La recherche de sensations : proposer des alternatives pour réduire la violence

29 juillet, 2020
Savez-vous ce qu'il est possible de faire pour réduire la violence ? Il faut offrir des alternatives capables de satisfaire la recherche de sensations.
 

Nous, les êtres humains, vivons en société. Au sein de chaque société, nous appartenons à des groupes. Dans chacun de ces groupes, nous aspirons à occuper une position importante. En d’autres termes, nous aspirons à trouver un sens en tant que membre d’un groupe. L’appartenance à des groupes fait que nous avons deux identités, l’identité personnelle et l’identité sociale. Au sein de ces groupes, la recherche de sensations peut conduire à la violence. Il convient donc d’apporter des alternatives pour réduire la violence.

Nous tentons de nous démarquer au sein des groupes auxquels nous appartenons. Nous souhaitons être des personnes importantes dans ce groupe. Ce besoin correspond à une recherche de sens. La recherche de sens correspond au désir fondamental d’être quelqu’un, d’inspirer le respect, de compter.

Étant donné que ces groupes se trouvent dans une culture, la recherche de sens va consister à tenter d’atteindre les objectifs valorisés par la culture. Nous considérons ces objectifs importants culturellement parlant et, généralement, ces objectifs constituent également un motif d’admiration pour les autres personnes de notre culture et groupe social.

Un groupe de jeunes à la recherche de sensations
 

La recherche de sens

La recherche de sens au sein d’un groupe est la conséquence d’une certaine circonstance. Les circonstances les plus caractéristiques sont la perte de sens à cause d’une humiliation, par exemple. Ou encore la sensation qu’il existe une menace et donc une possibilité de gagner plus de sens (monter dans l’échelle sociale par exemple).

Une fois cette recherche installée dans notre esprit, l’attention se centre sur le groupe pour savoir quelles sont les normes exigées par ce groupe dans différentes circonstances. Les membres du groupe sont ceux qui nous indiquent ce que nous pouvons faire pour retrouver un sens en fonction de l’idéologie du groupe.

Par conséquent, si l’idéologie du groupe précise que c’est seulement avec le recours à la violence qu’il est possible de trouver du sens, les membres du groupe deviendront des extrémistes violents. Fort heureusement, les groupes qui incitent à la violence ne constituent pas la majorité. La recherche de sens peut également nous amener à devenir un membre important dans des groupes engagés et qui prônent des valeurs non violentes.

La recherche de sensations

Cette recherche est l’une des raisons pour lesquelles certains individus rejoignent des groupes radicaux. Cette recherche traduit un besoin de sensations et d’expériences variées, nouvelles, complexes et intenses. Elle représente également une disposition à assumer des risques physiques, sociaux, légaux et financiers pour mener à bien l’expérience en question.

 

Dans ce contexte, de nombreux jeunes à la recherche de nouvelles sensations finissent par rejoindre des groupes extrémistes. Ces groupes se caractérisent par l’acceptation et la promotion du recours à la violence. La recherche de sensations de ces jeunes rejoint donc une recherche de sens pouvant être satisfaite par les groupes extrémistes.

La recherche de sensations et le recours à la violence

Le rôle de la recherche de sensations dans la violence politique

Une série d’études met en évidence que les jeunes qui sont à la recherche de nouvelles expériences n’opteront pas pour des groupes extrémistes s’ils trouvent d’autres alternatives. Les auteurs de ces études ont découvert que la recherche de sensations peut conduire à des activités prosociales constructives.

Dans l’ensemble, les résultats de ces études montrent qu’il est pertinent d’apporter des alternatives à l’extrémisme. Les corps de la paix ou les organisations non gouvernementales (ONG) qui réalisent des missions humanitaires à l’étranger sont des alternatives pouvant satisfaire les jeunes à la recherche de sensations. Ces alternatives peuvent aider à éviter que ces jeunes se dirigent vers les groupes extrémistes. Il est question de proposer des alternatives nouvelles, complexes et intenses. D’offrir un risque à ces jeunes sans recours à la violence.

 

Les auteurs de ces études proposent les activités suivantes : présence dans des assemblées et dans des représentations publiques comme une pièce de théâtre ou une comédie musicale, des marches ou défilés, des parodies comiques, des discours en faveur de la résistance pacifique… Proposer de telles alternatives peut satisfaire la recherche de sensations des jeunes en restaurant leur sens au sein de leurs groupes sociaux.

 

  • Schumpe, Birga M, Jocelyn J Bélanger, Manuel Moyano, y Claudia F Nisa. «The role of sensation seeking in political violence: An extension of the significance quest theory». Journal of Personality and Social Psychology, 1 de noviembre de 2018. https://doi.org/10.1037/pspp0000223.
  • Schumpe, Birga M, Jocelyn J Bélanger, Manuel Moyano, y Claudia F Nisa. «The role of sensation seeking in political violence: An extension of the significance quest theory». Journal of Personality and Social Psychology, 1 de noviembre de 2018. https://doi.org/10.1037/pspp0000223.