La courbe des émotions

21 août 2019
La courbe des émotions modélise le processus à partir duquel une personne commence à ressentir cette émotion jusqu'à ce qu'elle disparaisse. En prenant précisément en compte leur évolution, cet article traite des trois actions qui ne devraient pas être réalisées au moment où l'intensité émotionnelle est la plus forte.

Qu’est-ce que la courbe des émotions ? Beaucoup définissent une émotion comme un état subjectif qui possède une charge affective immense et intense. Et bien qu’il soit assez compliqué d’expliquer ce que sont les émotions, nous pouvons tous décrire clairement ces états subjectifs.

Par exemple, nous pouvons les décrire en nous rappelant une situation dans laquelle nous étions en colère ou heureux. Beaucoup de ces émotions, de la tristesse à la peur, ont un développement très similaire. En séance, on définit ceci comme la courbe des émotions.

A quoi sert une émotion ?

Selon des chercheurs comme Martínez-Sánchez et ses collaborateurs (2011), la suppression ou la non-expression d’événements émotionnels très significatifs pour la personne (par exemple, le deuil d’un être cher, l’expression d’affection…) peut provoquer une hyperactivation physiologique marquée, une immunodépression et des effets fortement contre-indiqués sur la santé physique et mentale à moyen et à long terme.

Alors pourquoi les émotions sont-elles si pertinentes et encore plus leur expression ? Ces mêmes auteurs soulignent l’existence de fonctions intrapersonnelles – davantage liées à l’homéostasie et à la survie – et de fonctions extrapersonnelles, qui sont liées à un rôle plus social.

Une femme envahie par de tristes émotions

Facteurs intrapersonnels de l’émotion

  • Coordonner les différents systèmes de réponse cognitive, physiologique et comportementale dans une même direction.
  • Activer des comportements qui pourraient être inhibés lorsque l’émotion est absente : par exemple, une personne non sportive peut décider de courir en ressentant de la peur. Ou une personne qui se définit comme non-violente peut défendre une personne en détresse lorsqu’elle est en colère
  • Elles préparent le corps à des comportements de repli ou de combat : les émotions jouent bien sûr un rôle très important dans notre survie. Ressentir de la peur n’est rien de plus qu’un prélude à un comportement de fuite ou de lutte contre ce stimulus que nous interprétons comme une menace. Sans ce marqueur de peur, le corps ne serait pas prêt à affronter ou à fuir

Par exemple, lorsqu’une alarme est donnée en réponse à un stimulus dangereux, c’est-à-dire lorsque nous ressentons de la peur, le système hypothalamo-hypophyso-surrénalien est activé, ce qui active à son tour les glandes surrénales pour émettre des glucocorticoïdes. De l’adrénaline et des opiacés endogènes sont émis au cas où le corps aurait été attaqué pour réduire la douleur. En retour, il réduit l’activité des systèmes qui ne sont pas nécessaires pour s’échapper à ce moment-là. Comme le système digestif.

Grâce à la peur, l’individu en danger augmente son rythme cardiaque. Il contracte la rate pour favoriser la production de globules rouges en cas de blessure. Il dilate ses pupilles, etc.

  • Elles favorisent le traitement rapide de l’information : l’évaluation des caractéristiques des stimuli adjacents devient rapide. Cela permet de décider rapidement des meilleures actions pour s’adapter aux exigences de cet environnement qui suscite des émotions

Facteurs extrapersonnels de l’émotion

En lien avec les fonctions extrapersonnelles des émotions, nous constatons qu’elles nous permettent de communiquer nos intentions aux autres, de partager avec les autres ce que nous ressentons et de contrôler la facilité d’expression, les gestes et la voix afin d’influencer aussi le comportement des autres.

Comme l’écrivait Aristote, l’homme est un zoon politikon, et les émotions jouent aussi un rôle socialisateur. Par exemple, et par rapport à ce qui précède, vous pouvez rechercher certaines réponses chez les individus à travers certaines émotions. Par conséquent, il existe des personnes qui utilisent la tristesse pour recevoir du soutien, d’autres qui utilisent l’affection ou le bonheur pour accomplir quelque chose et ainsi nous pourrions continuer avec cette partie plus instrumentale des émotions.

