La psychologie holistique pour comprendre le comportement

28 mai, 2020
La psychologie holistique est une approche qui, à la différence du réductionnisme, considère qu'on doit prendre en compte le patient "dans sa totalité". Cela rend l'évaluation et l'intervention plus complexes. En revanche, elle offre des résultats positifs là où d'autres approches n'y parviennent pas.
 

L’holisme en psychologie est un terme qui suggère que, comme un tout, les personnes sont bien plus que la somme de différents éléments. La psychologie holistique vise à concentrer son observation sur la manière dont les parties de chaque personne travaillent ensemble. On ne peut donc pas dissocier ses fonctions dans des processus déterminés.

Pour comprendre les raisons qui nous poussent à penser ou à nous comporter de telle ou telle manière, la psychologie holistique mise sur l’étude de la personne dans sa totalité, au lieu de se concentrer sur un seul aspect du problème.

Les facteurs qui interagissent et interfèrent entre eux sont nombreux. Ils nous influencent ou nous conditionnent. C’est l’aspect auquel le holisme s’intéresse pour essayer de comprendre le cours d’un cas ou d’un problème.

Un exemple très clair se trouve dans le cerveau même. Nous savons qu’il contient des millions de neurones. Néanmoins, observer chacun d’entre eux ne nous dira pas ce que le cerveau est capable de faire dans son ensemble.

 
Un cerveau entouré de lumière représentant la psychologie holistique

Appliquer la psychologie holistique

On adopte une approche holistique lorsqu’on considère à quel point différents facteurs travaillent et interagissent ensemble. De même, cet ensemble peut affecter le comportement ou l’état émotionnel de la personne. Dans ce sens, les variables que l’on gère sont très hétérogènes.

Elles vont du lieu et des personnes avec lesquelles la personne vit, son travail, ses expériences professionnelles et de formation, ses relations sociales, son interaction en groupe, sa santé et sa perception du bien-être et du stress. Nous trouverons ainsi que l’observation de la personne n’est pas limitée à l’analyse de ses symptômes.

Avantages de cette approche

La psychologie holistique, en comparaison avec d’autres approches plus réductionnistes, possède beaucoup plus de points qui l’identifient comme l’une des meilleures approches pour l’intervention. En incorporant de nombreux facteurs à l’étude, les possibilités de trouver l’origine du problème sont accrues. L’inconvénient se trouve dans le fait que très souvent, en augmentant le spectre d’analyse, on augmente également la demande en ressources qu’il faut allouer à celui-ci.

 

Dans tous les cas, cette approche aide à trouver des solutions plus précises et potentiellement meilleures, en conjuguant l’intervention sur différents aspects. Très souvent, en payant le prix d’augmenter la durée d’analyse et d’évaluation, on offre des interventions bien plus riches. Ces dernières permettent des changements plus stables.

Lorsque nous considérons les personnes dans leur ensemble, nous pouvons aborder plus d’aspects qui influent sur la façon de se sentir d’une personne, que ce soit d’un point de vue mental, physique et social. En réalité, il s’agit de prendre du recul pour pouvoir voir la « photo » en entier. C’est gagner en perspective quant à la connaissance qui nous avons de cette personne. La psychologie holistique ne voit pas seulement les arbres. Ce qu’elle cherche, c’est un plan de toute la forêt.

Les inconvénients de la psychologie holistique

Comme pour presque toutes les approches, la psychologie holistique n’est pas non plus exempte d’inconvénient. Pour certains types de problèmes, il est conseillé de se concentrer sur un aspect en particulier pour pouvoir ainsi trouver une solution.

 

Dans ce sens, la psychologie holistique peut rendre difficile cette précision. Notamment, lorsqu’on effectue des recherches, les variables qu’on manipule doivent être clairement définies. C’est pour cela que la psychologie holistique n’est pas toujours compatible avec la méthodologie scientifique.

L’holisme est une approche complète qui peut être la base de la conception d’évaluations et d’interventions qui supposent un réel défi de par sa complexité. Cela peut faire que l’approche holistique soit difficile à manipuler dans certains cas. De la même manière, il ne peut pas être appliqué par de nombreux professionnels.

Une femme dans l'Univers

Écoles de pensée holistique

Au sein de la psychologie et à travers de son histoire, nous trouvons plusieurs écoles de pensée qui ont adopté cette approche holistique. On y trouve par exemple la psychologie Gestalt. Celle-ci défend fermement le fait qu’on doit observer le comportement humain comme un tout.

 

La psychologie humaniste est une autre de ces écoles de pensée holistique. De fait, elle a surgi comme une réponse partielle au réductionnisme de l’école comportementale et à la psychanalyse. La psychologie sociale intègre également cette approche holistique en contemplant de manière groupée des aspects environnementaux, sociaux, émotionnels et de groupe.

La psychologie holistique est particulièrement attractive en raison de sa capacité à apporter des solutions où d’autres approches réductionnistes n’y parviennent pas. Celle-ci évalue à quel point notre passé nous a influencés, comment nous vivons notre présent et comment nous faisons face au futur.

 

 

Stephen D. Edwards (2013) Holistic Psychology: A Brief Primer, Journal of Psychology in Africa, 23:3, 531-537, DOI: 10.1080/14330237.2013.10820664

Cherry, Kendra (2019) What Is Holism? How psychologists use holism to understand behavior, Verywell Mind.

Osafo Hounkpatin, H., Wood, A. M., Boyce, C. J., & Dunn, G. (2015). An Existential-Humanistic View of Personality Change: Co-Occurring Changes with Psychological Well-Being in a 10 Year Cohort Study. Social indicators research, 121(2), 455–470. doi:10.1007/s11205-014-0648-0