Un jour, on trouve ce que l’on cherche… ou pas

25 février 2017 dans Psychologie 361 Partagés

Comme l’a dit Saadi de Shira, un poète perse du XIIe siècle, “tout être est dans ce monde pour une raison déterminée”. Trouver cette raison peut nous prendre des années, mais tôt ou tard, nous finissons par trouver ce que nous avons tant cherché… Ou pas. Peut-être que nous trouvons quelque chose de bien mieux.

Il faut l’admettre : nul besoin d’être croyant-e ou de faire partie d’un courant spirituel pour se poser la fameuse question : “pourquoi sommes-nous ici ?”. C’est la conscience de nous-même, qui sous forme de capteur émotionnel, nous pousse à attendre quelque chose de plus que notre existence, quelque chose de spécial et de transcendant qui nous donne un sens plus fort et authentique à cette vie.

“On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu’on prend pour l’éviter.”

-Jean de la Fontaine-

Au lieu de voir cette dimension comme la simple inquiétude du jeune qui essaie d’atteindre la maturité ou de l’adulte que l’on taxe d’immature car il laisse passer le temps, pétri dans ses vides existentiels. Nous devons la voir comme elle est vraiment : un voyage via lequel nous pouvons trouver notre raison de vivre. C’est similaire à ce que Bono, le chanteur de U2, raconte dans la fameuse chanson “I still haven’t found what I’m looking for” (Je n’ai pas encore trouvé ce que je cherche).

Ainsi, avant de devenir obsédé-e par cette pierre philosophale, cette raison ou ce motif d’inspiration que l’on ne trouve pas, nous devons l’accepter d’une autre manière : comme une quête dans laquelle nous devons essayer de nous enrichir à chaque pas, à chaque montagne gravie, à chaque personne aimée, à chaque connaissance acquise.

Chercher sa raison de vivre au mauvais endroit

Tôt ou tard, nous le trouvons : nous trouvons ce que notre être désiré, ce que notre cœur ressent maintenant comme un insondable vide qui parfois nous fait mal ou nous désespère. Mais entre cette épaisse forêt de doutes, de croisées de chemins et de voix éparses, il faut tenir compte de quelque chose : parfois, nous cherchons notre raison de vivre au mauvais endroit.

Ralph Waldo Emerson, un philosophe célèbre et poète du XIXe siècle, a dit un jour que face à n’importe quelle idée ou objectif que l’on a, il y aura toujours quelqu’un qui fera son possible pour nous démontrer que nous nous trompons. Cela nous invite à réfléchir à la question suivante : parfois, nous passons une grande partie de notre vie immergée dans des environnements difficiles. Il y a des familles, des ami-e-s et même des contextes sociaux qui anéantissent complètement chacune de nos attentes.

La personne docile qui accepte et se tait est condamnée à passer une grande partie de sa vie à attendre un “quelque chose”, en espérant que quelque chose arrive pour enfin, sortir de cette sensation de frustration et de profond vide existentiel. Les environnements oppressants sont présents sans aucun doute dans les âmes qui rêvent de s’échapper car rien ne pousse dans ce substrat, car rien ne peut être atteint dans un décor délimité par des ciseaux qui coupent les espoirs en permanence.

Émerger de ces situations n’est pas un besoin, c’est une obligation. Car notre authentique destin n’adviendra jamais si on ne lui ajoute pas un ingrédient très spécial : la volonté.

surf

Un jour, on trouve ce que l’on cherchait, ou pas

Parfois, nous pensons avoir trouvé ce que nous cherchions depuis si longtemps : un grand amour, un bon travail, un objectif de vie… Pourtant, au bout de peu de temps, nous nous rendons compte que cet amour n’était pas si authentique, que ce travail n’était pas si idyllique et que cet objectif a abouti à un mauvais résultat.

Avant de tomber dans les lamentations et les regrets, il est essentiel de penser à quelque chose de très simple : la vie est mouvement et cette quête ne s’arrête jamais, car l’être humain est aventurier par nature, il a faim d’émotions, soif de connaissances et veut vivre des expériences grâce auxquelles il peut vivre.

Pour mettre l’engrenage de cette quête vitale en marche, nous vous proposons de réfléchir aux dimensions suivantes.

enfant-roses

Quelques clés pour débuter le changement et trouver notre raison de vivre

Kark Pillemer est un scientifique et écologue de l’Université de Cornell. Dans ses livres comme 30 lessons for living, il nous explique que l’un des plus grands problèmes que nous avons, c’est que nous ne sommes pas connecté-e-s à notre “moi futur”. Il ne s’agit pas de faire un voyage dans le futur, comme le jeune Spock dans “Track Trek” pour trouver la sagesse dans une conversation avec son moi futur et ancien.

Il s’agit nous relier un moment à cet avenir dans lequel nous nous imaginons tel-le-s que nous aimerions être. Quelqu’un de serein, avec une vie tranquille et entouré de personnes que nous aimons vraiment. Sans artifice, sans rien en trop, sans rien en moins. Cette aspiration doit toujours être notre motivation du présent.

“Dans 20 ans, tu seras plus déçu de ce que tu n’as pas fait que ce que tu as fait”.

-Mark Twain-

C’est un bon exercice qu’on peut travailler régulièrement. Les stratégies suivantes peuvent aussi nous être très utiles.

  • Nous devons apprendre à regarder l’extérieur en étant toujours connecté-e avec notre intérieur, avec nos essences. Il s’agit d’être réceptif-ve-s et d’avancer dans la vie en cohérence avec nos valeurs et nos sentiments. Ainsi, tout ce que nous y trouvons nous sera agréable, satisfaisant.
  • Nous avons tou-te-s entendu parler de la loi de l’attraction. La théorie selon laquelle l’univers orchestre ses partitions en accord avec l’intensité de nos désirs a des nuances à apporter, d’importantes nuances d’ailleurs. L’idéal est de suivre un conseil encore plus simple : attraction et intention doivent toujours aller main dans la main. Si vous cherchez quelque chose, agissez. Si vous souhaitez quelque chose de concret, sortez de votre zone de confort. Soyez votre propre architecte.

Tôt ou tard, vous le ferez : vous trouverez ce que vous cherchez, ou peut-être pas car vous trouverez quelque chose d’encore mieux. Mais, pendant ce voyage, n’oubliez jamais d’emmener avec vous les meilleurs outils : un esprit d’engagement, la lutte et l’amour pour chaque chose que vous faites, que vous offrez ou que vous construisez.

Images de Hayao Miyazaki

A découvrir aussi