Le jour où j’ai commencé à m’aimer

25 mars 2018 dans Estime de soi 344 Partagés

Le jour où j’ai commencé à m’aimer, j’ai pu voir toutes ces choses à côté desquelles je passais quand je n’en avais pas conscience. Des aspects que je gardais en moi, et dont je n’avais même pas idée. Je me suis rendu compte de ma valeur, et surtout du point auquel il était important que je m’en rend compte. Le jour où j’ai commencé à m’aimer, j’ai pu me voir dans le miroir et curieusement, j’ai aimé le reflet qu’il me renvoyait. Et à partir de là, j’ai été conscient du point auquel je suis important pour moi.

Le jour où j’ai commencé à m’aimer, je me suis rendu compte que je n’avais besoin de personne et j’ai chassé la peur de l’abandon et du rejet. Car ce n’est pas que j’ai besoin des autres, mais je préfère qu’ils soient à mes côtés. A partir de ce jour, j’ai bien plus apprécié tous les gens qui m’entouraient. Dorénavant, il est bien clair pour moi qu’ils ne remplissent aucun vide car si un quelconque manque sévit en moi, ce n’est pas l’extérieur qui devrait le combler, mais bien mon intérieur. Les relations ne remplissent pas de vides, elles ne font qu’accompagner, offrir de l’affection et créer des moments.

Mon rythme de vie a changé le jour où j’ai commencé à m’aimer. Alors qu’avant, je marchais sur la pointe de pieds, aujourd’hui, j’avance à toute vitesse, et mes pieds sont bien ancrés dans le sol. Aujourd’hui, je profite du moment, et plutôt que de ne pas de ne pas attendre, je vis l’attente en la rendant plus intense et bien plus amusante. C’est ce jour-là que ma vision de l’amour a elle aussi changé ; dorénavant, je sais qu’aimer, c’est aussi accepter les échecs, savoir rectifier ses erreurs, et que s’aimer soi-même, d’une certaine manière, cela implique de s’encourager et de se rendre compte du fait que nous ne sommes pas parfaits. De fait, j’ai réalisé que l’amour propre requiert un travail de longue haleine.

Le jour où j’ai commencé à m’aimer, j’ai commencé à parier sur moi pour ne pas me laisser de côté. De plus, ce même jour, j’ai compris que mes décisions sont celles qui m’ont mené là où je suis aujourd’hui. J’aime le lieu où je me trouve et, par conséquent, la personne que je suis.

J’ai commencé à m’aimer et soudain, j’ai pu aimer et j’ai trouvé en moi la liberté ainsi que la paix.
Partager

femme qui s'aime

Parfois, la solution ne se trouve pas à l’extérieur

M’aimer moi-même est la meilleure décision que j’ai prise. Grâce à elle, je sais qu’une fois qu’une fois terminées les constructions, les réparations et les réformes intérieures, alors je pourrai sortir et trouver des matériaux à l’extérieur.  Il est fondamental d’avoir tout bien meublé, et qu’aucune cloison ne soit cassée. Mes pensées et mes émotions, toutes mes conduites sont celles qui font de moi la personne que je suis. C’est pourquoi, lorsque quelque chose va mal, je dois d’abord regarder en moi et ensuite, en dehors.

Peut-être le fait de chercher quelque chose à l’extérieur et ne pas le trouver est-il un signal que je suis en train de chercher au mauvais endroit. Parfois, il est aussi nécessaire de renoncer. J’ai appris cette leçon quand j’ai commencé à m’aimer. Pourtant, il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Mais peu importe, car j’ai la meilleure motivation : être la meilleure version de moi-même, ou autrement dit, pratiquer l’amour propre tous les jours de ma vie.

« Vous-même, comme n’importe qui d’autre dans l’univers entier, méritez amour et affection. »

-Bouddha-

amour propre

M’aimer, ce n’est pas égoïste

M’aimer, ce n’est pas égoïste, ni narcissique, mais simplement un aspect fondamental qui me pousse à me rendre compte de comment je suis réellement et qui m’aide à être heureux. Car si je m’aime, je n’ai pas besoin d’être supérieur, ni d’être en concurrence avec qui que ce soit ; je n’ai pas non plus besoin d’être le meilleur, mais simplement de m’améliorer et d’avancer vers mes buts.

Le jour où j’ai commencé à m’aimer, j’en tiré bien des profits, et depuis, je vis avec envie. Je m’aime, et je le dis haut et fort. Cela ne me fait pas peur, mais me protège et me porte. J’apprécie encore plus l’extérieur, et je profite car je me sens aimé. Pour autant, il ne s’agit pas là d’un besoin, mais d’une chose dont je profite et que je vis intensément.

Le jour où j’ai commencé à m’aimer a été magique. Tout ce que je veux, c’est que cela vous arrive à vous aussi, afin que vous puissiez commencer à ressentir à quel point vous êtes magnifique ; afin que vous découvriez tout ce que vous avez en vous, et que vous ne montrez pas par peur et surtout, ce dont vous pouvez profiter en votre propre compagnie. Moi, j’ai déjà commencé à m’aimer. Et vous, êtes-vous prêt ?

coeur sur une vitre

A découvrir aussi