons bien cela à l’esprit.

 

 

  • Campbell, J. D. (1990). Self-Esteem and Clarity of the Self-Concept. Journal of Personality and Social Psychology59(3), 538–549. https://doi.org/10.1037/0022-3514.59.3.538