Kelvin Doe, le garçon qui a fait de l'ingénierie dans une décharge

L'histoire de Kelvin Doe est l'histoire d'un garçon qui savait que personne n'allait l'aider. C'est pourquoi il a pris la décision de s'aider lui-même, chose qu'il a très bien faite.
Kelvin Doe, le garçon qui a fait de l'ingénierie dans une décharge

Dernière mise à jour : 08 septembre, 2022

Kelvin Doe est la preuve vivante que le manque peut être une limitation ou un défi, selon la façon dont vous le voyez. Il y a ceux qui ont beaucoup de choses et qui en tirent peu de choses. Et il y en a d’autres, comme Kelvin, qui font tout avec très peu et sortent petit à petit du labyrinthe dans lequel ils se sont retrouvés à leur naissance.

L’histoire de Kelvin Doe commence à Freetown, la capitale de l’un des pays les plus pauvres du monde : la Sierra Leone. Il est né en 1996 dans un bidonville, alors que sa nation tentait de se remettre d’une guerre civile qui ne s’était terminée que quelques années plus tôt. Dans le pays, on parlait encore de massacres, de crimes de guerre, de blessures non cicatrisées.

Kelvin était un enfant noir, africain et pauvre, trois caractéristiques qui ne semblaient pas de bon augure pour lui dans un monde dominé par les blancs, l’hémisphère nord et les riches. Un garçon joyeux, avec une mère travailleuse et dévouée et sans père pour veiller sur eux. Peut-être par habitude, ou peut-être en raison d’espoir persistant, il est allé à l’école locale pour apprendre.

« Nous pouvons tous changer. Quand j’ai commencé, je n’avais pas de ressources. J’ai dû m’encourager moi-même. »

-Kelvin Doe-

Sierra Leone

Les décharges de la Sierra Leone

Le monde d’aujourd’hui regorge d’appareils électroniques qui deviennent obsolètes en un rien de temps. Cela mène à la production de tonnes de déchets technologiques, mais nous ne nous demandons jamais où tout cela va.

Eh bien, ces déchets finissent dans des pays comme la Sierra Leone, ainsi qu’au Ghana, en Chine ou en Inde. Dans tous ces pays, il existe des endroits, généralement à proximité de quartiers pauvres, où ce type de déchets s’accumule.

De nombreuses familles pauvres gagnent leur vie en creusant dans ces décharges. En général, ils sauvent les éléments qui contiennent un type de métal vendable sur le marché. Kelvin Doe l’a fait, mais c’était un enfant intelligent : en plus d’extraire et de vendre des composants métalliques pour aider sa mère, il a également commencé à s’intéresser à eux.

Kelvin gardait toujours les pièces de la décharge qui attiraient le plus son attention et les examinait attentivement. Il posait des questions, il vérifiait des choses et il se sentait de plus en plus fasciné. Il voulait les tester, mais il y avait un problème : dans sa communauté, ils n’avaient l’électricité que quelques heures par semaine.

Un magnifique petit exploit

Kelvin Doe pensait qu’il devait y avoir un moyen de résoudre le problème. Pour résoudre le problème, il se rendit dans l’ancienne bibliothèque de son école et y trouva des livres d’ingénierie obsolètes et délabrés.

Cependant, ceux-ci étaient suffisants pour réaliser ce qu’il voulait : fabriquer une batterie pour avoir plus d’heures d’énergie et faire ses expériences. Il y parvint et fabriqua plus tard son propre générateur électrique.

Le générateur devint un point de rencontre pour toute la communauté. Là, ils avaient de la lumière, ils pouvaient recharger les téléphones portables recyclés que beaucoup avaient reconstruits et ils passaient un bon moment. Lorsque Kelvin Doe commença cette aventure, il avait à peine 10 ans. Quatre ans plus tard, il se dit qu’il était peut-être temps d’aller plus loin.

L’une de ses grandes passions était la musique : il décida donc de créer une station de radio, à travers laquelle il passait ses chansons préférées, diffusait des matchs de football pour tout le monde et donnait même la parole aux membres de la communauté afin qu’ils puissent exposer leurs problèmes. À partir de ce moment, tout le monde commença à l’appeler DJ Focus.

Kelvin Doe

Un coup de chance

Un concours d’innovation fut organisé en Sierra Leone pour les lycéens ; Kelvin y participa avec ses inventions et fut ensuite présent au Salon de l’Innovation. C’est là que David Sengeh, doctorant au Massachusetts Institute of Technology (MIT), le rencontra. Il fut stupéfait. Avec de simples déchets, ce garçon avait réussi à fabriquer de la technologie. Et le plus surprenant, c’est qu’il était autodidacte.

Sengeh l’invita à raconter son histoire dans divers centres éducatifs aux États-Unis. Kelvin n’avait jamais quitté sa ville, mais il accepta le défi. Pendant deux semaines, il parla de ses inventions dans différentes universités et centres technologiques. Quelques mois plus tard, il reçut une proposition des Canadiens pour fabriquer un réseau de panneaux solaires avec Wi-Fi, dans le but d’apporter de l’électricité dans les régions reculées de Sierra Leone.

Une chose en entraînant une autre, à l’âge de 21 ans, Kelvin Doe déménagea au Canada pour faire officiellement ce qu’il avait toujours fait : étudier l’ingénierie. Il poursuit actuellement ses études et continue avec le projet canadien. Quand on l’interroge sur la force qui l’a motivé, il dit : «Ma mère est la source de mon inspiration. Je veux y retourner et les aider, elle et toute ma communauté. »

Cela pourrait vous intéresser ...
Laurent Simons, l’enfant prodige qui veut découvrir l’immortalité
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Laurent Simons, l’enfant prodige qui veut découvrir l’immortalité

Laurent Simons a 11 ans et vient d'obtenir son diplôme de physique. Il entame son doctorat pour pouvoir se plonger dans l'immortalité.