La dysarthrie : symptômes, causes et traitements

9 juillet 2019
La dysarthrie n'affecte pas seulement le physique. Elle affecte également nos pensées, nos sentiments et nos comportements. D'une personne à une autre, les symptômes varient. C'est pour cela qu'une intervention adaptée est essentielle.

Le langage fait partie de notre vie quotidienne. Il est, par exemple, utile pour transmettre aux autres ce que nous souhaitons. Vous imaginez-vous être incapable d’articuler des mots ? Certains d’entre nous vivent avec cette difficulté, car ils souffrent de dysarthrie.

La dysarthrie est un trouble neurologique qui affecte la communication et la déglutition. La personne est incapable de structurer et de prononcer des mots correctement. Elle rencontre, qui plus est, des difficultés pour avaler les aliments.

Dans la suite de cet article, nous vous présentons les caractéristiques et les symptômes de ce trouble, ainsi que les traitements existants.

La dysarthrie, qu’est-ce que c’est ?

homme qui parle

Comme nous l’expliquions plus haut, la dysarthrie est un trouble neurologique qui affecte l’articulation du langage et la prononciation.

Les muscles qui régulent ces mécanismes rencontrent des difficultés : l’absence d’une tonalité rend difficiles le contrôle et la coordination.

Les symptômes de la dysarthrie

Voyons plus en détail quels sont les symptômes de la maladie :

  • problèmes pour bouger les lèvres, la mâchoire et la langue
  • difficulté pour contrôler la tonalité de la voix
  • problèmes de respiration qui semble saccadée
  • difficultés à bien prononcer
  • muscles très flasques ou rigides
  • langage confus
  • parole plus lente
  • voix tendue, soufflée, nasale ou éraillée
  • problèmes liés à l’étouffement

Tous ces symptômes font que la personne peut être amenée à ressentir un malaise psychologique lié au fait de ne pas pouvoir parler correctement et à tout ce que cela implique au niveau de l’interaction sociale. C’est pour cette raison que les personnes qui souffrent de dysarthrie présentent parfois un trouble dépressif majeur.

Les différents types

Il existe différents types de dysarthrie.

  • Dysarthrie flasque ou paralytique : les dommages au niveau de la parole se caractérisent par des problèmes de tonalité et des problèmes de mouvement au niveau des muscles phonatoires. La lésion se trouve dans le neurone moteur inférieur
  • La dysarthrie cérébelleuse : aussi désignée dysarthrie ataxique, sa présence se doit à des lésions au niveau du cervelet. Le manque d’harmonie au niveau de la coordination est le principal symptôme. Les patrons du rythme et de la motilité volontaire de la parole sont altérés
  • Dysarthrie mixte : il s’agit d’une forme complexe de dysarthrie. Le dysfonctionnement de la parole est la conséquence de différentes caractéristiques des systèmes moteurs impliqués
  • Dysarthrie extrapyramidale : il y a deux types de dysarthrie : la dysarthrie hypokinétique, celle qui se caractérise par des mouvements lents et rigides, et la dysarthrie hyperkinétique, celle qui affecte successivement toutes les fonctions motrices basiques
  • La dysarthrie spastique : les neurones moteurs supérieurs peuvent aussi être touchés. Si c’est le cas, le patient ressentira une faiblesse et des contractions musculaires dans l’un des côtés du corps

Il faut être attentif aux symptômes de la maladie afin de suivre un traitement adéquat, lequel doit être prescrit par un spécialiste.

 

Les causes de la dysarthrie

La dysarthrie est liée à une lésion dans une zone spécifique du cerveau, d’où la difficulté d’articuler correctement des sons et des mots.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la dysarthrie :

  • Les médicaments : des sédatifs ou des stupéfiants peuvent être à l’origine du trouble
  • Un accident : un traumatisme crânien peut provoquer une dysarthrie
  • Une tumeur : une tumeur du cerveau peut être à l’origine de l’apparition du trouble
  • Les maladies neurodégénératives : la maladie de Parkinson, l’Alzheimer, la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique, entre autres
  • Une encéphalite : l’inflammation de l’encéphale peut être à l’origine d’une dysarthrie. Cette inflammation est généralement causée par une infection

Mais ce ne sont pas les seuls facteurs : une infection au niveau du système nerveux central, une intoxication au manganèse, l’artériosclérose, une dégénérescence idiopathique sont d’autres causes possibles.

 

Les traitements

enfant chez un orthophoniste

L’intervention de différents professionnels de santé est importante au moment de soigner cette affection : médecins, orthophonistes, ergothérapeutes et psychologues, entre autres.

L’intervention d’un orthophoniste permet d’améliorer l’intelligibilité de la parole chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, entre autres.

Les différents types

Le traitement de la dysarthrie varie en fonction des symptômes :

  • La thérapie de déglutition : il s’agit de stimuler les lèvres, la langue et le pharynx afin d’augmenter la motilité et d’améliorer l’altération. On a recours à des techniques qui affectent les mouvements linguaux et la mimique faciale
  • La réhabilitation orale : cette réhabilitation va dépendre de chaque patient, de son entourage, de l’intervention réalisée et du thérapeute. Il s’agit d’un ensemble de techniques qui permet d’améliorer l’articulation de la parole au moyen de différents exercices. Au cours des exercices, l’orthophoniste facilite la participation active du patient
  • Intervention pour corriger la posture du corps : il est question de favoriser une posture appropriée afin de permettre une émission de sons correcte. Cette intervention aide à améliorer l’articulation, la respiration et la déglutition
  • L’adaptation aux aliments : cette adaptation consiste à offrir des aliments de consistance différente afin de réduire le risque d’étouffement. Néanmoins, les spécialistes estiment que tous les aliments peuvent causer des problèmes. Il est donc important de vérifier l’état du patient après un repas
  • Intervention pour améliorer l’articulation : il est question ici d’utiliser un ensemble de techniques pour renforcer les joues, les lèvresvoix et la langue et pour améliorer la coordination de ces membres. De plus, le patient doit effectuer des mouvements d’extension, de projection, de latéralisation, de rotation, entre autres

 

  • Benaiges, I.C. & Farret, C. A. (2007). Papel de la logopedia en el tratamientoo de la disartria y la disfagia en la enfermedad de Parkinson.  Neurol Supl, 3 (7), 30-33.
  • González, R.A. & Bevilacqua, J.A. (2012). Las disartrias. Revista del hospital clínico universitario de Chile.
  • Lami Alvarez, L. Disartria. Hospital Hermanos Ameijeiras. Recuperado de: http://www.sld.cu/galerias/pdf/sitios/rehabilitacion-logo/disartria.pdf