Je ne veux pas d'enfants mais j'ai peur d'éventuels regrets futurs

Vous connaissez sûrement quelqu'un qui ne veut pas ou n'a jamais voulu avoir d'enfant. Auparavant, cette option n'était pratiquement pas envisagée dans le cadre de la liberté individuelle. Celles qui n'en avaient pas ne le pouvaient tout simplement pas. Aujourd'hui, nous parlons d'un choix.
Je ne veux pas d'enfants mais j'ai peur d'éventuels regrets futurs
Sara González Juárez

Rédigé et vérifié par Psychologue Sara González Juárez.

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2022

Depuis plusieurs années, le choix d’avoir des enfants est une question à laquelle on réfléchit beaucoup, en partie à cause des regrets possibles et en partie par responsabilité. Beaucoup de gens tendent vers le non mais ont peur de la possibilité d’en vouloir dans le futur et de se retrouver à un âge où ce ne sera plus possible.

Cependant, cette insécurité découle de certaines questions qui ne sont pas soulevées tout au long du processus. Qu’est-ce qui fait qu’une personne ne veut pas avoir d’enfants ? S’agit-il d’un rejet naturel de la maternité ou de facteurs externes qui ne la favorisent pas ? Les milieux sociaux ont-ils une influence lorsqu’il s’agit de craindre des regrets futurs ?

Dans cet espace, nous allons nous attarder sur ce sujet. La crainte d’un regret par opposition à un désir vital est une question pertinente pour quiconque regarde vers l’avenir, alors ne manquez pas cet article.

Femme pensant
Dans beaucoup de cas, les gens réfléchissent bien à la décision de ne pas avoir d’enfants.

Qu’est-ce qui fait qu’une personne peut ne pas vouloir d’enfants ?

Il y a des années, la configuration socio-économique et familiale du monde occidental établissait le fait d’avoir des enfants comme un élément naturel du cycle de vie. Cependant, les générations les plus récentes l’ont remis en question, soulignant certains des avantages dont bénéficient ceux qui ont choisi de ne pas avoir d’enfants. De plus, comme cela arrive lorsque la liberté s’étend dans n’importe quel domaine, des doutes apparaissent également.

Bon nombre de témoignages expriment une peur de faire naître un enfant dans un monde détruit, de transmettre des maladies héréditaires ou encore de ne pas pouvoir subvenir aux besoins du petit dans le futur.

Dans la plupart des cas, ne serait-ce que pour le fait d’aller à contre-courant, on envisage la décision de ne pas avoir d’enfant. En plus des idées présentées, en fait, il est possible que certaines de ces raisons vous semblent familières :

  • L’état de vos finances ne le permet pas.
  • Vous craignez de ne pas être un bon parent.
  • Le rythme de vie que vous menez pour survivre n’est pas compatible avec la parentalité.
  • Vous subissez une pression sociale pour avoir des enfants.
  • L’avenir socio-économique du pays où vous vivez est incertain ou, directement, de mauvais augure.
  • Vous avez des idées politiques à ce sujet, comme l’opinion que l’espèce humaine ne devrait pas s’étendre davantage.

Alors, pourquoi craindre de futurs regrets ?

Quiconque pèserait les raisons données dans la section précédente verrait, du point de vue logique, que quelqu’un ne voudrait pas avoir d’enfants sans éprouver de remords. Or, cette préoccupation est réelle et naît de plusieurs graines. En voici quelques-unes :

  • Sophismes machistes : deux mythes qui s’opposent et qui coexistent en même temps sont le sophisme selon lequel les femmes ont une tendance innée à vouloir être mère et qu’elles ont une totale liberté de choix lorsqu’elles décident de cette question.
  • Pression sociale : de là découle l’attitude de pression du cercle social de certaines personnes qui disent ne pas vouloir d’enfants. Face à une décision ferme qui se maintient dans le temps, le premier commentaire que l’on reçoit habituellement est « et si plus tard tu le regrettais et que tu étais passé à côté ?
  • L’idéalisation de la maternité : le système et donc la société sont orientés vers la croissance démographique. Pour ce faire, l’énorme responsabilité d’avoir un enfant doit être présentée comme « la meilleure chose qui puisse vous arriver dans la vie ». Cela sème le doute, faisant croire aux gens qu’ils pourraient manquer quelque chose d’incroyable pour toujours.

Je suis sûr que je ne veux pas d’enfants, mais j’ai peur des regrets

Si vous êtes ici parce que vous êtes dans cette situation, vous voudrez peut-être vous débarrasser de cette peur car vous la reconnaissez comme étrangère dans votre tête. Pour ce faire, nous vous conseillons un exercice d’introspection et de réflexion autour des points suivants.

La décision d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants vous appartient

Les aspirations que vous dessinez à votre horizon et les moyens que vous décidez d’employer pour les réaliser vous appartiennent. Votre peur des regrets futurs peut être alimentée par la pression sociale qui veut que vous ayez des enfants.

La peur ne naît pas que de vous

La peur de ne pas avoir d’enfants et de le regretter par la suite ne naît pas seulement de l’incertitude de l’avenir lui-même, mais de bien d’autres facteurs. Par conséquent, si vous voulez la réponse la plus pure possible, demandez-vous ce que vous voulez et pas les autres.

Femme pensant à avoir ou non des enfants
Parfois, derrière la décision de ne pas avoir d’enfants, se cachent différentes sortes de peurs.

Il y a aussi des gens qui regrettent d’avoir des enfants

Bien que l’exprimer (et presque y penser) soit un tabou social profondément enraciné, il y a aussi des personnes qui décident de la maternité et la regrettent plus tard car c’est un chemin sans retour en arrière. Par conséquent, plutôt que de vous demander si vous regretteriez de ne pas avoir d’enfants, demandez-vous si vous regretteriez d’en avoir.

Valorisez votre connaissance de soi

Si vous êtes sûre de vous quant à votre préférence en la matière, c’est pour une raison. Si vous n’avez pas envie de vous occuper de quelqu’un, si vous pensez qu’il va naître dans un monde qui va le maltraiter, ou si vous ne voulez tout simplement pas former une famille normative, c’est parfaitement valide. Vous n’avez pas à changer d’avis à l’avenir.

Et si les regrets venaient malgré tout ?

Bien sûr, décider de ne pas avoir d’enfants et ressentir des regrets des années plus tard fait partie des probabilités. C’est là qu’intervient la responsabilité affective envers soi-même. En fait, il ne s’agit pas d’assurer quelque chose dans le futur car cela ne peut pas se contrôler.

Cette responsabilité consiste à prendre des décisions basées sur nos propres critères et en étant libérés, dans la mesure du possible, de toute influence extérieure. Si vous deviez regretter votre décision, il faut que vous ayez déjà pris en compte cette conséquence dès le début.

N’hésitez donc pas à dire à haute voix quelque chose qui va à l’encontre de l’opinion générale, car c’est votre vie et vos regrets n’appartiennent qu’à vous.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 4 types de regrets que nous pouvons tous subir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les 4 types de regrets que nous pouvons tous subir

Les types de regret les plus courants chez l'être humain sont des faits qu'il vaut la peine de connaître afin de prendre de meilleures décisions. N...



  • Donath, O. (2016). Madres arrepentidas: una mirada radical a la maternidad y sus falacias sociales. Reservoir Books.
  • Muñiz Gallardo, E., & Ramos Tovar, M. E. (2019). Presión social para ser madre hacia mujeres académicas sin hijos. Nóesis. Revista de ciencias sociales28(55), 64-87.
  • Vicente Serrano, P. (2019). Representaciones sociales de las mujeres en la maternidad y en la no maternidad.