Je respire la vie et apprécie tout ce que j'ai surmonté

23 octobre, 2020
Je suis reconnaissant de tout ce que j'ai vécu, aussi de tout ce que j'ai surmonté et de tout ce que j'ai laissé de côté. Parce que chaque difficulté surmontée et chaque carrefour contourné décrit la personne que je suis maintenant. Quelqu'un qui regarde vers l'avenir avec plus de tempérance et de meilleures ressources psychologiques.

J’apprécie tout ce que j’ai surmonté. Parce qu’après chaque abîme dessiné, j’ai créé un pont d’apprentissage et d’expériences précieuses.

Maintenant, je prends une profonde inspiration et regarde l’avenir sans crainte, car tout ce qui me reste ce sont des chapitres déjà écrits, des pages que j’ai déjà tournées pour créer maintenant de meilleures histoires dans lesquelles je me positionne comme un véritable protagoniste.

Nous laissons tous derrière nous de multiples expériences, certaines bonnes et d’autres moins bonnes. Un proverbe chinois dit qu’avant d’être un dragon, il faut souffrir comme une fourmi.

La vérité est que, contrairement à ce que nous croyons habituellement, il n’est pas obligatoire de souffrir pour être heureux ou pour comprendre la vie. Mais même en sachant cela, nous ne pouvons pas nier qu’il y a des souffrances qui nous offrent de précieuses leçons.

L’auto-amélioration est l’un des domaines les plus connus de la psychologie. Ce domaine s’inscrit essentiellement dans l’école humaniste. Dans ce courant, l’existentialisme nous dit que les gens sont dynamiques, changeants et que, dans chaque variation, il y a un aspect auquel nous devons toujours faire attention : notre propre cohérence.

Ainsi, dans le cas où le destin nous ferait subir un revers inattendu, il nous appartient de réagir en toute conscience, en réfléchissant à ce qui nous entoure et en éveillant notre potentiel. Dans ce processus de crise inévitable, nous ne devons jamais abandonner nos valeurs.

Réfléchissons un peu plus à ce sujet.

J'ai surmonté mes peines.

J’apprécie tout ce que j’ai surmonté parce que, grâce à cela, je suis devenu qui je suis maintenant

Rollo May, l’un des psychologues existentialistes les plus éminents du XXe siècle, a déclaré que plus nous sommes perdus, plus nous courons.

Il y a des moments où l’inattendu arrive avec quelques orages. Dans ces moments-là, nous sommes sous l’emprise de la peur et nous n’agissons alors pas de la meilleure des manières : nous agissons de manière précipitée et déséquilibrée.

Il est difficile de faire face à ces nœuds gordiens vitaux si notre esprit n’est pas clair. Si ce qui est en nous est aussi chaotique que ce qui nous entoure. Au milieu de ces circonstances, il est préférable d’opter pour une approche calme et réfléchie et, surtout, en accord avec nos principes, nos valeurs et nos besoins.

Dans ce contexte, nous devons clarifier ce qu’est vraiment l’auto-amélioration. Cette dimension ne consiste pas seulement à faire face à un obstacle. Il ne s’agit pas seulement de surmonter une difficulté ou de sortir indemne du pire des problèmes. C’est beaucoup plus.

L’auto-amélioration, c’est avant tout l’apprentissage. C’est savoir comment activer ses propres ressources dans les moments difficiles, savoir profiter de ce qui nous est présenté. Il est question d’être ouvert et réceptif et d’accepter le changement plutôt que la peur, la mobilité plutôt que la stagnation.

Mes décisions m’ont permis d’être où je suis maintenant

Je prends une profonde inspiration et apprécie tout ce que j’ai surmonté parce que j’aime qui je suis. J’aime ma version actuelle. J’accepte où je suis maintenant parce que c’est l’endroit où je veux être.

Il est vrai qu’hier a été difficile et m’a laissé des séquelles, mais toute croissance implique transformation, une altération des questions psychologiques, des marées émotionnelles…

Le Dr Michael Unghar, thérapeute familial et professeur de travail social à l’Université Dalhousie au Canada, est l’un des principaux experts dans le domaine de la résilience. Il explique dans son livre Change Your World: The Science of Resilience and The True Path To Success que, parfois, quelque chose doit se produire à l’extérieur pour activer ce potentiel interne qu’est la résilience.

Toute croissance personnelle, selon cet expert, passe par l’éclairage de cette dimension. Pour ce faire, il faut être clair que cette compétence est comme une danse : c’est quelque chose de dynamique qui nous transforme nous et ce qui nous entoure.

Si j’apprécie tout ce que j’ai surmonté, c’est parce que j’ai osé changer des éléments extérieurs qui ne me rendaient pas heureux (un couple, un travail stressant, etc.). Et à mon tour, moi aussi, j’ai changé. Maintenant, je suis une personne plus affirmée, quelqu’un qui décide avec plus de précision, sans peur et en étant clair sur ce qu’elle veut à tout moment.

J'ai surmonté mes erreurs.

J’apprécie tout ce que j’ai surmonté et je regarde demain sans crainte

Je regarde demain sans crainte. Non pas parce que je crois que le destin m’apportera de la couleur et le goût du bonheur. Je m’occupe de lui sans angoisse, car je sais que maintenant j’ai de meilleures ressources pour faire face à ce qui vient, faire face aux difficulté et embrasser la fortune.

J’apprécie tout ce que j’ai surmonté parce que, grâce à cela, je suis la personne qui sourit maintenant au monde. Celle qui regarde l’horizon en se fixant de nouveaux objectifs, de nouveaux rêves, jour après jour.

Apprenons à gérer tout ce qui se présente à nous. Toujours avec espoir, toujours avec résilience et en sachant comment activer ces ressources exceptionnelles que nous avons tous.