La courbe des émotions

Il est difficile de maintenir l’intensité maximale d’une émotion sur une longue période de temps. En réalité, le fonctionnement normal d’une émotion est une escalade où les sensations deviennent de plus en plus fortes. Vous pouvez atteindre un point maximum, un toit à partir duquel l’émotion ne pourra pas être plus intense. A partir de là, l’ampleur diminue habituellement jusqu’à revenir à la ligne de base.

Ceci, qui semble simplement intuitif, est un fait que beaucoup de personnes oublient dans leur vie de tous les jours. Et d’autant plus en ce qui concerne la santé mentale. Cela se produit avec les émotions et aussi avec les constructions psychiques. Telles que les crises d’angoisse ou les crises de panique. Par conséquent, rien de ce qui précède ne dure habituellement plus de dix minutes.

Malgré la connaissance de l’intensité émotionnelle qui accompagne la peur, la colère ou la tristesse, ou peut-être précisément à cause de cette véhémence, les clients qui viennent à la séance réalisent habituellement des actions avec des conséquences très importantes au sommet de la courbe des émotions. Cela peut devenir contre-productif.

La gestion des émotions en thérapie

Au début, lorsque la thérapie n’est pas encore assez avancée pour que la personne sache gérer ses réactions, il est utile de traiter la courbe des émotions. Il ne s’agit pas de les contrôler. Il s’agit plutôt d’éviter le maximum de conséquences négatives qu’une émotion intense mal gérée peut avoir.

Pour cette raison, chez les patients souffrant de dépression, d’anxiété, de deuil, en thérapie de couple, etc, il est très utile dans les premières séances d’effectuer une psychoéducation détaillée sur le fonctionnement des émotions. De plus, vous devriez vous concentrer sur les choses qui ne peuvent pas être faites lorsque vous êtes au sommet de cette émotion. Le cours de la thérapie permettre à la personne de ne pas avoir ces émotions si intenses et exacerbées.

Une séance pour traiter la courbe des émotions

Trois choses à ne pas faire au pic émotionnel

Il est donc important d’expliquer quelles sont les trois actions qu’il vaut mieux ne pas faire quand on est au plus fort d’une émotion. Les émotions peuvent être la colère, la tristesse, la peur et même le bonheur. On recommande ceci parce qu’à un moment d’une telle intensité émotionnelle, il est difficile pour ces actions d’être menées d’une point de vue rationnel.

Ces actions sont les suivantes :

  • Prendre des décisions : en prenant l’exemple d’une femme souffrant de dépression majeure, il est important de lui faire comprendre que dans ses moments de plus grand inconfort, il est très dangereux de prendre des décisions, de quelque nature que ce soit. Les décisions prises iront toujours de pair avec la profonde tristesse ou le désespoir que l’on ressent sur le moment. De cette façon, nous éviterons également des décisions telles que le suicide ou l’automutilation
  • Essayer de résoudre le problème : si l’émotion intense s’explique par un événement particulier, on ne conseille pas d’essayer de remédier à cette situation en ressentant une émotion aussi intense. Puisque vous n’avez pas cette partie rationnelle mais émotionnelle. Vous n’avez pas tous les outils dont vous disposez normalement pour résoudre un problème. De plus, le désespoir de ce moment peut à nouveau conduire l’individu à prendre des décisions malavisées dans la recherche d’une solution au conflit. La meilleure chose à faire est de le laisser pour quand la personne commencera à remarquer à quel point ses émotions s’estompent
  • Penser : l’émotion peut emporter avec elle une myriade de pensées catastrophiques, irrationnelles et inutiles pour le moment que vit l’individu. En réalité, certaines de ces pensées peuvent faire surgir de nouvelles émotions avec la même intensité que les précédentes. Penser peut mener à une action irrationnelle

On recommande de guider les actions que l’on ne peut réaliser au plus fort d’une émotion. Mais en plus, de favoriser d’autres actions qui peuvent être entreprises. En fait, il s’agit de poser des gestes concrets explicites qui peuvent se substituer au désir de penser. De résoudre le problème. Ou encore de prendre des décisions. Il peut être utile d’inscrire ces solutions de rechange sur une liste. Et ainsi de les avoir en vue à des moments où l’intensité émotionnelle est plus grande.

 

  • Palmero, F y Martínez-Sánchez, F. (2008). Motivación y emoción. Madrid: McGraw-Hill.