La prise de décisions avec le mindfulness

· 7 octobre 2018

Prendre des décisions n’est pas toujours facile. Des doutes ou des craintes surgissent. Et nous font repenser à ce qui nous arrive. Nous hésitons alors entre tout arrêter ou continuer à insister. Mais comment savoir si nous agissons correctement? Comment être sûrs de ne pas nous tromper ? La pratique du mindfulness peut nous aider.

Les dernières recherches dans le champ du mindfulness signalent que cette pratique et les diverses techniques qu’elle englobe peuvent avoir un effet positif au moment de faire des choix. La prise de décisions avec le mindfulness est un processus conscient au cours duquel notre attention se focalise sur le présent. Nous nous déconnectons de notre pilotage automatique et cela nous offre des bénéfices à long terme.

« Que vos décisions reflètent vos espoirs et non vos peurs ».

-Nelson Mandela-

Là où il n’y a pas de décisions, il n’y a pas de vie

Bouddha nous a appris que la souffrance est provoquée par l’ignorance, à travers des erreurs illusoires et des délires. L’esprit a sa propre nature. Par conséquent, pour le libérer de la souffrance, il faut savoir ce qu’il « est réellement ».

Ainsi, l’un des outils les plus puissants pour le développement de cette vision profonde dont nous avons besoin est le mindfulness ou l’attention pleine. Une pratique qui nous aide à être conscients, qui nous apprend à prêter attention à ce qui se produit et à nous focaliser sur ce que nous ressentons.

Selon une étude publiée dans la revue Psychological Science, 15 minutes de méditation centrée sur la respiration aident à prendre de meilleures décisions.

mindfulness

Le mindfulness nous aide à aller du plus superficiel au plus profond. Même si notre esprit est extrêmement embrumé, cette technique nous permettra de trouver la lumière au milieu des ténèbres. Nous vous recommandons donc la prise de décisions avec le mindfulness. Celui-ci nous permet de voir de façon plus claire ce qu’il faut faire. Ce que nous sommes capables de faire. Et la façon dont nous devons réagir. En être conscient n’est pas facile. Il est donc nécessaire de pratiquer cette technique.

Grâce à la respiration consciente, nous apprenons systématiquement à fixer notre attention et à recevoir tout ce qui surgit de notre esprit sans juger, sans violenter. L’entraînement est le même que pour n’importe quelle activité que nous avons pu apprendre : marcher, cuisiner, lire, jouer… En fait, plus nous nous entraînons, plus nous devenons habiles. Petit à petit, les moments conscients grandissent. Il deviennent des jours conscients. Des semaines conscientes. Puis des mois conscients. Et des années conscientes, etc.

« Très souvent, n’importe quelle décision, et même la décision incorrecte, vaut mieux que ne pas faire de choix ».

-Ben Horowitz-

Les décisions que nous prenons nous définissent

Le processus de prise de décisions se développe en quatre phases. Lors de chacune d’elles, la pratique du mindfulness est d’une grande utilité et débouche sur des effets positifs. Approfondissons ce point.

La prise de décisions avec le mindfulness est un processus plus clair et libre de rigidité cognitive.

Recadrer la décision

La pratique du mindfulness nous permet d’être proactifs. Cela nous aide à identifier le moment où une décision doit être prise ou non. Tout cela est possible à travers la clarification d’objectifs, la génération de possibilités et la reconnaissance de la dimension éthique de la décision que nous devons prendre.

Certaines études signalent que les personnes qui pratiquent le mindfulness  sont davantage conscientes des principes éthiques. Les décisions avec le mindfulness entrent donc en consonance avec leurs valeurs. Les personnes qui ne parviennent pas à relier les décisions à leurs objectifs et valeurs principales peuvent au contraire penser que leur choix les mènera à un endroit non désiré.

Rassembler des informations

Cette phase implique de chercher des informations nécessaires pour faire le bon choix. Deux aspects importants de cette étape sont la quantité et la qualité des informations rassemblées. Lorsque nous pratiquons le mindfulness, nous développons une plus grande tolérance vis-à-vis de l’incertitude et cela nous permet d’être plus déterminés au moment de prendre des décisions. 

Les décisions avec le mindfulness sont un exemple de reconnaissance des limites de la connaissance. Et de l’amplitude des situations d’incertitude.

« Chaque moment est un moment de décision, et chaque moment nous mène inexorablement vers la direction de nos vies »

-Mary Balogh-

montagne et mindfulness

Parvenir à une conclusion

Le mindfulness nous aide aussi à examiner et à quantifier la discrépance entre l’intuition et l’analyse systématique que nous faisons au moment de prendre des décisions. Ceci implique de s’éloigner des émotions et des pensées pour avoir une plus grande perspective. Pour ce faire, il faut séparer les informations importantes des informations superflues et ne pas croire autant aux stéréotypes.

Parvenir à une conclusion implique de prendre une décision. Certaines études montrent que les personnes qui pratiquent le mindfulness présentent moins de risques d’être victimes de la « brèche d’intention de comportement ». Il s’agit de la déconnexion entre savoir ce que l’on doit faire et le faire réellement. Le mindfulness réduit donc la rigidité cognitive et la tendance à prendre des décisions. Elle utilise en effet des schémas de pensée automatiques.

Apprendre de la rétro-alimentation

Cette dernière phase constitue une étape très importante du processus. Accepter des erreurs peut parfois être très difficile. L’attention pleine peut nous aider à simplifier cela en réduisant les tendances défensives et en promouvant le courage et la résilience.

Les personnes les plus conscientes ou attentives ont de plus grandes chances d’apprendre des expériences passées. Par ailleurs, il est plus facile de se défaire de « l’ego » en étant plus ouverts à la rétro-alimentation négative.