La décision de ne pas avoir d'enfants et ses effets

La décision de ne pas avoir d'enfants est une option croissante dans le monde d'aujourd'hui. Généralement, cela est dû à des facteurs socio-économiques ou au pessimisme signalé. Ce n'est que dans certains cas que cela résulte de la difficulté à prendre des engagements.
La décision de ne pas avoir d'enfants et ses effets

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2021

La décision de ne pas avoir d’enfants, tout comme la décision d’en avoir, est juste si elle obéit à une motivation bien fondée. Un enfant change complètement la vie individuelle et la relation du couple. C’est une question que seule chaque personne peut élucider et il est préférable de le faire en réfléchissant bien et sans pression d’aucune sorte.

Gardez à l’esprit que la décision de ne pas avoir d’enfants est réversible, alors que la décision d’en avoir ne l’est pas. Un enfant ne peut pas être effacé de la réalité, même si les parents décident de se détourner de lui ou de lui tourner le dos. À cause de ce qui précède, il sera toujours plus difficile de choisir de faire naître un nouveau petit être dans ce monde.

Un enfant procure des sentiments qu’aucun autre lien n’éveille aussi profondément. Cela implique aussi des engagements inaliénables qui durent pour toujours, du moins si nous voulons être de bons parents. Tout le monde ne se sent pas prêt pour des expériences aussi profondes avec un autre être humain : la décision de ne pas avoir d’enfants pourrait donc être la bonne.

« Tout le monde avec un utérus n’est pas obligé d’avoir un enfant, tout comme tout le monde avec des cordes vocales n’est pas obligé d’être chanteur d’opéra. »

-Gloria Steinem-

Couple discutant dans le salon

La décision de ne pas avoir d’enfants est respectable

Avant de poursuivre cette réflexion, il est important de noter que, jusqu’à il y a longtemps, un tabou fort pesait sur ceux qui prenaient la décision de ne pas avoir d’enfants. Dans le cas des hommes, d’une manière ou d’une autre, elle était associée à un certain handicap. Dans le cas des femmes, c’était perçu comme une manifestation d’égoïsme ou d’extrême froideur.

Bien que le nombre de couples qui ont des enfants continue d’être plus élevé, le nombre de ceux qui décident de ne pas en avoir augmente également. Actuellement, il y a plus de liberté pour prendre ce type de décisions. On ne considère plus la procréation comme une obligation dans la vie de toute personne « normale ».

Nous insistons sur le fait que ce qui rend cette décision bonne ou mauvaise n’est autre que les motivations de la personne. Malgré cela, il est même probable que la décision de ne pas avoir d’enfants en tant que mécanisme d’adaptation à un monde aux conditions hostiles augmente. La surpopulation nous incite, d’une manière ou d’une autre, à nous pencher vers les options qui garantissent le mieux notre survie en tant qu’espèce.

Les barrières de l’économie

L’une des motivations pour prendre la décision de ne pas avoir d’enfants est la situation économique de chacun. Il est établi que ceux qui se refusent le plus à la procréation sont les hommes des classes les plus défavorisées et les femmes des classes moyennes et supérieures qui réussissent professionnellement.

Dans les deux cas, le facteur central dans la décision est la conjoncture économique. Dans un cas, parce que les circonstances ne permettent pas de répondre aux engagements qu’implique le fait d’avoir un enfant, sur des aspects fondamentaux comme l’alimentation ou l’éducation. Et dans l’autre cas, parce que le domaine professionnel est suffisamment absorbant et valorisant pour ne laisser aucune place à autre chose.

Il est cependant frappant de constater que les femmes à faible revenu ne sont pas aussi réticentes à ne pas avoir d’enfants que les hommes des classes aisées. Un enfant remplace probablement, pour elles, la satisfaction qu’elles ne trouvent pas dans leur activité économique. Et peut-être ne pensent-ils pas qu’un enfant représente un grand changement, dans la mesure où l’on suppose que leur participation à la grossesse et à l’éducation n’est pas si exigeante.

couple, parler

Le pessimisme comme perspective

La décision de ne pas avoir d’enfants est aussi très caractéristique de ceux qui voient l’avenir avec pessimisme. Il ne s’agit pas nécessairement d’une réponse névrosée aux vicissitudes de la réalité, mais cela obéit souvent à une évaluation objective de nombreux facteurs qui pèsent sur l’humanité aujourd’hui. Il y a tellement de menaces latentes dans le monde actuel qu’il est très difficile d’envisager l’avenir avec espoir.

L’augmentation des naissances est l’un des indicateurs qu’une société voit l’avenir d’une manière positive. C’est ce qui s’est passé après la reconstruction de nombreux pays, après la Seconde Guerre mondiale : le fameux baby-boom. C’était à cette époque qu’une nouvelle aube se profilait à l’horizon, appelant à voir le lendemain avec espoir.

Aujourd’hui, c’est presque le contraire. L’actualité nous parle de crise, de détérioration, de déclin. Nous traversons quotidiennement une mer d’incertitudes et de changements négatifs qui nous prennent par surprise. C’est le terreau idéal pour un pessimisme raisonnable, basé sur des données objectives.

Quoi qu’il en soit, le plus important dans la décision de ne pas avoir d’enfants est qu’elle s’accompagne d’une réflexion profonde et saine. Il en est de même pour ceux qui décident de fonder une famille. Les enfants doivent être le fruit du désir et sont d’abord en gestation dans la tête et dans le cœur pour devenir, plus tard, un symbole d’amour pour la vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mon partenaire ne veut pas avoir d’enfants : que puis-je faire ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Mon partenaire ne veut pas avoir d’enfants : que puis-je faire ?

Par conséquent, lorsque l'un des membres ne souhaite pas avoir d'enfants, des conflits peuvent survenir et affecter sérieusement la relation.



  • Alizade, A. M. (1998). El deseo de no tener hijos. In La mujer sola: ensayo sobre la dama andante en Occidente (pp. 177-179).