La médiation narrative, une technique de résolution des conflits

08 août, 2020
La médiation narrative est un pari sur le pouvoir de la parole. L'objectif de cette méthode est de faire en sorte que chacune des parties impliquées dans un conflit parvienne à voir la situation d'un point de vue plus souple et plus large à travers ses propres récits.

La médiation narrative est une méthode de résolution des conflits basée sur la manière dont les personnes structurent et décrivent les divergences ou les contradictions dans lesquelles elles sont immergées. Il convient de noter que le langage personnel reflète le mode et le niveau de compréhension du monde. Il fournit souvent des indications précieuses sur la véritable nature d’un conflit.

En général, on met en oeuvre la médiation narrative pour faciliter l’expression des intérêts et des besoins personnels de chacune des parties. Mais aussi pour intervenir d’une manière qui favorise la compréhension intrapersonnelle et interpersonnelle par une déconstruction des récits individuels.

Un conflit commence à se résoudre lorsqu’il est possible d’en préciser l’essence. Parfois, une personne pense que ce qui la dérange chez une autre est, par exemple, son manque de collaboration. Cependant, par le biais de la médiation narrative, il est possible d’établir qu’en réalité, le désagrément provient de la manière dont cette personne demande une telle collaboration. Cela devient visible si la manière dont chaque personne raconte le conflit est encouragée et analysée.

Une séance de médiation narrative en cours.

 

Concepts de base de la médiation narrative

Pour comprendre comment la médiation narrative peut s’appliquer, il est d’abord nécessaire de clarifier certains concepts inhérents à cette méthode. Ces concepts sont la narration du conflit, la narration alternative et les méta-narrations :

  • Narration du conflit : elle correspond à la façon dont chaque personne élabore l’histoire de la situation de conflit. Elle donne des indices sur les éléments ou les aspects considérés comme plus problématiques et définit la position qu’elle adopte dans ce cadre
  • Narration alternative : il s’agit de la situation idéale qui permet de surmonter le conflit selon chaque partie. Là encore, chaque personne exprime par le langage ce qu’elle veut et comment elle est prête à contribuer à résoudre la situation
  • Méta-narrations : les méta-narrations sont les règles et les valeurs qui apparaissent implicitement dans les deux premières narrations

Les éléments des narrations

Les caractéristiques des narrations sont un autre aspect à prendre en compte avant d’appliquer la médiation narrative. Ces éléments constituent la base du processus de déconstruction du conflit réel. Les éléments caractéristiques des récits sont les suivants :

  • Trame : elle comprend la manière dont, en termes généraux, une personne décrit l’origine de la situation, le changement qui est à l’origine du conflit, ce qui le complique et ce qui permettrait de lui donner une solution
  • Thème : c’est l’aspect concret auquel le conflit se réfère
  • Contexte : ce terme fait référence à l’environnement physique et social où le problème se pose
  • Personnages : il s’agit de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, participent à la situation problématique

Généralement, le conflit raconté par une personne soit très différent de celui raconté par son homologue. Parfois, c’est comme si les deux parlaient de deux réalités différentes.

La médiation narrative consiste précisément à réaliser l’unification des langues.

La médiation narrative au sein du couple.

Techniques de médiation narrative

La médiation narrative utilise diverses techniques pour parvenir à la résolution des conflits. Le but ultime est de construire une histoire commune entre les parties, de les représenter et de conduire à un récit alternatif commun. Cela peut se faire en utilisant une ou plusieurs des techniques suivantes :

  • Double écoute : cela consiste à prendre note des descriptions négatives de l’interlocuteur, pour les transformer en déclarations positives. Par exemple, si quelqu’un dit : “Je suis contrarié qu’elle soit égoïste“, le but est de l’amener à s’exprimer ainsi : “J’aimerais qu’elle soit généreuse
  • Paraphrases : cela consiste à synthétiser au maximum ce que chaque partie raconte. Il faut le faire en prenant la trame comme base et en résumant d’abord l’origine, en fonction de chaque partie, puis le changement et enfin la complication. Cela favorise l’écoute entre les parties, en faisant appel au médiateur
  • Fait de repenser les événements : cette technique consiste à recueillir les expressions d’agressivité entre les parties et à les soulever de manière conciliante. Si quelqu’un dit “C’est un menteur“, le médiateur intervient et dit : “Ce que vous voulez peut-être dire, c’est que vous percevez des incohérences dans ce que dit l’autre
  • Externalisation : elle consiste à identifier le sentiment négatif le plus intense que l’autre partie génère ou produit. Ainsi, si par exemple le sentiment est la colère, on s’interrogera sur la manière dont elle est vécue ou manifestée
  • Inclusion d’autres narrations : c’est une technique qui s’apparente à un jeu de rôle. Chaque partie est invitée à se mettre à la place de quelqu’un d’autre pour voir le conflit à partir de là. Par exemple : que dirait un policier de ce que vous venez de dire ?

Toutes ces techniques cherchent à déconstruire le récit de chacune des parties. Ils visent à la rendre moins rigide et plus compréhensible pour toutes les parties concernées. Ces techniques fonctionnent généralement bien dans des contextes organisationnels.

 

Garrido Soler, S., & Munuera Gómez, P. (2014). Contra la neutralidad. Ética y estética en el modelo circular-narrativo de mediación de conflictos. Revista Telemática de Filosofía del Derecho, (17), 139-166.